Archives de l’auteur : Fabrice Jesné

[Présentation d’ouvrage] Joseph Viscomi, Migrants criminals and spies in the Italian Mediterranean

Dans son ouvrage, Joseph Viscomi présente les itinéraires d’italiens « subversifs » en Egypte entre 1919-1940. Parmi les sources mobilisées figurent notamment celles des tribunaux consulaires.

Nel suo libro, Joseph Viscomi ricostituisce i percorsi di italiani « sovversivi » in Egitto dal 1919 al 1940. Tra le fonti mobilitate, sono da notare le carte dei tribunali consolari.

New York University, october 19th, 2017, 6:pm

 

 

Les réseaux italiens au Levant : transitaires et (vice-) consuls italiens à Alexandrette, 1870-1945 (par Cosima Flateau)

 

Les relations commerciales entre l’Empire ottoman et les royaumes italiens (Venise, Gênes) sont étroites depuis le début de l’époque moderne et l’intégration de cet espace à l’économie méditerranéenne s’accroît au cours du XVIIIe siècle. Istanbul, Smyrne, sont les échelles du Levant les plus fameuses, où toute une communauté d’Européens s’établit pour faire du commerce, tandis que certains s’installent dans les villes de l’intérieur, comme à Alep, plaque tournante du commerce mésopotamien et anatolien. La ville d’Alexandrette reste une échelle très modeste dans la géographie portuaire méditerranéenne ottomane, bien qu’elle soit le débouché du grand marché alépin vers l’Europe.

Continuer la lecture

[Journée d’étude] La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle), CADN, 25 juin 2015

Programme_JE_Chancellerie_consulaire_CADN

La fonction consulaire a suscité, ces dernières années, l’intérêt toujours croissant de la communauté savante. Les attributions du consul, particulièrement son rôle dans la collecte d’informations et dans l’intermédiation marchande, ont fait l’objet de grandes manifestations scientifiques. Lors de ces événements, le rôle du chanceler, principal collaborateur du consul, est généralement resté dans l’ombre. Continuer la lecture

Le développement post-unitaire du réseau consulaire italien en Algérie (par Hugo Vermeren)

Au lendemain de l’unité, l’Italie possède un réseau consulaire extrêmement vaste pour une puissance non-coloniale, hérité en partie du rayonnement séculaire des anciens royaumes. En 1866, il regroupe 23 consulats, 5 vice-consulats, et 146 agences consulaires, implantés sur chacun des cinq continents[1]. Dans les vingt années qui suivent le réseau se développe considérablement puisqu’en 1886, on recense 162 consulats, 24 vice-consulats et 455 agences consulaires[2]. L’évolution du réseau consulaire algérien suit cette dynamique générale. Cependant, celle-ci répond également à des logiques locales régies par le contexte politique, économique et démographique spécifique à l’Algérie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Continuer la lecture