Les Italies et leurs consuls [par Marcella Aglietti et Fabrice Jesné]

N.B. : ce texte est la version française de l’introduction d’un volume collectif consacré aux services consulaires italiens de 1802 à 1945 : Marcella Aglietti, Mathieu Grenet, Fabrice Jesné (dir.), Consoli e consolati italiani dagli Stati preunitari al fascismo (1802-1945), Rome, Ecole française de Rome, 2020 (Collection de l’École française de Rome 568).

 

En avril 2018, le gouvernement autrichien, alliant conservateurs de l’ÖVP au parti d’extrême-droite FPÖ, a brièvement tenté de présenter au parlement de Vienne un projet de loi permettant aux germanophones du Haut-Adige (Alto-AdigeSüdtirol), territoire italien, de s’adresser aux consulats de la république d’Autriche en cas de séjour à l’étranger, et ce y compris dans des pays où l’Italie dispose de représentations diplomatiques[1]. Si le projet avait été mené à son terme, il aurait rouvert une bataille consulaire débutée en 1848, lorsque le Piémont-Sardaigne avait revendiqué la protection des sujets autrichiens de langue italienne, et close en 1947, lorsque l’Italie recouvre définitivement sa souveraineté sur les territoires alpins obtenus en 1918-1919.

Ce sont là les contours approximatifs d’un « long Risorgimento » consulaire. Dès l’apparition de la nation contemporaine, entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, les consuls jouent un grand rôle dans la fabrique du national, c’est-à-dire dans la détermination de « qui est… » français[2], grec[3], espagnol, uruguayen[4], ou ici, italien. Le cas italien nous a semblé suffisamment particulier, riche et peu traité pour qu’il mérite examen par un groupe de recherche, dont le présent ouvrage vise à rassembler les résultats autour de la question du rôle des consuls dans la formation de la nation italienne hors du sol italien[5]. Dès lors, cet ouvrage se trouve au carrefour de trois historiographies : celle de la figure consulaire, celle de la naissance de l’Italie contemporaine à travers le Risorgimento et ses lendemains, celle enfin de l’administration italienne.

 

Les publications consacrées, ces dix dernières années, à la figure consulaire, insistent généralement, dans leur préambule, sur le profond renouvellement en la matière. Nous renvoyons donc aux synthèses les plus complètes sur le sujet, et nous concentrerons sur un point : la relative marginalité de l’Italie contemporaine dans ces études[6]. Dans la bibliographie monumentale sur « L’histoire de la fonction consulaire jusqu’au début de la première guerre mondiale » établie par Jörg Ulbert, on compte une quinzaine de monographies et articles sur l’Italie unifiée, la plupart de ces références concernant des études de cas[7]. Il est vrai que l’historiographie consulaire est avant tout moderniste, l’ancien régime semblant offrir aux consuls une marge de manœuvre incomparablement plus étendue qu’un XIXe siècle marqué à première vue par une bureaucratisation et une fonctionnarisation qui semble couler les individus dans un même moule. L’histoire de l’administration, toutefois, a su faire sienne les apports de la sociologie et de l’anthropologie pour « repérer [des] logiques sociales en actes au cœur même de l’action quotidienne de l’État et du champ d’application des décisions politiques »[8]. La modernisation administrative est un processus qui n’est ni linéaire, ni univoque : même dans le cas français, souvent considéré comme un modèle de bureaucratisation précoce, bien des agents ne se sentent guère concernés par la réglementation élaborée à Paris, et cela encore en plein milieu du XIXe siècle[9].

Quand bien même il s’insérerait dans des tendances générales bien caractérisées ailleurs[10],

Étudier le cas italien nous a semblé permettre d’apporter du neuf dans la question des rythmes de la fabrique de la nation et de l’État, et ce en raison d’une double spécificité. D’abord celle de l’unification : un peu après le milieu du XIXe siècle, disparaissent six États dits « italiens ». L’Italie est alors une évidence, en dépit de son inexistence sur le plan politique : « Je suis bien dispensé de donner l’énumération des états de cette grande presqu’isle ; parce que les enfans même en sont instruits », lit-on dans l’Encyclopédie[11]. Partant, dans un premier temps, de l’évidence de la communauté culturelle italienne pour les contemporains, nous qualifierons d’États italiens tous ceux dont le territoire se situe dans la péninsule italienne[12]. Trois au moins de ces États disposaient d’un réseau consulaire proportionné à leurs importantes positions commerciales et démographiques en Méditerranée. Le royaume d’Italie qui leur succède reconduit largement le système consulaire du royaume de Sardaigne dont il est issu, mais intègre une partie des autres traditions pré-unitaires en la matière. L’autre spécificité de l’Italie est celle de sa « pluralité de diasporas », ou many diasporas selon l’expression forgée par Donna Gabaccia[13]. Le Palais de la civilisation du travail, cette cathédrale fasciste, définit la nation italienne comme suit : « Un popolo di poeti di artisti di eroi / di santi di pensatori di scienziati / di navigatori di trasmigratori ». L’accumulation, si elle vise à exalter le génie national, dit aussi la diversité, à travers les siècles, des formes de mobilité hors de la péninsule. La période que nous avons retenue pour cette étude est précisément celle au cours de laquelle ces mobilités deviennent un phénomène de masse, recouvrant les circulations plus anciennes du commerce, de la navigation ou de l’exil politique[14]. La question du Risorgimento hors d’Italie connecte ces deux spécificités.

La notion de Risorgimento désigne aujourd’hui couramment le processus d’unification politique de l’Italie au cours des deux premiers tiers du XIXe siècle[15] ; précédé de l’adjectif « long », elle englobe « la naissance de l’Italie contemporaine »[16], dont le terminus ad quem n’est pas évident, selon la place que l’on donne au fascisme dans cette genèse. Son terminus a quo fait aussi débat. Nous sommes partis de la période de domination française consécutive à la Révolution, tant cette époque est déterminante en termes politiques et administratifs. Toutefois, avant de s’imposer dans sa version politique, le Risorgimento a d’abord une signification artistique et linguistique, celui de Risorgimento delle lettere. Les chapitres relatifs à la période pré-unitaire révèlent en effet que la proximité culturelle et sociale entre Italiens a pu favoriser de petites unifications, çà et là dans les ports méditerranéens, dès le Quarantotto, en rencontrant plus ou moins nettement le projet politique de la dynastie de Savoie. Quant au fascisme, ce volume y consacre trois chapitres, où l’on peut lire la force des rivalités entre personnel consulaire et sphère militante fasciste, rivalité qui semble se solder par la victoire du premier, les consuls devenant des sortes de podestats à l’étranger, acquérant une autorité inimaginable sous l’Italie libérale, en dépit des continuités également révélées par ce volume.

 

