Archives de l’auteur : Fabrice Jesné

[Costanza Lisi] L’inventario dell’archivio del Consolato di Toscana ad Alessandria d’Egitto: metodologia, criticità, suggestioni

L’inventario dell’archivio del Consolato di Toscana ad Alessandria d’Egitto : metodologia, criticità, suggestioni[1]

 

L’archivio del Consolato

Conservato presso l’Archivio storico diplomatico del Ministero degli Affari esteri, il fondo ha una consistenza di 61 buste e 3 registri per un totale di circa 3.600 unità archivistiche. La documentazione copre il periodo 1827 – 1860, durante il quale la carica di console venne ricoperta prima da Carlo de Rossetti (1826 dicembre – 1830 gennaio), poi da suo fratello Annibale (1830 aprile – 1860)[2].

Continuer la lecture

[Publication] De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle)

 

Rome-Madrid, Publications de l’École française de Rome (Collection de l’École française de Rome | 535) – Casa de Velázquez, 2017

ISBN (Édition imprimée) : 9782728312603

 

Arnaud Bartolomei, Guillaume Calafat, Mathieu Grenet, Jörg Ulbert (dir.)

De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle) Continuer la lecture

[Partenaire] La fabrique consulaire en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIIe – XIXe siècle)

L’institution consulaire, la formation de l’État et l’affirmation de la souveraineté nationale, une histoire croisée.

La fabrique consulaire est un programme de recherche pluriannuel qui entend fédérer autour d’historiens issus de six institutions de recherche françaises (la Casa de Velázquez, les Écoles françaises de Rome et d’Athènes, le CMMC, le CERHIO et le Framespa) des chercheurs intéressés par la question du rôle de l’institution consulaire dans la formation de l’État et l’affirmation de la souveraineté nationale.

 

Argumentaire du programme

Les études consulaires, renouvelées dans les années 1990 par les grandes enquêtes prosopographiques menées par Jesús Pradells Nadal en Espagne et Anne Mézin en France[1], sont aujourd’hui l’objet d’un réel engouement dans le paysage académique européen. Les ouvrages collectifs coordonnés ces dernières années par Jörg Ulbert, Marcella Aglietti, Manuel Herrero Sánchez et Francisco Zamora Rodríguez en témoignent et attestent de la vitalité d’un champ de recherche qui a su renouveler ses problématiques[2]. Loin d’épuiser les questionnements relatifs à la fonction consulaire, ces ouvrages ont été autant d’incitations à approfondir l’analyse. Ils invitent à explorer, au-delà de la description des différents réseaux consulaires, le rôle que jouaient les consuls dans la circulation de l’information, dans la facilitation du commerce international ou encore dans l’affirmation de l’Etat moderne, souverain et bureaucratique[3]. C’est dans cette dernière perspective que s’inscrit le projet de recherches « La fabrique consulaire », qui entend étudier les processus d’affirmation de la souveraineté étatique, d’encadrement des ressortissants « nationaux » expatriés et de rationalisation de l’administration d’Etat, à travers le prisme d’une institution consulaire qui, à la charnière des époques moderne et contemporaine, s’est trouvée placée à la croisée de ces dynamiques.

L’approche privilégiée ici, même si elle entend débattre explicitement les postulats de la sociologie wébérienne relatifs à la rationalisation et à la formation de l’Etat bureaucratique, sera résolument empirique et comparative. L’étude des transformations constatées dans l’organisation et l’administration des réseaux consulaires, à l’échelle des espaces européens et méditerranéens des XVIIIe et XIXe siècle, doit en effet mener à une compréhension plus fine de processus qui échappent aux grilles de lectures traditionnelles : aussi bien celles qui se réfèrent à un cheminement linéaire et téléologique vers la modernité que celles qui, sous prétexte d’un souci de contextualisation toujours plus poussé des phénomènes étudiés, survalorisent l’agency réelle des acteurs individuels au risque de perdre de vue l’ampleur et la portée des changements à l’œuvre.

Ce programme entend donc réunir, autour d’un questionnement unifié, des institutions et des centres de recherches impliqués sur le terrain des études consulaires et dans la réflexion sur la formation de l’Etat moderne.

[1] Pradells y Nadal Jesús, Diplomacia y comercio. La expansión consular española en el siglo xviii, Alicante, Universidad de Alicante – Instituto de Cultura « Juan Gil-Albert », 1992, 688 p. ; Mézin Anne, Les Consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, Direction des Archives et de la Documentation du Ministère des Affaires étrangères, 1997, xiv-975 p.
[2] Ulbert Jörg / Le Bouëdec Gérard (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne. L’Affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, 427 p. ; Ulbert Jörg / Prijac Lukian, Consuls et services consulaires au xixe siècle. Die Welt der Konsulate im 19. Jahrhundert. Consulship in the 19th Century, Hambourg, DOBU Verlag, 2010, 522 p. ; Aglietti Marcella, Herrero Sánchez Manuel et Zamora Rodríguez Francisco (dir.), Los cónsules de extranjeros en la Edad Moderna y a principios de la Edad Contemporánea, Madrid, Doce Calles, 2013, 300 p.
[3] Aglietti Marcella, L’istituto consolare tra Sette e Ottocento Funzioni istituzionali, profilo giuridico e percorsi professionali nella Toscana granducale, Pise, Edizioni ETS, 2012, 439 p.

