Une Babel italienne ? Sources bilingues et archives consulaires (par Mathieu Grenet)

 

N.B. : ce billet est issu d’une communication prononcée par Mathieu Grenet (FRAMESPA – CUFR Champollion) au cours de la journée d’étude « Les sources consulaires italiennes, XVIIIe-XIXe siècle. Approches prosopographiques », organisée le 23 janvier 2013 à l’École française de Rome dans le cadre de son programme de recherche « Consoli » en partenariat avec le Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine de Nice. Les illustrations sont reproduites avec l’aimable autorisation de l’Archivio storico-diplomatico del Ministero degli Affari Esteri de Rome.

 

Les quelques réflexions qui suivent autour de l’articulation problématique entre archives consulaires et usages linguistiques, s’appuient sur un dépouillement partiel de deux registres – l’un de passeports (1837-1856), l’autre de légalisations (1837-1862) – provenant du consulat de Toscane à Salonique, et que m’a aimablement communiqué Fabrice Jesné.

Ill. 1 : Couverture du Registro di Passaporti du consulat de Toscane à Salonique (1837-1856)

registro_passaporti_toscane 

 

Ill. 2 : Couverture du Registro di Legalizzazioni du consulat de Toscane à Salonique (1837-1862)

 registro_legalizzazioni_toscane

 

Le choix d’une documentation « dix-neuviémiste » soulève à l’évidence (et peut-être même a fortiori pour le moderniste que je suis) une série de questions spécifiques, à commencer par le véritable « serpent de mer » du lien entre langue et nationalité. Sans chercher à éviter ou même à contourner ces problématiques, j’ai pourtant fait ici le choix de m’intéresser en priorité à des questions touchant plus directement la nature des sources retenues, ainsi que les pratiques et les profils des acteurs. En l’occurrence, je commencerai par me demander quel type d’éclairage les sources consulaires viennent apporter à cette problématique des langues et de l’interculturalité, avant de proposer quelques rapides observations sur les pratiques de traduction à partir de l’examen des sources saloniciennes.

 

Sources bilingues et archives consulaires

Concernant l’usage des fonds consulaires, je commencerai par pointer la relative déconnexion entre d’un côté le renouveau actuel des travaux sur la figure consulaire en Méditerranée (que l’on pense par exemple aux travaux d’Anne Mézin, Christian Windler et Maurits van den Boogert, ainsi qu’au volume collectif sur La fonction consulaire à l’époque moderne[1]), et de l’autre l’intérêt croissant des historiens pour la question des langues (avec notamment les travaux de Jocelyne Dakhlia, Cyril Aslanov et Eric Dursteler, ou encore le très récent recueil d’articles autour des Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne[2]).

Cette « déconnexion » se reflète de manière tout à fait frappante dans les stratégies de recherche des uns et des autres : de la même manière que c’est à partir des récits de voyageurs bien plus que des sources consulaires que l’on a jusqu’à présent abordé la question du multilinguisme en Méditerranée, on ne dispose pas d’étude d’ensemble sur la fonction d’intermédiation linguistique endossée par l’institution consulaire en Méditerranée moderne. Au cours de la dernière décennie, une poignée de travaux importants ont pourtant permis de prendre la mesure des intersections et des recouvrements entre ces deux grands questionnaires. On pense par exemple à :

– Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Droz, 2002.

– Eric Dursteler, Venetians in Constantinople. Nation, Identity, and Coexistence in the Early Modern Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins U.P., 2006.

– Natalie Rothman, Brokering Empire: Trans-Imperial Subjects between Venice and Istanbul, Ithaca, Cornell U.P., 2011.

Par-delà leurs évidentes différences chronologiques, géographiques et problématiques, la juxtaposition de ces travaux permet de pointer une série d’enjeux transversaux ; j’en retiendrai ici trois:

1) Tout d’abord, le rôle des consulats à la fois comme observatoires sur, et comme acteurs des communications interculturelles en Méditerranée moderne – ils constituent d’ailleurs eux-mêmes des espaces fortement multilingues, en partie du fait d’un recrutement « local » sur lequel nous aurons l’occasion de revenir plus bas.

2) D’autre part, la nécessité de concilier plusieurs échelles d’analyse : celle des trajectoires individuelles (souvent favorisée par une historiographie que je dirais héroïsante des hommes de l’entre-deux), celle de la prosopographie collective (par exemple les fameux drogmans levantins, ou les sensali vénitiens), ou encore celle des consulats comme institutions locales et leur inscription dans des logiques transnationales.