L’apport de cet ouvrage consiste donc à retenir l’« Italie hors d’Italie »[17] comme observatoire de la formation de l’Italie contemporaine, en focalisant le regard sur l’administration consulaire, dont la raison d’être est précisément celle de la tutelle des « nationaux » hors des frontières de la nation[18]. Il s’agit, en somme, de réexaminer « la parabole de [l’]impossible rencontre entre État, nation et société » à l’aune de la relation entre les consuls, leurs administrés et le ou les États qui investissent les premiers et revendiquent les seconds[19]. C’est aussi un moyen de pratiquer une « nouvelle histoire du Risorgimento », dont le programme a été tracé il y a une dizaine d’années. Ce programme consiste notamment à affronter le Risorgimento comme un mouvement de masse, bien au-delà de la minorité suragissante des Cavour, Mazzini, Garibaldi et autres. Or étudier les consuls et les relations avec les individus et les groupes qu’ils administrent, c’est certainement permettre de « faire vivre la culture profonde du Risorgimento », par la restitution de « mentalités, sentiments, émotions, trajectoires de vie »[20]. Cette restitution concernera ici au premier chef les consuls : quelle est leur attitude face au projet de construction d’un État-nation italien ? Au début de la période, il semble que les consuls appartiennent à cet « establishment des États pré-unitaires » qui voit d’un mauvais œil l’exaltation révolutionnaire[21]. Certains consuls au service des États dont l’existence est menacée par la perspective de l’unité peuvent même être rattachés à l’anti-Risorgimento[22] (en ce sens, le volume ne méconnaît pas le caractère central de la conflictualité dans le processus de création de la nation italienne[23]). Quant aux consuls sardes, ils finissent par devenir les acteurs clé de l’unification des communautés italiennes pré-unitaire à l’étranger. Pour autant, on ne saurait diviser les consuls en deux camps, les parcours individuels étant déterminants. Les consuls semblent avoir surtout chercher à mener leur barque, ce qui les a amené à accepter, semble-t-il, majoritairement le nouveau cours des choses. Les consuls font-ils, pour autant, partie des « speakers » du Risorgimento, ces activistes promoteurs d’un nouveau discours sur le politique, national dans son contenu et émotionnel dans sa forme[24] ? Tant qu’ils n’en reçoivent pas le mandat explicite de « leur » ministère des Affaires étrangères, sans doute pas, sauf circonstances exceptionnelles telles que le long Quarantotto, qui semble chez certains avoir soulevé les passions pour ou contre le Risorgimento. Avec l’Unité, soit dès 1859 pour les Sardes, à partir de leur intégration dans le service consulaire de l’Italie unifiée pour les autres, la promotion du sentiment national devient une mission à part entière des consuls. Cette promotion passe par la nouvelle liturgie nationale, dont la première occurrence est souvent la proclamation de l’Unité depuis le balcon du consulat – et en ce sens,  les consuls sont littéralement des speakers. Elle passe aussi, et surtout, dans le cas des consuls, par des dispositifs normatifs, eux aussi puissamment performatifs en matière de fabrique du national[25]. Les travaux de Michael Billig sur le « nationalisme banal » ont en effet montré que la nation n’advient pas seulement par des événements extraordinaires (tels que l’unification dans le cas italien) : elle perdure grâce à l’omniprésence du national dans le quotidien, dont les moindres recoins sont plantés du drapeau (« flagged »)[26]. Or quelle institution est la mieux placée pour opérer ce « flagging » du quotidien des ressortissants à l’étranger, sinon l’institution consulaire ? Au consulat, les emblèmes nationaux sont partout. Le drapeau flotte au fronton du bâtiment, au-dessus de l’emblème (stemma) fixé sur la façade ; les armes des Savoie figurent sur l’en-tête des documents de la vie quotidienne établis par le « consulat royal d’Italie » ; le consul lui-même, en uniforme, symbolise l’État-nation italien jusque dans ces déplacements à travers sa ville de résidence. Au-delà des consuls eux-mêmes, nous nous intéresserons donc aux rapports qu’ils entretiennent avec leurs administrés, sans pour autant chercher à y voir à tout prix des entreprises de nationalisation. L’historiographie du nationalisme en a aussi montré les limites, les impasses et les formes d’inefficacité, notamment dans les régions de frontière[27]. Un tel constat relativise la notion de retard ou d’inachèvement de la nation italienne, et ce qui vaut pour les confins du territoire national vaut aussi, à plus forte raison, pour ces hyperfrontières que sont les archipels italiens hors de la péninsule italienne.

 

Il n’est pas facile de caractériser l’ensemble des individus et des groupes de Méditerranée qui sont liés, à des degrés divers, à la péninsule italienne, surtout si l’on prend en considération la période pré-unitaire. Cela vaut d’ailleurs pour les consuls eux-mêmes, et à plus forte raison pour leurs employés et relais locaux. L’ubiquité et le caractère ancien et, plus tardivement, massif de cette présence hors des limites de la nation (culturelle, puis politique) peuvent suggérer de considérer ce peuplement comme une diaspora. Comme les juifs, les Grecs, les Chinois, les Indiens, etc., les Italiens sont regroupés, depuis fort longtemps, en communautés plus ou moins importantes un peu partout en Méditerranée puis dans le monde[28]. Toutefois, à la différence des juifs ou des Africains, ils ont un État, qui les revendique et – éventuellement – les protège[29]. Cela est vrai, du moins, après 1861. Avant cette date, les consuls des États pré-unitaires administrent leurs ressortissants outre-mer, en vertu de liens de type encore essentiellement dynastique et administratif. Bien souvent, il n’y a d’ailleurs pas de représentant sarde, napolitain, toscan ou autre, ou bien sa protection n’a guère d’intérêt et l’on s’adresse au consul de France, d’Angleterre, d’Autriche. Ce dernier protège d’ailleurs longtemps, jusqu’en 1918, des Italophones. Bref, le rapport à l’État – et donc aux consuls – des populations réputées italiennes est extrêmement labile.

 

L’historiographie s’est surtout penchée sur la « grande émigration » et son caractère de diaspora de travail, et plus récemment, avec l’essor des études culturalistes, sur celui de diaspora culturelle[30]. Or se concentrer sur les consuls, ceux qui administrent, ou prétendent administrer, la diaspora, même sur une période réduite d’une centaine d’années, permet d’articuler à l’émigration de masse une tradition plus ancienne, d’ailleurs magnifiée en Italie, celle des nations marchandes de Méditerranée, bien connues en revanche de l’historiographie moderniste. Il est vrai qu’une diaspora se définit par la conscience ou la mémoire d’une origine commune. Ne serait-ce pas cette « italianité » que les consuls du royaume unifié reçoivent mission de promouvoir ? Nous définirons l’italianité moins en termes de « caractère national »[31], que de pratiques fondant une « coprésence » à l’étranger[32], même si, certainement, les consuls ont grandement contribué à la fabrique des stéréotypes sur le caractère italien. Le fait de parler une langue commune, ou des dialectes apparentés à cette langue commune, celui de commercer avec la péninsule italienne, de l’avoir quittée pour fuir la pauvreté ou la répression politique, ou encore d’y avoir des origines familiales récentes ou lointaines sont des éléments qui favorisent une coprésence sociale entre individus liés, à des degrés divers, par une telle italianité. Le fait d’être sujet de l’un des monarques régnant dans la péninsule italienne – qui se traduit souvent, mais pas toujours, par un enregistrement au consulat dudit monarque – constitue alors un facteur important, mais non nécessaire, de cette coprésence.

Dans ce volume, la péninsule italienne peut être caractérisée comme un « régime intermédiaire de territorialité »[33]. L’absence de référence à un État commun n’empêche pas des pratiques de sociabilité communes, en dépit de la diversité des affiliations administratives et des langues : à l’étranger, les Italiens se fréquentent, avant même que l’Italie existe. Les sources consulaires le montrent, mais elles montrent aussi que ce lien n’est pas exclusif. Les mariages hors de l’italianité sont fréquents, pour ne pas parler des relations d’affaire et de la pratique du culte catholique. Incontestablement, la création de l’État-nation et le mandat que ce dernier confère à ses consuls changent la donne. À l’âge du nationalisme, les prescriptions identitaires se font plus exclusives, même si les pratiques individuelles sont très labiles. La coprésence italienne est alors le terreau à partir duquel les consuls reçoivent mission de faire nation.

Que disent, justement, les sources consulaires de cette italianité d’outre-mer ? Administrés aussi bien qu’administrateurs évoquent les « colonies » sarde, napolitaine, toscane, puis italienne (colonie, sing. colonia). Le Dizionario della lingua italiana de Tommaseo et Bellini, paru entre 1861 et 1879, renvoie d’abord au sens antique du mot : « Appresso gli antichi era Popolo mandato ad abitare un paese colle stesse leggi della città che lo mandava », avant de citer son sens éthologique, puis son acception nouvelle avec la colonisation des outre-mers par les grandes puissances européennes. En dernier lieu, « si dicono ancora Colonie le nuove città fabbricate da uomini che si recano al di là dei mari lontano dalla patria loro »[34]. Au lendemain de l’Unité, le terme ne semble donc guère installé dans la langue italienne[35], alors qu’il l’est dans ces communautés d’outre-mer qui sont confiées à l’administration des consuls pré-unitaires. On le trouve, du moins, abondamment utilisé par l’administration consulaire sarde dans les années 1850, mais aussi dans les textes issus des interactions entre les consuls et leurs administrés. En mai 1858, le Progresso, journal italien d’Alexandrie d’Égypte, évoque la colonie sarde regroupée derrière son consul pour fêter les dix ans du Statuto. En décembre 1856, le procès-verbal de la réunion de fondation d’un hôpital et d’un lycée communautaires à Constantinople et signé des principaux notables se réfère lui aussi à la colonie[36]. Dans les décennies qui suivent l’Unité, le débat sur l’émigration et la place que doit lui réserver la nation installe le terme dans l’espace public, avec par exemple les écrits du journaliste Leone Carpi[37].