 

L’équipe de recherche

Coordinateurs du programme « La fabrique consulaire »

  • Tassos Anastassiadis (Ecole française d’Athènes)
  • Arnaud Bartolomei (Université Nice Sophia Antipolis – CMMC)
  • Mathieu Grenet (Framespa, INU Champollion)
  • Fabrice Jesné (Ecole française de Rome)
  • Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud – CERHIO)

Partenaires institutionnels

  • Casa de Velázquez (Madrid)
  • Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (Université Nice Sophia Antipolis)
  • Centre de recherches en Histoire internationale et atlantique (Université de Nantes)
  • Centre de recherches historiques de l’Ouest (Université de Bretagne-Sud, Lorient)
  • Ecole française de Rome (Rome)
  • Ecole française d’Athènes (Athènes)

 

Les rencontres organisées

« La chancellerie consulaire française (xvie-xxe siècle). Attributions – organisation – agents – usagers » (Centre des Archives diplomatiques de Nantes, Nantes, 25 juin 2015)

L’appel à contribution : cliquer ici

Le programme de la journée : cliquer ici

La publication des actes : cliquer ici

 

« Les services consulaires italiens et le long Risorgimento (fin XVIIIe – XXe siècle) » (Ecole française de Rome, Rome, 29 et 30 septembre 2016)

L’appel à contribution : cliquer ici

Le programme de la journée : cliquer ici

Le carnet de recherche du programme Consoli (programme coorganisateur de la Journée) : cliquer ici

 

« Seguir siendo extranjero. Les consuls et la fabrique des étrangers dans les mondes hispaniques (XVIIIe-XIXe siècles) » (Casa de Velázquez, Madrid, 17 octobre 2017)

L’appel à contribution : cliquer ici

Le programme de la journée : cliquer ici

Les captures audio des actes de la journée sont disponibles en ligne sur le site de la Casa de Velazquez : cliquer ici

 

« La maison consulaire : espaces, fonctions et usagers (Moyen Âge – époque contemporaine) » (INU Champollion – FRAMESPA, Albi, 10 mai 2019)

L‘appel à contribution : cliquer ici

[Colloque] Stranieri. Controllo, accoglienza e integrazione negli Stati italiani (XVI-XIX secolo) / Etrangers. Contrôle, accueil et intégration dans les États italiens (XVIe-XIXe siècle)

Ce colloque se déroulera à Naples (Biblioteca di Ricerca del’Area Umanistica) les 30 et 31 octobre 2017. Il est organisé par Marco Meriggi (Università di Napoli Federico II) et Anna Maria Rao (Università di Napoli Federico II), avec la collaboration de Gilles Bertrand (Université de Grenoble-Alpes-IUF-LUHCIE), dans le cadre du programme de l’Ecole française de Rome Administrer l’étranger. Mobilités, diplomaties et hospitalité Italie-Europe (XIVe- mi XIXe siècle).

Dans les Etats italiens comme ailleurs, le personnel consulaire joue un rôle essentiel dans le contrôle et l’accueil des étrangers, mais aussi peut-être dans leur intégration.

Nous signalons en particulier la communication de Roberto Zaugg (Université de Lausanne) et Marco Rovinello ( Università della Calabria, Arcavacata) « Consolati e stranieri nella Napoli borbonica (XVIII-XIX secolo) ».

 

Il convegno si svolgerà a Napoli (Biblioteca di Ricerca del’Area Umanistica) i 30 e 31 ottobre 2017. Sarà organizzato da Marco Meriggi (Università di Napoli Federico II) e Anna Maria Rao (Università di Napoli Federico II), in collaborazione con Gilles Bertrand (Université de Grenoble-Alpes-IUF-LUHCIE), nell’ambito del programme di ricerca dell’Ecole française de Rome Administrer l’étranger. Mobilités, diplomaties et hospitalité Italie-Europe (XIVe- mi XIXe siècle).

Negli Stati italiani come altrove, il personale consolare svolge un ruolo fondamentale nel controllo e l’accoglienza degli stranieri, e forse anche nella loro integrazione.

Segnaliamo in particolare la relazione di Roberto Zaugg (Università di Losanna) et Marco Rovinello (Università della Calabria, Arcavacata) « Consolati e stranieri nella Napoli borbonica (XVIII-XIX secolo) ».

[Conférence] Un capitale linguistico. Percorsi e appartenenza dei figli d’immigrati italiani a Costantinopoli

Conférence de Marie Bossaert, membre de l’Ecole française de Rome et membre de l’équipe « Consoli », à l’Institut historique allemand de Rome, le 25 octobre 2017 à 18h.

Conferenza di Marie Bossaert, post-dottorando all’Ecole française de Rome e membro dell’équipe « Consoli », presso l’Istituto storico germanico di Roma, il 25 ottobre alle ore 18.