3) Enfin, la nécessité de penser l’interprétation des langues comme une pratique à la fois autonome, et co-constitutive d’autres enjeux culturels, politiques et symboliques.

 

Typologie des documents et spécificité du cas italien

La présence de textes en langues étrangères dans les archives consulaires ne constitue, en soi, ni une nouveauté, ni un trait spécifique aux seuls fonds italiens. Mais encore faut-il se mettre d’accord sur la nature et la fonction de ce multilinguisme, qui ne constitue pas un simple polyglottisme indifférencié. À cet effet, je propose donc de remplacer la typologie classiquement fonctionnelle des documents analysés (qu’il s’agisse par exemple de traités diplomatiques, de pièces administratives ou d’autres formes d’écrit public et privé), par une typologie des opérations linguistiques effectuées sur les documents. Sous sa forme la plus sommaire, celle-ci permet de pointer trois grands types de textes que l’on retrouve dans les archives consulaires :

1) Tout d’abord, des textes ayant fait l’objet d’une production bilingue, généralement en une langue dite « orientale » (en l’occurrence, le turc, l’arabe et le grec, et plus rarement l’hébreu ou encore l’arménien) et en une langue européenne (généralement l’italien, et plus rarement le français) ;

2) Ensuite, des textes traduits, généralement depuis une langue « orientale » jusqu’à l’italien, et plus rarement le français ;

3) Enfin, des textes écrits dans une langue « orientale », non traduits, mais enregistrés auprès du consulat afin d’en certifier le sens pour de potentiels lecteurs et/ou destinataires ne maîtrisant pas la langue d’origine.

Malgré son caractère rudimentaire, cette typologie permet de saisir les contours d’un multilinguisme tout à la fois pratique et quotidien, qui s’articule autour de plusieurs régimes de traduction – qu’il s’agisse par exemple de conserver les différentes versions d’un acte, d’un texte ou d’une décision des autorités locales, de faire certifier la traduction de pièces à produire devant telle ou telle administration, ou de faire authentifier une signature en grec, en arabe ou encore en hébreu.

Ill. 3 : Authentification de la signature (en italien) du père Bouverey, desservant de l’église de l’Immaculée Conception de la Vierge à Salonique, 1839/1841 ; extrait du Registro di Legalizzazioni du consulat de Toscane à Salonique (1837-1862)

 signature_bouverey

Ill. 4 : Authentification de la signature (en grec) de Christos Georgiou Kathidi, 1854 ; extrait du Registro di Legalizzazioni du consulat de Toscane à Salonique (1837-1862)

 signature_kathidi

Ill. 5 : Authentification de la signature (en hébreu) de Mair Nahum, 1859 ; extrait du Registro di Legalizzazioni du consulat de Toscane à Salonique (1837-1862)

 signature_nahum

S’il domine très largement notre corpus documentaire, ce double motif de la certification et de l’authentification rappelle en outre que les pratiques de traduction accompagnent (voire rendent possible) l’essor des procédures de contrôle des identités et des mobilités en Méditerranée moderne – un enjeu trop souvent négligé par les praticiens d’une histoire « irénique » des contacts linguistiques[3].

Concernant maintenant la spécificité des sources italiennes au regard de l’ensemble des sources consulaires disponibles, on soulignera que celle-ci tient peut-être moins à l’organisation, au sein des consulats italiens, de l’activité de traduction, qu’à la place particulière qu’occupe la langue italienne dans les échanges diplomatiques et commerciaux en Méditerranée centrale et orientale durant toute l’époque moderne et même au-delà. Pour le dire avec Christian Windler, « de Constantinople au Maghreb, l’italien est resté, jusqu’au début du XIXe siècle, la langue principale dans les communications orales »[4]. Cette hégémonie de la langue italienne, doit être resituée dans un double différentiel. Différentiel géographique, tout d’abord, puisque l’usage de l’italien est par exemple moins répandu à Salonique qu’à Tunis – où il s’agit de la première langue d’environ 5% des habitants de la ville (principalement les Juifs Grana et les Maltais), ainsi que de la langue officielle de la communauté européenne, voire de facto celle d’une partie au moins de la haute administration beylicale[5]. Différentiel de communication, ensuite, puisqu’il convient d’insister ici sur l’importance contextuelle de l’oralité, qui à l’époque moderne constitue une modalité pleine, entière et autonome de la communication interculturelle à tous les niveaux – et l’on connaît ainsi l’usage du bey de Tunis de ne s’adresser quasiment qu’oralement aux consuls européens[6]. Derrière le rôle local de la langue italienne et la distinction entre écrit et oral, c’est donc toute une économie culturelle et symbolique des échanges linguistiques qui se joue, à travers la construction d’une « distance culturelle » que le recours à l’italien permet tour à tour de renforcer et de contourner.