Pour Mark Choate, l’italianité est théorisée par les élites en vue de maintenir un lien avec les expatriés de l’émigration de masse en dépit de l’absence de souveraineté politique italienne sur les communautés ultra-marines originaires de la péninsule[38]. Les études de cas rassemblées ici montrent que des pratiques de sociabilité commune autour de la langue italienne et de la religion catholique préexistent largement à l’État unitaire, de même que des tentatives de promotion d’un lien politique, et non simplement culturel, de la part de ces agents de l’État hors des frontières nationales que sont les consuls. Reste que, l’unité faite, les consuls demeurent bel et bien les acteurs aussi bien que les symboles d’un lien administratif qui s’appuie aussi sur une identité commune ethno-culturelle. Ce volume entend donc réexaminer la chronologie de la co-construction, par les agents de l’État et leurs administrés (notables et petites gens), d’un lien avec un État-nation italien préfiguré par le royaume de Sardaigne, avant de s’identifier à royaume d’Italie recouvrant l’essentiel de la péninsule.

En dernier lieu, les consuls sont les acteurs d’un projet visant à confondre italianité et régime fasciste, ce qui conduit au paradoxe suivant : à l’exclusion de citoyens italiens au motif de leur opposition au régime, répond l’inclusion d’étrangers d’ascendance italienne s’abstenant de contester le fascisme par fidélité à leurs origines ethniques. En ce sens, si l’« emigrant nation » voit les émigrants forger la nation dont ils sont issus (Making Italy abroad), les consuls jouent un rôle fondamental dans cette dialectique du dedans et du dehors. Cela ne doit pas, toutefois, conduire à penser que l’italianisation de la diaspora est un succès en tout temps et en tout lieu. L’histoire de l’action consulaire est aussi celle de nombreux échecs, ou de situations ambiguës, l’italianité n’étant souvent qu’une stratégie, voire un mirage qui ne parvient pas à freiner l’assimilation par les sociétés d’accueil, comme le montre le cas français abondamment traité dans ce volume, en métropole et dans les colonies d’Afrique du Nord. Les individus revendiquant la qualité d’Italiens s’insèrent en réalité dans divers cercles de sociabilité qui produisent des identités complémentaires ou concurrentes ; professionnelles, régionales, religieuses ou encore ethno-raciales, surtout en contexte colonial. En Afrique du Nord, quoi que se trouvant souvent en position socialement subalterne, les Italiens disposent d’un statut juridique qui les situe du « bon » côté de la barrière coloniale, leur conférant en tout cas une série de garanties et protections auxquelles les colonisés ne peuvent prétendre. Ces dispositions les agrègent à la catégorie plus vaste des « Européens », susceptible de diluer leur italianité au profit d’une identité cosmopolite (dans l’Égypte des khédives) ou au contraire d’une affiliation nationale dominante (Algérie française et protectorat de Tunisie, ou encore captation des « Levantins » par les États successeurs de l’Empire ottoman).

 

D’importants travaux ont révélé le rôle de la diaspora italienne dans la création de la nation italienne[39]. Il s’agit ici d’envisager les évolutions conjointes d’une administration et d’une nation en train de se faire, à travers une interaction État /citoyens unique, celle que permet la relation de proximité entre consuls et Italiens à l’étranger. On le sait, le consul exerce des prérogatives qui l’apparentent à la fois au préfet, au maire, au capitaine du port, au notaire, à l’agent de l’état civil, au conseil de révision, au commissaire de police et à bien d’autres figures encore. On dispose donc là d’un observatoire original et unique pour reprendre le programme de recherche exposé par le chef de file de l’histoire de l’administration italienne, Guido Melis : « faire l’État pour faire les Italiens »[40]. La chronologie qui ressort de notre enquête collective n’est sans doute pas la même que celle retenue par Guido Melis. À l’échelle de l’administration italienne dans son ensemble, c’est le boom économique de « l’époque giolitienne », la belle époque italienne, qui permet le « décollage administratif »[41]. Certes, l’un des rares travaux consacrés aux consuls italiens – c’est à vrai dire un passage d’une étude plus vaste – insiste sur la réorganisation connue par le service consulaire à cette même époque[42]. Mais l’administration consulaire italienne demeure une petite structure, sans rapport avec les effectifs déployés par le gouvernement sur le sol national, et cela alors même que lui sont progressivement confiées des missions d’intérêt national majeur. Après avoir réalisé l’unification hors d’Italie, à l’échelle des postes et   aux yeux de l’étranger, voici qu’incombe aux consuls la tâche de maintenir le lien entre l’Italie et ses émigrés. Maintenir ce lien, ou le créer ? Car en Italie même, il s’agit de faire les Italiens. Dans cet ouvrage, nous nous sommes efforcés de ne jamais considérer les consulats au service des différents États « italiens » comme des isolats, en insistant au contraire sur les circulations de pratiques et modèles administratifs entre les postes, mais aussi entre eux et la péninsule italienne. En effet, les travaux consacrés à l’émigration italienne d’une part, à l’administration italienne d’autre part ignorent les consuls, où ne voient en eux que d’utiles pourvoyeurs d’informations. C’est leur valeur heuristique pour eux-mêmes que nous cherchons ici à mettre en évidence, à travers la caractérisation de cette administration très mal connue.

 

L’administration des affaires étrangères et de la diplomatie de l’Italie unifiée ont, il est vrai, fait l’objet d’importants travaux qui documentent en passant la réglementation, l’organisation et les missions de l’outil consulaire[43]. Rares sont, néanmoins, les travaux consacrés explicitement aux consuls italiens[44]. La Toscane est le seul État pré-unitaire ayant fait l’objet d’une monographie[45] ; à l’exception de la Sardaigne[46], les autres nous sont à peu près inconnus. Le présent ouvrage ne peut, à lui seul, combler une telle lacune. L’ubiquité de la fonction consulaire multiplie la singularité des situations locales, surtout si l’on considère plusieurs États, comme c’est le cas à l’époque pré-unitaire. À ce titre se pose le problème de la commensurabilité des sources pré-unitaires : comment comparer les abondantes séries, précisément normées, du Royaume de Sardaigne conservées à Turin et à Rome, aux bribes laissées par des consuls pontificaux dont une poignée était, à la veille de l’unification, rétribuée par la Curie ? De la même façon se pose la question de l’examen d’une administration à l’échelle d’une période relativement longue, de l’époque napoléonienne au fascisme, des correspondances marchandes aux télégrammes diplomatiques. Sans méconnaître ces difficultés et les biais d’analyse qu’elles peuvent provoquer, nous avons choisi de rassembler treize contributions autour du questionnement suivant : quel rôle les consuls servant les différents États « italiens » ont-ils joué dans une double nationalisation, celles de l’administration des Affaires étrangères et celle, corollaire de la première, des Italiens de l’étranger ? Les quatorze chercheuses et chercheurs ayant accepté de répondre à cette question proviennent d’horizons divers, qu’ils soient spécialistes d’histoire proprement italienne ou au contraire d’espaces où se déploie une présence italienne, des Balkans au Midi de la France en passant par l’Égypte et le Maghreb. Dans le cadre du groupe de recherches « Consoli », ils ont échangé références théoriques et factuelles mais aussi sources ; ils se sont aussi appuyés sur le socle de connaissances constitué par l’historiographie consulaire récente, et nous tenons à les remercier d’avoir joué ce jeu collectif, prolongé par le présent carnet de recherches « hypothèses » sur lequel on trouvera d’autres éclairages, plus ponctuels. L’ubiquité de l’administration consulaire et la variété des situations locales rendent précieuse une telle approche polyphonique au service d’un questionnaire commun. De façon à resserrer le propos, nous avons choisi de limiter cette première approche au cadre méditerranéen, berceau de l’activité consulaire seul à même de permettre l’observation des évolutions sur plus d’un siècle. De fait, le lecteur retrouvera, d’un chapitre à l’autre, plusieurs personnages dont les carrières sont autant de voyages en Méditerranée : ainsi les membres de la dynastie napolitaine des De Martino, ou encore le fasciste Carlo Barduzzi. En outre, on a choisi de demeurer dans la sphère des États italiens pré-unitaire et de l’Italie unifiée, sans chercher à développer des comparaisons avec d’autres services consulaires mieux connus. Une telle approche pourrait constituer un nouveau volet de notre enquête; avant cela, il nous a toutefois semblé nécessaire de disposer d’une connaissance précise des services consulaires italiens, de même qu’il existe des études de référence sur ceux du Royaume-Uni, de la Suède, de la France, etc[47].

