[Exposition] Rue d’Alger / Manifesta 13 Les Parallèles du Sud

(version française ; version italienne plus bas)

Rue d’Alger / Manifesta 13 Les Parallèles du Sud

Commissariat de Alessandro Gallicchio

avec P. Sintès, M. Schütz et S. Frangi, assistés de L. Battais

– Exposition : Alessandra Ferrini, Nina Fischer & Maroan el Sani, Emma Grosbois & Agathe Rosa, Amina Menia et une section consacrée aux archives de l’ancienne Casa d’Italia (Alessandro Gallicchio, Stéphane Mourlane et Caroline Pane)

– Performances : Muna Mussie et Mohammed Laouli

– Activités académiques élaborées avec l’équipe scientifique du laboratoire TELEMMe (AMU/CNRS)

Rue d’Alger propose la réinterprétation d’éléments urbains marseillais renvoyant aux histoires coloniales, à partir du croisement des perspectives artistiques et de la recherche académique. Le projet investit l’Institut culturel italien, situé dans l’ancienne Casa d’Italia, qui elle-même se confondait avec le Consulat Général d’Italie et les institutions communautaires italiennes sous le fascisme. Exemple emblématique de l’architecture de régime sur le sol français, c’est un lieu « dissonant » dont les portes sont ouvertes et les archives révélées. Si Rue d’Alger questionne la propagande du rêve expansionniste mussolinien, il ne se limite pas à l’élaboration d’un discours uniquement centré sur l’Italie. Le positionnement de l’Institut culturel italien au cœur de la rue d’Alger, invite en effet à élargir le propos aux héritages des relations asymétriques que la France a construites avec l’Afrique du Nord. L’exposition Rue d’Alger propose pour cela un dispositif polyphonique et pluriel, dans lequel les artistes et les chercheurs abordent, à travers différentes activités (performances, tables rondes, séminaires, etc…), les « fantômes » du passé colonial en revenant sur la construction de l’espace partagé et circulatoire que pourrait dessiner la Méditerranée d’aujourd’hui.

Pour donner corps et visibilité à la dimension historique de Rue d’Alger, un historien de l’art (Alessandro Gallicchio) et deux historiens (Stéphane Mourlane et Caroline Pane) ont réunit un ensemble documentaire inédit sur l’histoire de cette « maison » au temps du fascisme. Affichées dans une section de l’exposition, ces archives restituent le travail de reconstitution des dispositifs visuels (architecture, peinture murale, sculpture) utilisés à l’époque, auquel s’ajoutent des approfondissements sur la vie et sur les activités organisées dans cette structure. Il ne faut pas oublier que Mussolini, en transformant le terme d’émigré en « Italien à l’étranger », avait insisté sur l’importance du caractère idéologique des Case d’Italia, qui étaient placées sous l’autorité des consuls d’Italie. Le fascisme avait ainsi fondé des écoles, des gymnases, des théâtres, des salles de loisir et des chapelles dans lesquels les Italiens se formaient, s’entrainaient, s’instruisaient, priaient etc… Finement conçus, ces espaces exerçaient non seulement un pouvoir persuasif, qui utilise l’architecture et les décorations murales pour conforter l’imaginaire totalitaire, mais aussi proactif, à travers l’accueil de rituels, de « performances » collectives et de parades. La présentation de ces archives dans le couloir de l’exposition est assortie de textes courts qui analysent, sous la forme d’un journal d’époque, le patrimoine et la vie quotidienne de l’ancienne Casa d’Italia. Les archives dialoguent avec les œuvres d’art contemporain pour déchiffrer et questionner le rôle assumé par le modèle sémiotique de références au fascisme et pour avancer une lecture critique sur son actualité, dans le contexte des recherches artistiques et académiques post/anti-coloniales.

Rue d’Alger est un projet porté par TELEMMe (AMU/CNRS), en partenariat avec l’Istituto Italiano di Cultura – Marseille.

