Archives de catégorie : Billets

Les réseaux italiens au Levant : transitaires et (vice-) consuls italiens à Alexandrette, 1870-1945 (par Cosima Flateau)

 

Les relations commerciales entre l’Empire ottoman et les royaumes italiens (Venise, Gênes) sont étroites depuis le début de l’époque moderne et l’intégration de cet espace à l’économie méditerranéenne s’accroît au cours du XVIIIe siècle. Istanbul, Smyrne, sont les échelles du Levant les plus fameuses, où toute une communauté d’Européens s’établit pour faire du commerce, tandis que certains s’installent dans les villes de l’intérieur, comme à Alep, plaque tournante du commerce mésopotamien et anatolien. La ville d’Alexandrette reste une échelle très modeste dans la géographie portuaire méditerranéenne ottomane, bien qu’elle soit le débouché du grand marché alépin vers l’Europe.

Continuer la lecture

Le développement post-unitaire du réseau consulaire italien en Algérie (par Hugo Vermeren)

Au lendemain de l’unité, l’Italie possède un réseau consulaire extrêmement vaste pour une puissance non-coloniale, hérité en partie du rayonnement séculaire des anciens royaumes. En 1866, il regroupe 23 consulats, 5 vice-consulats, et 146 agences consulaires, implantés sur chacun des cinq continents[1]. Dans les vingt années qui suivent le réseau se développe considérablement puisqu’en 1886, on recense 162 consulats, 24 vice-consulats et 455 agences consulaires[2]. L’évolution du réseau consulaire algérien suit cette dynamique générale. Cependant, celle-ci répond également à des logiques locales régies par le contexte politique, économique et démographique spécifique à l’Algérie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Continuer la lecture

Les consulats d’Italie en RFA et le rapprochement germano-italien de 1949 (par Fabrice Jesné)

 Le 24 décembre 1949 s’ouvre à Rome le jubilé de 1950 ; cet événement liturgique, qui a lieu tous les 25 ans, attire des pèlerins du monde entier, ce qui constitue pour les Allemands de l’Ouest une des premières occasions de déplacement collectif en Italie depuis la fin de la guerre. Cette migration temporaire et pacifique permet donc à l’Allemagne occidentale de retrouver sa place au sein du concert des nations, et ce de la meilleure manière qui soit : à travers les pèlerins, ce sont en effet les peuples qui communient. Or la rédemption de l’Allemagne n’est possible que si son peuple, et non simplement une poignée de dirigeants démocrates imposés par les alliés, manifeste son caractère pacifique retrouvé. Continuer la lecture