Si les forces ainsi rassemblées ont permis un premier balayage des différents services consulaires italiens, de leurs similarités et de leurs différences en matière de fabrique du national, elles ne pouvaient prétendre à l’exhaustivité et des manques, certainement, demeurent. Les « États mineurs » d’Italie centrale ont été peu envisagés, du fait sans doute de l’exiguïté de leurs sources. De même, beaucoup reste à faire sur l’Italie libérale, qui en cinquante ans d’existence a sédimenté quantité de règlements et savoir-faire consulaires en dépit de la faiblesse des moyens disponibles. Quant aux agents consulaires, qu’on appelle aujourd’hui « consuls honoraires », ils demeurent pour l’instant insaisissable dans le cas italien comme dans ceux des autres services consulaires, ces acteurs ayant produit fort peu de sources.

 

 

Nous nous sommes donc concentrés sur la figure des consuls, qui présentent l’avantage, du point de vue de la documentation, de voir converger vers eux toutes les institutions impliquées dans le « faire diaspora »[48]. Il s’agit, d’une part, des institutions de tutelle (ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur, du Commerce, de la Marine, directions et tribunaux des principaux ports), qui depuis la péninsule italienne revendiquent un droit de regard sur ces populations d’outre-mer. Il s’agit aussi, d’autre part, des autorités, locales ou nationales, du pays d’accueil, et des institutions issues de la diaspora en question, qui favorisent des mouvements à la fois centrifuges et centripètes vis-à-vis des États de la péninsule italienne, au gré des intérêts du moment. Enfin il s’agit des relais des consuls eux-mêmes : leur personnel sur place, leur famille, leurs correspondants dans le pays d’accueil et leurs réseaux de protection en Italie. Ces agents sont définis par leur appartenance à une carrière qui se définit progressivement au cours du XIXe siècle, dans chacun des États pré-unitaires puis au sein de l’Italie unifiée[49].

S’ils se différencient progressivement des consuls-marchands d’ancien régime, après l’Unité ils tendent à être fréquemment confondus, dans l’esprit public et jusque dans la réglementation, avec les diplomates, les deux types de fonctionnaires étant fréquemment englobés dans la catégorie des « regi agenti diplomatici e consolari ». Rien de ce qui précède ne paraît propre à la situation italienne, la modernisation des différents services consulaires ayant tendance à uniformiser les pratiques[50], à partir notamment du modèle français de la communauté expatriée comme « nation en miniature »[51]. Toutefois, les consuls occupent une place particulière dans le roman national italien, et c’est peut-être l’une des premières spécificités italiennes en la matière. Toutes les nations exaltent leur propre antiquité, gage d’authenticité et de supériorité. En Italie, l’antiquité (au sens de passé lointain, des temps antéhistoriques à la renaissance) joue un rôle particulier car elle est un réservoir d’exempla, une preuve de grandeur à opposer à la réalité des difficultés de l’époque contemporaine. Si les consuls qui nous intéressent ne sont pas ceux de Tite Live, ils sont des figures clés des républiques maritimes, notamment Gênes et Venise. Dans l’esprit des promoteurs de l’Italie unifiée, ils illustrent donc les gloires des Communes médiévales, annoncent la vocation coloniale de l’Italie, et participent de son « primat mercantile »[52], une notion avantageuse à l’époque du libre-échange triomphant. Il n’est pas un manuel consulaire, genre en pleine expansion au XIXe siècle, qui n’omette de reconstituer l’histoire de l’institution, rappelant le rôle de précurseurs des Génois et des Vénitiens, aux côtés, il est vrai, des Provençaux et des Catalans. En Italie, la référence aux repubbliche marinare contribue à assoir l’idée d’une nation culturelle globale indépendante des frontières politiques[53]. Marchands et navigateurs sont les autres acteurs de ce « primat mercantile » car ils sont, aux origines de l’institution, la raison d’être des consuls. Pourtant, si, pour les penseurs du Risorgimento, l’existence de l’Italie est une évidence, il n’en va pas de même pour celle des Italiens[54]. Or le but de cet ouvrage est de montrer le rôle de l’administration consulaire dans le processus d’inclusion des populations désignées comme italiennes dans le projet national italien. En ce sens, l’administration consulaire fait partie des institutions nationalisatrices, à l’instar de celles qui sont bien connues de l’historiographie : école, armée, parlement, presse, musées, sociétés savantes, etc[55].

 

 

 

La création, sous l’égide de la France révolutionnaire puis napoléonienne, de la république italienne (1802), est souvent retenue comme le début du Risorgimento. Dans la première contribution à ce volume, Annalisa Biagianti analyse précisément le développement, par ce premier État explicitement « italien » et par le Royaume d’Italie qui lui succède en 1805, d’un système consulaire. Celui-ci présente la particularité d’être à la fois extrêmement dépendant du système français dans lequel il s’insère, et de participer aux tentatives d’affirmation d’une souveraineté italienne. Il comprend ainsi deux cercles : le maillage consulaire proprement italien se trouve ainsi localisé dans les territoires français situés dans la péninsule italienne. Au-delà, ce sont les consuls français dans le Levant qui représentent les intérêts italiens. L’influence française est aussi celle d’une modernisation bureaucratique qui suppose un contrôle accru des ressortissants. Pour autant, les consuls adoptent « une définition élastique de l’italianité », qui s’impose d’autant plus facilement qu’il est souvent bien difficile de distinguer consuls italiens et français.

En dépit de l’effondrement du système français en 1814, les services consulaires des États issus des Restaurations restent profondément marqués par le decennio francese, comme nous le rappellent Laura Di Fiore et Chiara Lucrezio Monticelli à propos des Deux-Siciles et des États du pape. Leur contribution propose une analyse concrète de la fabrique de l’administration et de celle du national, qui sont intrinsèquement liées. Le prisme retenu est celui de l’apparition d’une nouvelle prérogative consulaire, celle du contrôle des opposants politiques. Dans l’urgence, les consuls font alors remonter leur expertise de terrain, laquelle vient amender un corpus règlementaire en train de se structurer depuis le début du siècle. Ce processus bottom-up et top-down s’insère dans des espaces de circulation concentriques : l’Italie (une catégorie que les ennemis mêmes du Risorgimento sont bien obligés d’adopter puisque leurs opposants agissent à travers une solidarité italienne !), la Méditerranée, enfin l’horizon plus vaste de la catholicité. Ces analyses confirment le caractère pratique de l’italianité, mais aussi les limites de cette catégorie, puisque des identités alternatives se renforcent, ainsi la nation administrative napolitaine. La date de 1848, par le sentiment d’urgence qu’elle crée, constitue indéniablement un tournant.