 

Perspectives de recherche

Je conclurai ces quelques réflexions en formulant deux observations, autour desquelles s’articulent mes recherche en cours dans les fonds consulaires des Etats italiens pré-unitaires.

1) Ce que traduire veut dire

La première touche aux enjeux culturels, politiques et symboliques des choix linguistiques opérés par les parties en présence. Ou, pour le dire crument (et au risque de la simplification), qui parle à qui et en quelle langue ? Christian Windler a par exemple pointé, dans le cas de la Régence de Tunis, la dimension politique du choix du turc ou de l’arabe dans la correspondance que le Bardo adresse aux puissances européennes. Choisir le turc (qui est une langue dont il faut rappeler combien les élites de l’administration beylicale la connaissent mal), c’est ainsi marquer sa sujétion vis-à-vis de la Porte, tandis que choisir l’arabe revient au contraire à envoyer un message d’autonomie[7].

Mais de manière connexe à cette question se pose également celle de savoir ce que l’on traduit lorsqu’on traduit non seulement depuis l’autre, mais aussi vers ou pour l’autre ? Toujours pour en rester au cas tunisien, on sait ainsi que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, et lors de certaines négociations, le Bardo se met parfois à accompagner les originaux turcs qu’il adresse à ses interlocuteurs européens de traductions en italien. A l’inverse, certaines puissances européennes (comme par exemple la France) choisissent d’accompagner les dépêches qu’elles adressent aux Tunisiens de leurs traductions en turc ou en arabe[8]. Or, si ces initiatives visent bien sûr à faciliter voire à fluidifier les contacts, elles peuvent aussi être lues comme des tentatives de prendre le contrôle de l’opération même de traduction – et, partant, de son produit[9].

On observera également que les stratégies linguistiques des individus ne se limitent pas à une simple alternative entre traduction et non-traduction, puisqu’il existe entre ces deux options une large variété de figures possibles – par exemple la traduction partielle, la paraphrase, ou encore la reformulation. De cette observation, il ressort que la traduction n’opère pas comme une interface claire entre deux aires culturelles distinctes, mais reflète (voire perpétue) au contraire les ambiguïtés apparentes et les contradictions inhérentes à toute « zone de contact »[10].

Quant aux consulats européens, s’ils constituent des espaces où circulent les traductions, ils ne sont pas automatiquement les lieux où celles-ci sont effectuées – de fait, ils fonctionnent comme des lieux d’enregistrement au moins autant que de production de la traduction. Ainsi, bon nombre de traductions sont effectuées par des interprètes locaux, avant d’être présentées auprès de la chancellerie consulaire pour certification et enregistrement. Mieux, certains consulats ont eux-mêmes recours aux services d’interprètes privés, le plus souvent payés à la prestation[11]. A l’évidence, le développement de cette activité de traduction comme activité (au moins en partie) para-consulaire vient interroger le modèle d’une progressive mainmise des Européens sur les échanges interculturels. Il pointe également les impensés d’une catégorisation trop systématique de l’espace consulaire comme espace liminal, et appelle un recentrement de l’analyse historique autour des pratiques des acteurs plutôt que d’une lecture macroscopique (et quelque part métaphorique) des échanges culturels.

 

2) Qui traduit ?

Une seconde observation concerne la nécessité de repenser la figure même du traducteur ou de l’interprète. De fait, les (rares) études consacrées à la communication interculturelle en Méditerranée moderne ont assis la centralité de la figure du drogman, en l’occurrence un interprète salarié par le consulat et faisant partie de la « maison du consul »[12]. Or, on sait ce que cette centralité doit à l’encombrant modèle français, dont l’étude a longtemps fait la part belle au triple trope de la nationalisation, de la centralisation et de la professionnalisation de l’administration consulaire.