Voir le site internet du projet : www.ruedalger.net

Rue d’Alger / Manifesta 13 Les Parallèles du Sud

A cura di Alessandro Gallicchio

con P. Sintès, M. Schütz et S. Frangi, assistente L. Battais

– Mostra : Alessandra Ferrini, Nina Fischer & Maroan el Sani, Emma Grosbois & Agathe Rosa, Amina Menia e una sezione dedicata agli archivi dell’ex Casa d’Italia (Alessandro Gallicchio, Stéphane Mourlane et Caroline Pane)

– Performances : Muna Mussie et Mohammed Laouli

– Attività accademiche elaborate con i ricercatori del laboratorio TELEMMe (AMU/CNRS)

Rue d’Alger propone la reinterpretazione di alcuni elementi presenti nel tessuto urbano marsigliese che evocano la storia coloniale del Mediterraneo, esplorando delle prospettive critiche volte a far dialogare sguardi artistici e ricerca universitaria. Il progetto è realizzato all’interno dell’Istituto Italiano di Cultura (ex Casa d’Italia), che all’epoca si confondeva con il Consolato Generale d’Italia e con le diverse componenti associative del fascismo, ed era per l’appunto un esempio emblematico di architettura di “regime” in Francia. È a partire dal ventre di questo luogo che si tenta di svelare il carattere “dissonante” delle sue mura attraverso lo studio dei suoi archivi. Se Rue d’Alger sembra mettere prevalentemente in discussione la propaganda del sogno espansionista mussoliniano, si apre nel contempo a un confronto con il complesso patrimonio urbano che è testimonianza delle relazioni asimmetriche instaurate dalla Francia con il Nord Africa. Tale approccio metodologico è suggerito dall’ubicazione stessa dell’Istituto Italiano di Cultura, che si trova infatti in rue d’Alger, e che ci spinge a intraprendere questo confronto. La mostra Rue d’Alger presenta dunque un dispositivo polifonico nel quale artisti e ricercatori affrontano, con formati multipli (performance, tavole rotonde, seminari), gli “spettri” del passato coloniale, proponendo la costruzione di uno spazio condiviso che potrebbe materializzarsi nel Mediterraneo contemporaneo.

Per dare un’appropriata visibilità alla dimensione storica di Rue d’Alger, uno storico dell’arte (Alessandro Gallicchio) e due storici (Stéphane Mourlane e Caroline Pane) hanno riunito un corpus documentario inedito sulla storia di questa “casa” al tempo del fascismo. Esposti in una sezione della mostra, tali archivi attestano il lavoro di ricostruzione dei dispositivi visivi (architettura, pittura murale, scultura) utilizzati all’epoca, ai quali vengono affiancate alcune sezioni di approfondimento sulla vita e sulle attività organizzate in questo complesso. Non bisogna dimenticare che Benito Mussolini, trasformando il termine di emigrato in “italiano all’estero”, aveva insistito sul carattere ideologico delle case d’Italia, che erano controllate dai consoli italiani. Aveva così fondato scuole, palestre, teatri, spazi per il dopolavoro e cappelle nei quali gli italiani si formavano, si allenavano, si istruivano, pregavano etc. Concepiti con finezza propagandistica, questi spazi esercitavano non solo un potere persuasivo grazie all’impiego dell’architettura e delle decorazioni murali a sostegno dell’immaginario totalitario, ma anche propositivo, per mezzo dell’organizzazione di rituali, performances collettive e parate. La restituzione del lavoro negli archivi in una sezione del corridoio della mostra è accompagnata da testi brevi che analizzano, con un’impostazione grafica conforme ai canoni dei giornali di quel tempo, il patrimonio storico e la vita quotidiana nell’ex casa d’Italia. Gli archivi dialogano con le opere d’arte contemporanea per interrogare il ruolo assunto dal modello semiotico che fa esplicito riferimento al fascismo, e per proporre una lettura critica della sua attualità, nel contesto delle ricerche artistiche post/anti-coloniali.

Si rimanda al sito internet del progetto: www.ruedalger.net


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
alessandrogallicchio (12 février 2021). [Exposition] Rue d’Alger / Manifesta 13 Les Parallèles du Sud. Consoli. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n2r7


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search