Le long Quarantotto est d’ailleurs la perspective également choisie par les deux chapitres suivants, dus respectivement à Antonio D’Alessandri et Gabriele Montalbano. Le premier s’intéresse aux consuls sardes en poste dans l’Empire ottoman, un espace retenu par plusieurs des études rassemblées ici en raison de l’importance numérique des diasporas italiennes et des intenses circulations d’exilés politiques qui le caractérisent, de même que pour l’importance des prérogatives qui y sont concédées aux consuls occidentaux en général. L’étude d’Antonio D’Alessandri montre comment, avec la « première guerre d’indépendance », des consuls sardes qui jusqu’alors se préoccupaient surtout de commerce et d’état-civil, sont brusquement enjoints par Turin d’animer le projet unitaire parmi les diasporas italiennes. C’est toute une gamme de réponses de la part des intéressés qui est présentée ici, de l’indifférence à la limite de la défiance jusqu’à l’adhésion enthousiaste. Bon gré mal gré, les consuls deviennent des acteurs privilégiés des nouvelles liturgies politiques, qui doivent beaucoup aux anciennes cérémonies dynastiques et religieuses. Cette perspective permet aussi d’interroger la réception du nouveau langage de la nation, qui a pu être considérée comme un impensé d’une « nouvelle histoire du Risorgimento » par trop culturaliste[56]. Les « colonies » sardes, souvent constituées de « Levantins » de lointaine ascendance génoise, ont ainsi accueilli loyalement le nouveau projet dynastique, comme elles l’auraient fait semble-t-il de n’importe quelle autre décision du monarque. A contrario, les consuls de Sardaigne doivent faire face, dans les années qui suivent l’échec du Quarantotto, aux demandes d’un flot d’exilés en provenance de toute l’Italie, et A. D’Alessandri postule l’importance de ces interactions administrativo-politiques dans la nationalisation du service consulaire sarde.

Ce sont précisément les exilés qui, dans la Tunis étudiée par Gabriele Montalbano, conçoivent leur rassemblement au Circolo italiano comme l’antidote à la division des Italiens dont les consuls des différentes monarchies régionales sont, d’après eux, l’incarnation. Avec le Quarantotto, toutefois, des initiatives variées convergent pour solliciter du consul sarde qu’il prenne la tête de ce que G. Montalbano qualifie de « collectivité italienne ». La situation tunisienne fait donc écho à celles que décrit A. D’Alessandri dans les Balkans et en mer Égée. À Tunis joue cependant le particularisme régional de la Sicile, d’où sont issus de nombreux sujets napolitains. Pour les patriotes siciliens, une affiliation au consulat de Sardaigne permet l’émancipation de la tutelle napolitaine, conférant au Quarantotto tunisien une tonalité confédérale, qui est aussi la continuation d’une pratique typique de l’ancien régime consulaire : le fait, pour un même consul, de défendre les intérêts de plusieurs monarques parents ou amis. Ici, ce sont les composantes de la famille italienne qu’il faut représenter côte à côte. G. Montalbano compare le Quarantotto à l’unification définitive, celle de 1861. À une douzaine d’années de distance, on constate que les mêmes notables locaux sont à la manœuvre, même si désormais on distingue aussi une plèbe méridionale issue des prémices de la grande migration de la fin du XIXe siècle. Autre différence notable : le consul des Deux-Siciles n’a d’autre choix, pour continuer sa carrière, que de passer au service de l’Italie, ce qui signifie dire adieu à l’ancien modèle de la dynastie consulaire et sacrifier à la rotation des fonctionnaires.

 

Fabrice Jesné opte pour une focale la plus large possible, en l’occurrence l’ensemble des services consulaires italiens, dont il étudie le passage de six à un seul. Ce chapitre propose un bilan des différentes règlementations telles qu’elles ont été élaborées depuis les Restaurations, montrant que les Sardes sont, au début de la période, loin d’avoir le monopole de la modernité bureaucratique, même si, à la veille de l’Unité, ils ont largement rattrapé leur retard et revendiquent le leadership en la matière. À partir de 1860, l’amalgame des différents services prend la forme de ce que les multinationales appelleraient aujourd’hui une restructuration, avec fermeture des sites redondants, requalification du personnel – et licenciement pour les plus récalcitrants. Le tout conduit peu ou prou à une reconduction du maillage consulaire sarde, augmenté de quelques postes issus des Cessati stati là où ces derniers peuvent apporter une plus-value dans la défense des intérêts outre-mer du nouveau Royaume d’Italie. Par la légitimité acquise depuis 1848, et parce que les intérêts matériels dans la péninsule des nouveaux administrés sont sous le contrôle des Savoie, les consuls sardes parviennent sans trop de difficulté à capter les différentes diasporas italiennes. Il n’en va pas de même, cependant, avec les archives des consulats disparus, fondamentales pour la bonne gestion des « colonies » et que les monarques déchus et leurs alliés disputent aux consuls d’Italie.

Marcella Aglietti propose précisément une étude systématique des documents produits par le consulat de Sardaigne à Venise entre 1859 et 1866, et leur impact sur la fabrique de la nationalité. D’une « guerre d’indépendance » à l’autre, la Vénétie est en effet parcourue par un flot de voyageurs, exilés, migrants, réfugiés, combattants réguliers ou volontaires, dans un contexte de changements répétés de souveraineté. Dans cette situation complexe, voire inextricable, c’est au consulat de Sardaigne, puis d’Italie à Venise qu’est confiée la mission d’établir la nationalité des uns et des autres, par le jeu d’actes établis par centaines, voire par milliers, et notamment les passeports et visas. Parallèlement à la question de la nationalité des administrés se pose celle des administrateurs : en l’occurrence, le consul qui accorde, revendique et parfois refuse la nationalité sarde puis italienne est… suédois ! À partir de la guerre de 1859, Turin et Vienne n’entretiennent plus de relations diplomatiques et, selon une pratique normale dans les relations internationales, la Sardaigne confie la gestion de ses intérêts en pays hostiles à une tierce puissance « amie », le royaume de Suède et Norvège. Voici qu’un Suédois fait œuvre de patriote italien, n’hésitant pas à agir de façon clandestine et en violation patente de l’exequatur établi par l’Autriche. L’épisode rappelle que la fabrique de la nationalité italienne s’inscrit aussi dans une internationale libérale dont les volontaires sont les illustrations les plus connues (Liikanen, Peard, Petko, Türr, pour ne citer que ceux dont les bustes trônent sur la Passeggiata del Gianicolo), mais parmi laquelle figurent aussi quelques consuls.

La confrontation des sources locales aux sources consulaires permet à Thibault Bechini d’apporter au volume une importante contribution, dans la mesure où celle-ci documente l’expérience administrative « par le bas », au ras des pratiques quotidiennes. La question posée est la suivante : fréquenter le consulat général d’Italie à Marseille est-il, au temps de l’Italie libérale, facteur de maintien, voir de renfort, de l’identité italienne des émigrés ? Si une nationalisation à bas bruit n’est pas à exclure, il semble que l’italianité ne soit qu’une identité à mobiliser parmi d’autres en fonction des stratégies des acteurs et de leurs intérêts du moment. Du reste, les consuls eux-mêmes appliquent le règlement en fonction de leurs intérêts : alors que la législation prévoit un traitement égal pour tous les sujets du roi, il semble que les consuls accordent plus d’attention aux possédants qu’aux gens de peu, ceux-là pouvant rapporter plus en droits consulaires que ceux-ci. Outre l’étude des successions, T. Bechini propose celle des mariages au consulat, qui semble étayer l’hypothèse d’une spécificité régionale : de fait, les Piémontais fréquenteraient plus le consulat général par fidélité dynastique. Il semble certain que l’administration consulaire permet le maintien d’un lien avec les pouvoirs publics du pays d’origine, y compris à la deuxième génération. Reste que les acteurs savent mettre le consulat en concurrence avec les administrations locales, ce dont l’administration italienne est consciente, veillant à l’attractivité de ses tarifs.

Marie Bossaert se penche quant à elle sur le degré de professionnalisation et de nationalisation atteint par le service consulaire lui-même, toujours au temps de l’Italie libérale. L’observatoire choisi est légèrement décentré, puisqu’il s’agit d’une catégorie particulière d’employés, celle des drogmans en service dans l’Empire ottoman. Ce personnel, marginal par son statut mais fondamental par son expertise, a été exclu de la grande enquête prosopographique sur la « formation de la diplomatie nationale » entreprise à l’Université de Lecce dans les années 1980, et qui a été utile à toutes les contributions de ce volume qui traitent la période 1861-1915. Marie Bossaert a donc eu recours aux dossiers du personnel des ministères des Affaires étrangères et de l’Instruction publique pour reconstituer les trajectoires de ces agents. Les correspondances des postes restent en revanche le seul moyen de caractériser les drogmans honoraires, qui comme les consuls honoraires animent l’essentiel du maillage mais sont pratiquement inconnus. Ce qui a été fait par Marie Bossaert à l’échelle d’un type d’agent et d’un (vaste) État devrait être conduit pour l’intégralité du service consulaire. L’étude des drogmans montre que derrière la façade de la professionnalisation (ici, les concours) se cachent une foule d’accommodements visant à composer avec un manque de moyens chronique et avec les intérêts personnels des agents, ceux de consuls parfois absentéistes n’étant pas les mêmes que ceux des drogmans locaux. Les discours de l’italianité font partie des ressources de ces négociations, même s’il paraît impossible de déterminer la part de calcul et d’adhésion sincère des acteurs.