Il en va de même du topos d’un recours massif des consulats européens à un personnel local afin d’effectuer les tâches d’intermédiation commerciale et linguistique[13]. Il n’est évidemment pas question ici de minorer ce phénomène, puisqu’encore au milieu du XIXe siècle, l’enregistrement des procédures dites de « légalisation » dans les archives du consulat de Toscane à Salonique témoigne de l’aisance avec laquelle ce personnel « local » parvient à se mouvoir d’une langue –voire d’un alphabet – à l’autre au sein d’un seul et même acte. C’est par exemple le cas de cette attestation, dont le copiste a pris soin de reproduire les signatures originales en grec et en hébreu.

Ill. 6 : Authentification d’une attestation (en grec, avec signatures en grec et en hébreu) de Tommaso Gaudiano, sujet toscan résidant à Larissa (Thessalie) ; extrait du Registro di Legalizzazioni du consulat de Toscane à Salonique (1837-1862)

 signature_gaudiano_chapeau

 signature_gaudiano_corps

 

Ill. 7 : Détail de l’illustration précédente

 signature_gaudiano_detail

À titre de comparaison, voici comment Augustin Guys, alors agent du Ministère français des Affaires étrangères à Marseille ; traitait le même problème un demi-siècle plus tôt.

Ill. 8a et 8b : Copie d’une pétition de « Moulla Osman Aga, Mamet Aga, Bellul Aga, et autres sujets ottomans, et du Grand Seigneur », 7 fructidor an VI / 24 août 1798 ; Archives nationales de France, A.E. B III 217, Correspondance de l’agent du ministère des Relations extérieures, an VI, n. 217.

 petition_ottomane_chapeau

 petition_ottomane_corps

Pour autant, ces évidentes compétences linguistiques ne constituent pas le seul critère de ce recrutement « local », qui répond également à des exigences contextuelles, à des dynamiques plurielles, ainsi qu’à des logiques parfois contradictoires. Par exemple, on sait que l’ambassade vénitienne à Istanbul n’emploie qu’un petit nombre de Juifs parmi ses interprètes, dont la plupart sont à l’origine issus de familles vénitiennes, et progressivement de familles latines (catholiques romaines) d’Istanbul[14]. Inversement, le consulat vénitien au Caire signe en 1761 un accord par lequel il s’engage à choisir son second drogman parmi la communauté juive locale[15].

À tout le moins, cette variété des situations locales justifie donc pleinement l’approche prosopographique développée au sein du projet « Consoli ».

Mathieu Grenet, maître de conférences au CUFR Jean-François Champollion (Albi), membre du laboratoire FRAMESPA.

 

 

 

[1] Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, Ministère des Affaires étrangères, 1998 ; Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne. L’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), Rennes, P.U.R., 2006 ; Maurits H. van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System: Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century, Leyde et Boston, Brill, 2005.

[2] Jocelyne Dakhlia, « L’histoire parle-t-elle en langues ? », in idem (dir.), Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Paris-Tunis, Maisonneuve et Larose – IRMC, 2004, pp. 11-18 ; Cyril Aslanov, Le Français au Levant, jadis et naguère. A la recherche d’une langue perdue, Paris, Honoré Champion, 2006 ; Jocelyne Dakhlia, Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2008 ; Cyril Aslanov, « Débat sur l’ouvrage de Jocelyne Dakhlia, Lingua franca : histoire d’une langue métisse en Méditerranée », Langage et société, 134/4 (2010), pp. 103-113 ; Eric Dursteler, « Speaking in Tongues: Language and Communication in the Early Modern Mediterranean », Past & Present, 217/1 (2012), pp. 47-77 ; Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Oliver Raveux (dir.), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2013.

[3] Sur cette question, voir en priorité Claudia Moatti (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, Rome, École française de Rome, 2004 ; Claudia Moatti et Wolfgang Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, Maisonneuve et Larose, 2007. Voir également Gérard Noiriel (dir.), L’Identification. Genèse d’un travail d’Etat, Paris, Belin, 2007.

[4] Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Droz, 2002, p. 413. Ainsi, il faut attendre les années 1830 à Constantinople, et le milieu du XIXe siècle à Tunis, pour voir le français supplanter l’italien comme langue de la diplomatie orale ; Ibid., p. 416.

