L’évolution du réseau consulaire de la Chine à l’époque moderne (1877-1937)

Passeport émis par le consulat général de Chine à San Francisco, 1882, conservé au Wuyi Museum of Overseas Chinese, Jiangmen, Chine

Pour la Chine de l’époque moderne1, la création de consulats à l’étranger s’inscrit dans un contexte d’imitation large où l’État chinois se transforme – à des rythmes variés suivant les époques – sur le modèle des puissances occidentales. Contrairement aux nations européennes, le maintien en permanence à l’étranger d’un service d’État destiné à gérer ou protéger ses ressortissants ne fait effectivement pas partie des traditions institutionnelles de la Chine prémoderne. Jusqu’au XIXe siècle, les fonctions liées à l’encadrement et à la protection des Chinois à l’étranger sont exercées par des maisons d’entraide, connues sous le nom de huiguan 會館 (littéralement « maison d’association »), établies et gérées par les ressortissants originaires d’une même région chinoise. L’analogie des huiguan avec les consulats n’est pourtant valable que jusqu’à un certain point : à la différence des consulats, les huiguan sont davantage issus d’efforts civils et régionaux, et cumulent souvent les fonctions de guilde. De plus, l’apparition de consulats chinois à l’étranger dans la seconde moitié du XIXe siècle n’a rien d’une rupture dans l’existence des huiguan. Près de cent cinquante ans après, dans de nombreuses villes étrangères dotées d’une diaspora chinoise importante, les huiguan continuent à exister en parallèle des consulats2.

Les premiers consulats de Chine (1877-1895)

L’apparition de consulats européens sur le sol chinois remonte au XVIIIe siècle. Le premier consul français en Chine est affecté à Canton sous le règne de Louis XVI, en 17763 ; celui des Britanniques, quant à lui, est désigné dans la même ville dès la fin de l’année 16994. Cependant, le fonctionnariat de l’Empire chinois ne comprend aucun poste consulaire avant les années 1870. Les deux guerres de l’opium, commentées à foison par les historiens et largement considérées comme des moments-clés dans l’ouverture de « l’empire céleste », n’aboutissent pas pour autant à la création de postes consulaires dans l’immédiat : bien que la seconde guerre de l’opium (1856-1860) ait largement favorisé l’extension des réseaux consulaires européens sur le territoire chinois, les changements du côté des autorités impériales tardent à manifester.

Il faut effectivement attendre jusqu’en 1877 pour que cette nouveauté se fasse une place parmi les rangs des mandarins, malgré leurs nombreux contacts au cours des décennies précédentes avec ces officiels européens qu’ils appellent lingshi 領事5. Ce terme chinois, qui aurait été inventé vers 1837 par des Britanniques selon des recherches récentes, a été adopté dès les années 1840 comme la traduction officielle du titre « consul »6. Contrairement aux cas de certains pays européens, où l’évolution des fonctions diplomatique et consulaire a souvent suivi des trajectoires distinctes, les deux carrières sont dès le départ très proches en Chine. En fait, elles apparaissent presque simultanément, puisque le premier poste de lingshi créé en 1877 l’est à la demande du ministre plénipotentiaire à Londres, Guo Songtao (1818-1891), qui a été désigné en 1875 comme le tout premier représentant diplomatique de Chine à être stationné en permanence dans un pays étranger7. Ce n’est donc pas par hasard que ce premier consulat chinois est institué à Singapour, alors territoire britannique. De même, les premiers consulats au Japon sont également créés à la demande du ministre de Chine auprès de l’Empereur du Japon, à Tokyo.