L’étude du rôle des consuls dans la construction de l’État-nation sous l’Italie libérale est close par deux études consacrées à l’Égypte khédivale puis sous protectorat britannique. De telles études de cas ne pouvaient manquer dans ce recueil, étant donné l’importance démographique des « colonies » italiennes dès l’époque pré-unitaire et les pouvoirs qui sont conférés aux consuls européens en vertu des « capitulations »[57]. Alessandro Polsi analyse le parcours d’un membre d’une vieille dynastie consulaire napolitaine déjà évoquée par G. Montalbano et F. Jesné, celle de De Martino. Si la « piémontisation » de l’outil diplomatico-consulaire est connue depuis longtemps, on voit ici comment certains serviteurs des Cessati stati ont tiré leur épingle d’un jeu extrêmement difficile. Le Caire est à la fois un guêpier et un nid d’espions : il faut sans cesse y combattre l’influence des notables italiens, qui passent par-dessus l’autorité consulaire pour défendre leurs intérêts particuliers via de puissants appuis en Italie, jusque dans l’entourage du roi. Voilà qui vient enrichir le dossier de la professionnalisation : les consuls qui sont à la tête de postes « exposés », comme on dit aujourd’hui encore dans la haute administration française, doivent eux aussi disposer de relais puissants auprès du ministère, du gouvernement et du parlement. À travers des cabales qui peuvent paraître très mesquines, les consuls aussi bien que les administrés – du moins les notables – font partie de l’espace public italien en train de se constituer, notamment via la presse mais aussi par les interpellations parlementaires. Presse, parlement : le cœur des institutions de l’Italie libérale en somme.

Parmi les grandes « questions » auxquelles ce régime doit faire face, figurent les questions sociale, méridionale et migratoire, toutes trois bien entendu étroitement liées. Costantino Paonessa envisage lui aussi le cadre égyptien, se tournant vers les classes prolétariennes à travers leur militantisme. En matière de contrôle et répression des ennemis de l’État par les consuls, il pointe des continuités frappantes entre l’époque préunitaire, l’Italie libérale et le fascisme. Bien que, jusqu’en 1937, les « capitulations » confient aux consuls étrangers en Égypte des pouvoirs de police discrétionnaires sur leurs administrés, les consuls d’Italie sont limités dans leurs velléités répressives par l’opportunité d’utiliser l’étranger comme un commode lieu de bannissement. Des préjugés confinant à la haine de classe amènent alors l’appareil policier qui se déploie au sein de l’institution consulaire à considérer les opposants comme des déviants se retranchant, par leur comportement, de la famille nationale. Dans les décennies post-unitaires, les consuls semblent frappés par les transformations que connaissent les « colonies » qu’ils sont chargés d’administrer. En effet, elles se prolétarisent et se méridionalisent, transformant le métier des consuls et conduisant ces derniers à solliciter de Rome des ressources supplémentaires, que le budget national ne permet pas d’octroyer. Les consuls doivent pourtant assumer de nouvelles missions, et notamment celles de la nationalisation des « colonies » mais aussi de la défense, à l’étranger, du renom de l’Italie et des Italiens gravement menacé par le stéréotype de « l’Italien au couteau ». De telles pressions amènent les consuls et leurs autorités de tutelles à mettre en place un système de police transnationale très minutieux mais porteur de dérives qui vont prendre toute leur ampleur sous le fascisme.

 

Le volume est clos par trois contributions consacrées aux consuls de l’Italie fasciste dans l’espace impérial français en Méditerranée occidentale. Caroline Pane étudie le Midi de la France, Hugo Vermeren les départements français d’Algérie et Martino Oppizzi le protectorat de Tunisie. On le sait, ces divers territoires accueillent des « colonies » italiennes qui, comme celles d’Égypte, sont majoritairement prolétariennes même si, comme partout ailleurs, ce sont les notables gravitant autour du consulat mais aussi des autorités locales qui tiennent le haut du pavé. Caroline Pane cartographie très précisément l’insertion des consulats dans une mécanique administrative propre au fascisme, par l’« emboîtement » entre sphères de l’État et du Parti. Les consuls sont avant tout soucieux de l’ordre public : il faut éviter de faire remarquer – en mal – la « colonie » par les autorités locales. Aussi sont-ils très méfiants à l’égard des militants fascistes et de leurs organisations à l’étranger. Le gouvernement de Rome, pour lequel la bonne tenue des relations diplomatiques constitue la priorité, leur donne gain de cause. Toutefois, comme en Italie, on cherche à fasciser le personnel en faisant entrer des hommes neufs dans la carrière consulaire. En somme, l’institution consulaire est maintenue, voire dotée de prérogatives et de moyens supplémentaires, mais l’éthos de ses agents tend à se transformer pour mieux correspondre au projet totalitaire. C’est qu’il faut fasciser ceux qu’on appelle désormais « les Italiens de l’étranger ». Pour cela, l’antique bâtisse consulaire se transforme : augmentée de nouvelles structures d’assistance et d’encadrement des expatriés, elle devient « Casa d’Italia ». La puissance de ces structures rigidifie les appartenances : ceux qui fréquentent la Casa appartiennent de plein droit à la nouvelle italianité fasciste, dont les autres sont exclus. En dépit de leur caractère de vitrine du régime, et de lieu de ses liturgies politiques, les Case ne semblent pas, toutefois, avoir rencontré un très grand succès : à l’étranger, la marge de manœuvre des administrés, déjà évoquée, demeure grande, indépendamment du régime en place à Rome.

Hugo Vermeren et Martino Oppizzi envisagent tous deux l’exercice de la fonction consulaire en situation coloniale. Ce contexte particulier conditionne largement les contours de la citoyenneté, dans la mesure où la « barrière coloniale » sépare dominants et subalternes selon une logique raciale qui n’est pas exempte d’une stratification ethno-sociale à l’intérieur même de la société des dominants. Dès lors les Italiens, qui sont souvent gens de peu en Tunisie comme en Algérie (et en Égypte, comme le rappellent les chapitres sur la question), sont des subalternes au sein du monde des colons. La chose est connue ; ce qui l’est moins, c’est la façon dont les consuls d’Italie composent avec cette réalité gênante pour une italianité fasciste qui se veut conquérante. L’étude qu’Hugo Vermeren consacre à l’Algérie montre d’abord les limites de la professionnalisation du corps consulaire, qui n’a donc rien d’un processus linéaire : un mélange d’incurie, de manque de moyens et de volonté de discrétion conduit en effet le fascisme à maintenir des rapports officieux avec des individus faisant office de consul sans en avoir le titre. Dans la seule colonie de peuplement française, la défense de l’italianité est un enjeu brûlant, les autorités françaises cherchant à capter les Italiens pour renforcer leur propre présence démographique. Dès lors, les instruments décrits par Caroline Pane sont présents ici aussi, et sont d’autant plus précieux. En outre, le fascisme semble, en Algérie, avoir misé tout particulièrement sur les employés de consulat, chanceliers mais aussi huissiers « indigènes », chargés de faire œuvre de subversion parmi les colonisés. La subversion, c’est aussi le rapprochement avec l’extrême droite locale. Alors que d’un côté, la nation est interdite aux opposants, de l’autre elle est insérée dans les contours plus vastes d’une « internationale noire ». Bien que la situation tunisienne décrite par Martino Oppizzi soit très proche de celle de l’Algérie, la position de l’institution consulaire au sein des rapports parti-État y semble assez différente. Le consul général à Tunis s’est en effet montré très ferme vis-à-vis des organisations fascistes, qui se trouvent « canalisées », voire « phagocytées ». C’est la confirmation d’une donnée envisagée à de nombreuses reprises dans le volume : la force des trajectoires individuelles. Quoi que les moyens de l’État contemporain fassent du consul, du moins dans les grands postes, un homme beaucoup moins seul qu’un siècle auparavant (surtout, on l’a vu, dans le cas de l’Italie fasciste et des investissements en hommes et en moyens qu’elle consacre aux consulats et à leurs satellites), la personnalité ou du moins le positionnement du chef de poste paraissent souvent déterminants. Cela, toutefois, jusqu’à un certain point. L’autorité consulaire, formellement mise sur un piédestal, finit par être contournée et débordée par les agents du régime qui opèrent dans les méandres des organisations italiennes à l’étranger. La Tunisie offre un cas de « fascisation réussie » des Italiens qui s’y trouvent, en dépit de la présence d’un fort contingent d’antifascistes. À ces exclus de la nation italienne fasciste s’ajoutent les Juifs, particulièrement nombreux dans le protectorat, et désormais victimes des lois raciales. Jamais, peut-être, « la » diaspora italienne n’avait été aussi désunie.