[5] Alessandro Triulzi, « Italian-speaking communities in early nineteenth century Tunis », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 9 (1971), pp. 153-184, ici pp. 158-160. Parmi les Italiens de l’administration beylicale, on rappellera les cas du secrétaire et favori d’Hamuda, Mariano Stinca, du ministre des Affaires étrangères Giovanni Raffo, du chef des Mamelouks Giovanni Certa, ou encore des médecins Mendrici, Ronchi, Castelnuovo et Lumbroso (ces deux derniers étant qualifiés d’« Israélites Italiens »).

[6] Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre…, op. cit., pp. 422-423.

[7] Ibid., pp. 419-421.

[8] Ibid., p. 418.

[9] C’est par exemple tout le sens des propos du drogman Ruffin, qui estime que « cette sage précaution [la traduction par les Français des dépêches qu’ils adressent au bey] est le fruit de l’expérience et nous met à l’abri du double danger de voir nos expressions ou ridiculement travesties par l’ignorance des interprètes du Pays, ou envenimées d’une manière fâcheuse par la perfidie de nos ennemis, dont les agents sont souvent consultés par la méfiance barbaresque ». Archives du Ministère français des Affaires Étrangères, Correspondance Consulaire et Commerciale, Maroc, vol. 20, 1790-1797, f. 28rv cité in Christian Windler, « Consuls français et drogmans dans les régences du Maghreb au XVIIIe siècle : traduire dans un Orient étrangement proche », in Frédéric Hitzel (dir.), Istanbul et les langues orientales, Paris, L’Harmattan, 1997, pp. 433-449, ici p. 447.

[10] Sur l’expression de « zone de contact », voir Mary Louise Pratt, « Arts of the Contact Zone », Profession (Modern Language Association), Vol. 91 (1991), pp. 33-40.

[11] Ainsi du consulat de France à Tunis, dont un « Tableau des dépenses de service » de  1777 mentionne la somme de 36 piastres (sur un total de 6500) versées « à l’écrivain more, pour les traductions de pièces arabes pendant l’année » ; cf. « Tableau des dépenses de service du Consulat de France à Tunis en 1777 », reproduit in Correspondance des beys de Tunis et des consuls de France avec la cour, 1577-1830, t. III, édition d’Eugène Plantet, Paris, Felix Alcan, 1899, pp. 74-77.

[12] Sur cette figure du drogman, voir en priorité Frédéric Hitzel (dir.), Enfants de langue et Drogmans / Dil Oğlanları ve Tercümanlar, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, 1995 ; Marie de Testa et Antoine Gautier, Drogmans et diplomates européens auprès de la Porte ottomane, Istanbul, Isis, 2003 ; Sarga Moussa, « Le sabir du drogman », Arabica, Vol. 54, No. 4 (1997), pp. 554-567 ; E. Natalie Rothman, « Interpreting Dragomans: Boundaries and Crossings in the Early Modern Mediterranean », Comparative Studies in Society and History, Vol. 51, No. 4 (2009), pp. 771-800.

[13] Sur ce point, voir par exemple Michel Morineau, « Naissance d’une domination. Marchands européens, marchands et marchés du Levant aux XVIIIe et XIXe siècles », in Id., Pour une histoire économique vraie, Lille, P.U.L., 1985, pp. 295-326.

[14] Rothman, « Interpreting Dragomans… », art. cit., p. 776sq.

[15] Scrittura della Conferenza del Magistrato 5 Savii e Baili ritornati [cav. Antonio Diedo] per il commercio del Cairo, ed Eccellentissimi Censori, 28 sept. 1773 : « Abbiamo rimarcato nella precinta terminazione 29 marzo 1760, che quando occorra in Cairo far assemblee, un terzo di esse abbia ad essere formato da rappresentanti case suddite ebree, e nell’articolo XVI della susseguente terminazione 1761, 26 settembre, che il console veneto in Cairo debba tener il suo dragomanno secondo di nazione ebrea per servigio della veneta nazione, perché in quei paesi e specialmente per agitar le cose di commercio niente ha che fare la religione cattolica talvolta gravosa negli affari co’Turchi ». Museo Civico, Raccolta Correr, Barberia, Egitto, misc. LXXIX, 2668 ; reproduit in Eugenio Musatti, Del commercio di Venezia coll’Egitto, Venise, tipografia del Commercio di Marco Vicentini, 1870, pp. 15-26, ici p. 24.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Fabrice Jesné (18 avril 2015). Une Babel italienne ? Sources bilingues et archives consulaires (par Mathieu Grenet). Consoli. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n2qq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search