Sur cet élan, la fonction consulaire de Chine connaît un premier développement dans les quelques années qui suivent. Sept agents consulaires sont affectés entre 1878 et 1880 au Japon, aux États-Unis et à Cuba, alors colonie espagnole, leur juridiction couvrant neuf villes dotées d’une diaspora chinoise importante. En effet, à l’instar de la fonction diplomatique, le cumul de postes consulaires est fréquent à cette époque8. En 1878, deux consuls sont affectés au Japon pour gérer les affaires consulaires de Kobe et d’Ōsaka pour le premier, ainsi que celles de Yokohama et de Tsukiji pour le second. Les postes de Hakodate, de Niigata et d’Ebisukō (l’actuel Ryotsukō, situé dans l’île Sado) sont également confiés en 1886 à un seul agent. Quelques créations de poste sporadiques intervenues entre 1883 et la veille de la Guerre sino-japonaise (1894-1895) portent le nombre d’agents consulaires chinois au nombre de onze, tous grades confondus, dont quatre au Japon (présents dans huit villes), trois aux États-Unis (dont un à Honolulu), deux à Cuba, un au Pérou, deux dans les Straits settlements britanniques.

Dans le système administratif de l’Empire des Qing, la fonction consulaire est en principe subordonnée à celle des ministres plénipotentiaires. La nomination d’un consul relève de la compétence du chef de légation, lequel puise souvent au sein même de ses réseaux personnels. Un poste consulaire est donc placé sous la tutelle de sa légation correspondante plutôt que sous celle du « bureau des Affaires étrangères »9, contrairement au cas des ministres plénipotentiaires. De ce fait, nombreux sont les consuls qui quittent leur poste dès la fin du mandat de leur ministre plénipotentiaire. Aussi le chef d’un poste consulaire exerce-t-il sa charge à titre temporaire. Son rôle est perçu davantage comme une mission de courte durée plutôt qu’une fonction statutaire. La situation connaît un changement majeur au cours d’une réforme intervenue en 1906, qui transforme la carrière de consul en une fonction à part entière. À partir de cette date, les consuls sont nommés et gérés directement par l’administration centrale, qui, elle, est érigée à la même date au rang ministériel pour devenir « ministère des Affaires étrangères »10.

L’évolution des consuls electi (« consuls marchands ») vers les consuls missi (« consuls au service de l’État ») au XIXe siècle, vaste phénomène mis en lumière par Jörg Ulbert11, trouve également son écho dans le cas de la Chine moderne. Une partie des premiers consuls est effectivement nommée parmi des marchands chinois sur place, comme l’illustre l’exemple du premier consul à Singapour Hu Xuanze 胡璇澤 (1816-1880)12.

Date de créationVillePays/État souverain13Pays actuelCommentaires
1877SingapourRoyaume-UniSingapourConsul
1878Yokohama/TsukijiJaponJaponConsul puis consul général à partir de 1897
1878Kobe/ŌsakaJaponJaponConsul
1878NagasakiJaponJaponConsul
1879HonoluluRoyaume d’HawaïÉtats-Unis« Surintendant des affaires commerciales » (1879-1881)14 ; consul (1881-1883) ; poste supprimé en 1883 avant d’être restauré en 1898
1879La HavaneEspagneCubaConsul général
1879La Havane/MatanzasEspagneCubaConsul15 ; poste supprimé en 1894
1880San FranciscoÉtats-UnisÉtats-UnisConsul général
1883New YorkÉtats-UnisÉtats-UnisConsul
1884CallaoPérouPérouConsul
1886Hakodate/Niigata/EbisukōJaponJaponVice-consul ; poste supprimé en 1897
1893PenangRoyaume-UniMalaisieVice-consul puis consul à partir de 1911
Tableau 1 : liste des postes consulaires créés par la Chine entre 1877 et 189516

Fin de l’empire : les années de croissance rapide des postes consulaires (1896-1911)

Le réseau consulaire de Chine connaît un essor considérable durant les quinze dernières années du régime impérial, et ce dans une ambiance politique mouvementée. Sur fond de réformes administratives, de coups d’État et de guerres tant externes qu’intestines, de nouveaux consulats ou vice-consulats apparaissent presque annuellement, à l’exception de l’année 1903 et des deux années de guerre contre les puissances étrangères à la suite de la révolte des Boxers (1900-1901). Entre 1896 et 1911, le nombre de postes est quadruplé.