Les études réunies dans ce volume s’arrêtent avec la Seconde guerre mondiale, au cours de laquelle, une nouvelle et dernière fois, plusieurs services consulaires italiens vont exister : celui du « Regno del Sud », protégé par les Alliés, et celui de la République sociale italienne inféodée au Reich. On ne sait pratiquement rien de cette période de l’activité consulaire italienne, fortement compromise par les circonstances. Reste qu’avec l’avènement de la démocratie, et quoi que le personnel consulaire ait certainement été aussi peu épuré que le reste de la fonction publique italienne, l’administration des « Italiens de l’étranger » prend une nouvelle orientation. Il n’est plus guère question de promotion de l’italianité : coopération culturelle, protection sociale, vie démocratique sont désormais les grandes missions des consuls auprès de ce qui demeure, jusqu’aux années 1970, une diaspora de travail. Si ce volume a cherché à éclairer un rôle des consuls dans la naissance de l’Italie contemporaine encore bien mal connu, l’histoire des consuls en « république démocratique fondée sur le travail », et bientôt actrice majeure de la construction européenne, reste entièrement à écrire.

 

 

 

Ouvrages à caractère de sources

 

Carpi 1874 = L. Carpi, Delle colonie e delle emigrazioni d’italiani all’estero sotto l’aspetto dell’industria, commercio, agricoltura e con trattazione d’importanti questioni sociali, Milan, Tip. Editrice Lombarda, 4 vol., 1874.

Contuzzi 1898 = F. Contuzzi, Consolato, in P. S. Mancini (dir.), Enciclopedia giuridica italiana…, volume III, parte III, sezione prima, Milan, Società editrice libraria, 1898, p. 1-586.

De Jaucourt, Louis, « Italie. Géog. moderne », dans Diderot Denis, Le Rond D’Alembert Jean, dir., Encyclopédie, vol. 8, Neuchâtel, Samuel Faulche et Cie, 1765.

 

Ouvrages bibliographiques

Aglietti 2012 = M. Aglietti, L’istituto consolare tra Sette e Ottocento. Funzioni istituzionali, profilo giuridico e percorsi professionali nella Toscana granducale, Pisa, 2012.

Aglietti 2014 = M. Aglietti, Institutions, commerce et société dans un port méditerranéen. Livourne dans les papiers du consulat d’Espagne (1884), in Cahiers de la Méditerranée, 88, 2014, p. 257-298.

Aglietti 2015a = M. Aglietti, Convertir le privé en public. L’évolution de la fonction d’information chez les consuls d’Espagne, XVIIIe-XIXe siècle, in S. Marzagalli (dir.), Les consuls en Méditerranée, agents d’information, XVIe-XXe siècle, Parigi, 2015, p. 239-256.

Aglietti 2015b = M. Aglietti, Contrôle et sécurité des villes côtières: les synergies institutionnelles entre pouvoirs locaux et consulats (XVIIIe-XIXe siècles), in A. Brogini, M. Ghazali (dir.), La Méditerranée au prisme des rivages. Ménaces, protection, aménagements en Méditerranée occidentale (XVIe-XXIe siècles), Parigi, 2015, p. 277-288.

Aglietti 2016 = M. Aglietti, Le riforme dell’istituto consolare nel dibattito istituzionale spagnolo del secondo Ottocento, in Amministrare, 2016, 2, supplemento Storia Amministrazione Costituzione. Annale ISAP, Istituto per la scienza dell’amministrazione pubblica, 2016, p. 131-160.

Aglietti – Herrero Sánchez – Zamora Rodríguez 2013 = M. Aglietti, M. Herrero Sánchez, F. Zamora Rodríguez (dir.), Los cónsules de extranjeros en la Edad Moderna y a principios de la Edad Contemporánea, Madrid, 2013.

Albergoni 2008 = G. Albergoni, Sulla « nuova storia » del Risorgimento : note per una discussione, dans Società e storia, XXXI, 120, avril-juin 2008, p. 349-366.

Angella 2019 = E. Angella, « Un caos, in cui non pescano che i peggiori » ? Gli italiani, la giurisdizione consolare e la giustizia dei consoli in Egitto (1861-1911), thèse de doctorat, Università degli studi di Napoli « L’Orientale », 2019.

Baioni 2012 = M. Baioni, Mémoires publiques du Risorgimento dans l’Italie libérale. Un parcours historiographique, dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 44, 2012, p. 151-161.

Banti 2011 = A. M. Banti, Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo, Rome-Bari, 2011.

Banti – Ginsborg 2008 = A. M. Banti, P. Ginsborg, Per una nuova storia del Risorgimento, dans Id. (dir.), Storia d’Italia. Annali 22. Il Risorgimento, Turin, 2008, p. XXIII-XLI.

Billig 1995 = M. Billig, Banal nationalism, Londres, 1995.

Bistarelli 2011 = A. Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, Bologne, 2011.

Blum – Mespoulet 2003 = A. Blum Alain, M. Mespoulet, Introduction, dans : Id., L’anarchie bureaucratique. Pouvoir et statistique sous Staline, Paris, 2003, p. 5-14.

Cacioli 1988 = M. Cacioli, La rete consolare nel periodo crispino, 1886-1891, Rome, 1988.

Casalena 2013 = M. P. Casalena (dir.), Antirisorgimento : appropriazioni, critiche, delegittimazioni, Bologne, 2013.

Cecchinato – Isnenghi 2008 = E. Cecchinato, M. Isnenghi, Gli italiani in guerra : conflitti, identità, memorie dal Risorgimento ai nostri giorni. Vol. 1, Fare l’Italia : unità e disunità nel Risorgimento, Turin, 2008.

Choate 2008 = M. I. Choate, Emigrant nation : the making of Italy abroad, New York, 2008.

Cohen 1997 = Global diasporas. An introduction, Londres, 1997.

FDN 1986 = La formazione della diplomazia nazionale (1861-1915). Indagine statistica, Rome, 1986.

FDN 1987 = La formazione della diplomazia nazionale (1861-1915). Repertorio bio-bibliografico dei funzionari del Ministero degli Affari Esteri, Rome, 1987.

Gabaccia 2000 = D. R. Gabaccia, Italyʼs many diasporas, Londres, 2000.

Grange 1994 = D. Grange, L’Italie et la Méditerranée. Les fondements d’une politique étrangère, Rome, 1994, 2 vol. (Collection de l’École française de Rome 197).

Isabella 2009 = M. Isabella, Risorgimento in exile : Italian émigrés and the liberal international in the post-Napoleonic era, Oxford – New York, 2009.

Jesné 2013 = F. Jesné, Les « colonies » italiennes d’Orient et la fraternité. Solidarité d’exil, sociabilité locale et sentiment national, dans C. Brice, S. Aprile (dir.), Exil et fraternité en Europe au XIXe siècle, Pompignac-Près-Bordeaux, 2013, p. 181-193.

Jesné 2015 = F. Jesné, Normes et pratiques de l’information consulaire. Le consulat de Sardaigne à Smyrne (1857-1861), dans S. Marzagalli (dir.), Les consuls en Méditerranée, agents d’information, XVIe-XXe siècle, Paris, 2015, p. 273-294.

Lussault 2003 = M. Lussault, Coprésence, dans J. Lévy, M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, 2003, p. 212.

Melis 1996 = G. Melis, Storia dell’amministrazione italiana (1861-1993), Bologne, 1996.

Melis 2014 = G. Melis, Fare lo Stato per fare gli italiani. Ricerche di storia delle istituzioni dell’Italia unita, Bologne, 2014.

Moscati 1961 = R. Moscati, Il ministero degli affari esteri : 1861-1870, Milan, 1961.

Patriarca 2010 = S. Patriarca, Italianità. La costruzione del carattere nazionale, Rome-Bari, 2010.

Pécout 1999 = G. Pécout, Il lungo Risorgimento : la nascita dell’Italia contemporanea (1770-1922), Milan, 1999.

Pécout 2008 = G. Pécout, L’Italie contemporaine est-elle née et a-t-elle grandi contre les Italiens ?, dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2008/4 (n° 100), p. 97-101.

Pellegrini 1992 = V. Pellegrini, (dir.), L’amministrazione centrale dall’Unità alla Repubblica. Le strutture e i dirigenti. V. 1, Il Ministero degli Affari Esteri, Bologne, 1992.

Pilotti 1989 = L. Pilotti (dir.), La formazione della diplomazia italiana, 1861-1915, Milan, 1989.

Rovinello 2009 = M. Rovinello, Cittadini senza nazione. Migranti francesi a Napoli 1793-1860, Firenze, 2009.

Ulbert 2016 = J. Ulbert, L’histoire de la fonction consulaire jusqu’au début de la première guerre mondiale, in Cahiers de la Méditerranée, 93, 2016, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 03 mai 2019. URL: http://journals.openedition.org/cdlm/8496

Venturi 1973 = F. Venturi, «L’Italia fuori d’Italia», dans Storia d’Italia, vol. 3, Dal primo Settecento all’Unità, Torino, p. 985-1481.

Windler 2002 = C. Windler, La diplomatie comme expérience de l’Autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, 2002.

Zahra 2010 = T. Zahra, Imagined noncommunities : National indifference as a category of analysis, dans Slavic Review, 69-1, 2010, p. 93-119.

Zaugg 2011 = R. Zaugg, Stranieri di antico regime. Mercanti, giudici e consoli nella Napoli del Settecento, Rome, 2011.

[1] L’Austria apre i suoi consolati ai sudtirolesi : « Assistenza all’estero anche se c’è la rappresentanza italiana », dans La Repubblica, 18 avril 2018 ; L’Austria ritira la legge sui consolati per altoatesini, dans La Repubblica, 19 avril 2018.

[2] Windler 2002, p. 190-191.

[3] « Qui est Grec » est précisément le titre de la première partie comme de l’épilogue de Grenet 2016 ; c’est dans l’épilogue qu’est envisagé le rôle des consuls dans la fabrique de la grécité contemporaine.

[4] Pour le cas espagnol, voir Aglietti 2016, 2015a, 2015b. Le cas uruguayen a été envisagés dans le cadre de la journée d’études « Seguir siendo extranjero ». Les consuls et la fabrique des étrangers dans les mondes hispaniques (XVIIIe-XIXe siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 17 octobre 2017.

[5] Le programme « Consoli » a été financé par l’Ecole française de Rome de 2012 à 2016 ; il est également inséré dans le consortium de recherches « la fabrique consulaire », rassemblant le CERHIO (Université de Bretagne Sud), le CMMC (Université de Nice), le CRHIA (Université de Nantes), le FRAMESPA (INU Champollion, Albi) enfin le Réseau des Écoles françaises à l’étranger à travers la Casa de Velázquez et les Écoles françaises d’Athènes et de Rome. Que toutes ces institutions soient remerciées pour leur soutien, en particulier l’EFR et le CFU Champollion pour avoir organisé, à Rome en septembre 2016, une journée d’études dont est largement issue le présent volume.

[6] Aglietti – Herrero Sánchez – Zamora Rodríguez 2013 ; Bartolomei et alii 2016 ; Marzagalli 2015 ; Ulbert – Prijac 2010.

[7] Ulbert 2016.

[8] Blum – Mespoulet 2003.

[9] Rovinello 2009, p. 47-48.

[10] Ulbert – Prijac 2010.

[11] De Jaucourt 1765, p. 933.

[12] On trouvera la liste des États en question dans les articles d’A. Biagianti pour l’époque du decennio francese et de F. Jesné pour celle des Restaurations.

[13] Gabaccia 2000.

[14] Choate 2008,

[15] Brice 2016, §1.

[16] Pécout 1999 ; le titre de la première édition française (1997) est en revanche : « Naissance de l’Italie contemporaine ».

[17] Venturi 1973.

[18] La bibliographie sur le statut des étrangers est, elle aussi, immense ; nous renvoyons à Zaugg 2011, dont l’introduction (p. 11-25) comprend un bilan utile des différentes approches de la question par les historiens modernistes et contemporanéistes. Pour une définition complète de la fonction consulaire par le spécialiste incontesté à l’époque libérale, on renvoie à l’entrée consacrée par le juriste Francesco Contuzzi dans l’Enciclopedia giuridica italiana dirigée par Pasquale Stanislao Mancini : Contuzzi 1898.

[19] Pécout 2008.

[20] Banti – Ginsborg 2008, p. XXIII.

[21] Banti 2011, p. 9.

[22] Sur l’« anti-Risorgimento », Casalena 2013.

[23] Rappelé notamment dans Cecchinato – Isnenghi 2008.

[24] Banti 2011, p. VI-VIII et 7-10.

[25] Banti 2011, p. VIII.

[26] Billig 1995.

[27] Zahra 2010.

[28] Gabaccia 2000.

[29] Choate 2008, p. 5.

[30] D’après la typologie élaborée dans Cohen 1997.

[31] Le « caractère national » ainsi entendu serait la sédimentation, à partir de la fin de l’époque moderne, d’un corpus de représentations de soi, notamment forgées par comparaison avec l’étranger, qui aurait fini par faire système à l’époque contemporaine : Patriarca 2010.

[32] La coprésence étant définie comme le fait de rassembler « en un même espace, en contiguïté, les entités et objets spatialisés, afin de rendre possible leurs relations » : Lussault 2003.

[33] Voir dans le présent volume l’article de Laura Di Fiore e Chiara Lucrezio Monticelli.

[34] https://www.dizionario.org/d/index.php?pageurl=colonia

[35] Gabaccia 2003, p. 110, estime que le mot s’est diffusé après 1900.

[36] Jesné 2013.

[37] Carpi 1874.

[38] Choate 2008, p. 2.

[39] Bistarelli 2011 ; Isabella 2009.

[40] Melis 2014.

[41] Melis 1996, p. 181 sq.

[42] Grange 1994, p. 1151-1169.

[43] FDN 1986 et 1987 ; Ferraris 1955 ; Moscati 1961 ; Pellegrini 1992 ; Pilotti 1989.

[44] Un seul est véritablement consacré aux consuls de l’Italie libérale, mais dans une perspective internaliste qui en rend la diffusion confidentielle : Cacioli 1988. Significativement, l’Italie est totalement absente du vaste bilan entrepris dans Prijac – Ulbert 2010.

[45] Aglietti 2012.

[46] Jesné 2015.

[47] Nous renvoyons de nouveau à la bibliographie consulaire générale annexée à Ulbert 2016.

[48] En référence à l’approche constructiviste du phénomène diasporique retenue dans une journée d’études organisée à l’EFR les 26 et 27 septembre 2019 par Mathieu Grenet, Pauline Guéna, Catherine Kikuchi et Serena di Nepi.

[49] Un bilan synthétique de l’organisation de cette Carrière au terme des quatre premières décennies post-unitaires est disponible dans Contuzzi 1898, p. 224 sq.

[50] Ulbert – Prijac 2010, p. 16-17.

[51] Rovinello 2009, p. 46. Voir également Windler 2002, p. 191 sq.

[52] Bossaert 2016, p. 464 sq.

[53] Choate 2008, p. 8.

[54] Ainsi Gioberti, Baretti (Gl’italiani) ou Denina (Considérations d’un Italien sur l’Italie), cités dans Albarani 2008, p. 32 n. 26.

[55] Baioni 2012.

[56] Albergoni 2008.

[57] Il faut d’ailleurs signaler la soutenance d’une thèse de doctorat capitale sur le sujet : Angella 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search