L’extension du service consulaire chinois à cette époque cible notamment la Corée, dont la Chine cesse d’être co-suzeraine conséquemment à sa défaite dans la guerre sino-japonaise, ainsi que les diasporas riveraines du Pacifique. Parmi les 33 nouveaux postes créés à cette époque, six sont affectés dans douze villes coréennes, faisant écho à la croissance des activités commerciales chinoises dans ce pays depuis 188217. Onze autres sont situés dans des territoires britanniques, hollandais, américains et allemands en Asie du Sud-Est et en Océanie. Hormis ces avancées en terres colonisées, le service consulaire chinois commence également à se faire une place sur le territoire métropolitain de quelques puissances d’Europe ou d’Amérique du Nord. Cependant, il est aussi important de noter que ces postes sont majoritairement des consulats honoraires18, occupés par des marchands présents sur place et accrédités par les autorités chinoises pour assumer ces fonctions à titre semi-officiel. À l’instar des agents consulaires au service d’autres pays, dont par exemple la France, la fonction de consul honoraire ne nécessite pas de détenir la nationalité du pays accréditeur, ici la Chine. En fait, les titulaires de ces postes sont pour la plupart des nationaux de leur pays de résidence (France, Autriche, Norvège, Italie). Jusqu’à la fin du régime impérial, aucun consul statutaire n’est encore affecté sur le continent européen.

Date de créationVillePays/État souverainPays actuelCommentaires
1896Séoul/Yongsan/WonsanCoréeCorée du SudConsul général
1896Incheon/Mokpo/GunsanCoréeCorée du SudConsul
1897VladivostokRussieRussie« Commissaire du commerce »19 jusqu’en 1909, puis consul général
1898ManilleÉtats-UnisPhilippinesConsul général
1899Jeungnampo20/PyongyangCoréeCorée du NordVice-consul
1899Pusan/Masanpo21CoréeCorée du SudConsul
1902WonsanCoréeCorée du NordVice-consul ; fonction cumulée par le consul général à Séoul jusqu’en 1902
1902BostonÉtats-UnisÉtats-UnisVice-consul, poste supprimé en 1909 après la démission du premier titulaire (d’origine américaine)
1904Transvaal (Johannesburg)*Royaume-UniAfrique du SudConsul général
1904Mexique*MexiqueMexiqueConsul général
1904NaplesItalieItalieConsul honoraire, de nationalité italienne
1905Mozambique*PortugalMozambiqueConsul honoraire, de nationalité allemande
1905Norvège*NorvègeNorvègeConsul honoraire, de nationalité norvégienne
1906Portland/SeattleÉtats-UnisÉtats-UnisConsul honoraire, d’origine chinoise
1908SeattleÉtats-UnisÉtats-UnisConsul honoraire ; fonction cumulée par le consul honoraire à Portland jusqu’en 1908
1908MelbourneRoyaume-UniAustralieConsul général
1908Nouvelle-Zélande (Wellington)*Royaume-UniNouvelle-ZélandeConsul
1908BordeauxFranceFranceConsul honoraire, de nationalité française
1909RangoonRoyaume-UniMyanmarConsul
1909SydneyRoyaume-UniAustralieVice-consul
1909PerthRoyaume-UniAustralieVice-consul
1909BrisbaneRoyaume-UniAustralieVice-consul
1909Samoa (Apia)*AllemagneSamoaConsul
1909Canada (Ottawa)*Royaume-UniCanadaConsul général
1909VancouverRoyaume-UniCanadaConsul
1909Autriche*AutricheAutricheConsul honoraire, de nationalité autrichienne
1910PanamaPanamaPanamaConsul général
1910MarseilleFranceFranceConsul honoraire, de nationalité française
1911BataviaPays-BasIndonésieConsul général
1911BandungPays-BasIndonésieConsul
1911SurabayaPays-BasIndonésieConsul
1911SinuijuJaponCorée du NordConsul
1911GênesItalieItalieConsul honoraire, de nationalité italienne
Tableau 2 : liste des postes consulaires créés par la Chine entre 1896 et 191122

Les gouvernements de Beiyang (1912-1927) et de Nankin (1927-1937)

Du fait de l’absence d’un outil comparable aux Tableaux chronologiques dédié à la période républicaine, il est naturellement bien plus complexe d’étudier l’évolution des postes avec autant de précision pour les périodes post-1912. Il est toutefois possible d’esquisser un aperçu général grâce à un certain nombre de recherches basées sur la documentation administrative émanant de ces deux régimes en question.

Le passage de la monarchie au régime républicain en 1912 entraîne relativement peu de ruptures en termes d’organisation administrative. La Réglementation provisoire des légations et des consulats de la République de Chine, promulguée le 27 novembre 1912, dénombre 12 consulats généraux, 14 consulats et 2 vice-consulats (28 postes statutaires)23, contre 11 consulats généraux, 16 consulats et 5 vice-consulats (32 postes statutaires) en 1911, chiffres établis d’après les renseignements des Tableaux chronologiques. Compte tenu d’éventuelles variations dans les modalités de recensement, nous pouvons donc affirmer que le réseau consulaire de la dynastie des Qing est globalement reconduit par le gouvernement de Beiyang.

VilleStatut
Singapourconsulat général
Australie*consulat général
Canada*consulat général
Vladivostokconsulat général
Mexique*consulat général
La Havaneconsulat général
San Franciscoconsulat général
Manilleconsulat général
Panamaconsulat général
Yokohamaconsulat général
Séoulconsulat général
Bataviaconsulat général
PenangConsulat
WellingtonConsulat
RangoonConsulat
VancouverConsulat
New YorkConsulat
HonoluluConsulat
KobeConsulat
NagasakiConsulat
IncheonConsulat
PusanConsulat
SinuijuConsulat
ApiaConsulat
SurabayaConsulat
BandungConsulat
Wonsanvice-consulat
Jeungnampovice-consulat
Tableau 3 : Liste des consulats généraux, des consulats et des vice-consulats en 1912

Ladite Réglementation nous apporte également un précieux éclairage sur l’organisation des personnels : un consulat général est composé d’un consul général, d’un vice-consul, d’un élève-consul24 et d’un chancelier25 ; le personnel d’un consulat ou vice-consulat comprend, quant à lui, un consul ou vice-consul, un élève-consul et un chancelier. Cela suggère une certaine nuance entre les systèmes français et chinois en ce qui concerne le rôle du vice-consul. Celui-ci est plus souvent chargé, à lui seul, d’un poste consulaire dans le cas de la France du début du XXe siècle. En Chine, au contraire, il est dans la plupart des cas un auxiliaire d’un consul général.

Sous le régime de Beiyang, le nombre de postes statutaires passe de 32, en novembre 1912, à environ 50, en 1928, un an après sa chute au profit des forces révolutionnaires du Sud. Hormis la création de quatre postes européens à Londres, Paris, Amsterdam et Hambourg, la plus grande nouveauté de cette époque est un intérêt croissant envers la Sibérie et l’Asie centrale. Si la Chine n’y possédait qu’un seul consulat à Vladivostok sous l’empire des Qing, douze nouveaux consulats et consulats généraux apparaissent en Russie/Union soviétique entre 1912 et 1927. Cette nouvelle tendance, d’une part, coïncide avec l’essor des flux migratoires en direction de l’Extrême-Orient russe durant la Première Guerre mondiale26. L’implantation de consulats en Asie centrale, d’autre part, résulte dans une large mesure de la relative indépendance des autorités du Xinjiang par rapport à l’État central, avant comme après 1927. Les consuls affectés à Andijan, Tachkent, Almaty, Zaïssan et plus tard Semeï, sont effectivement placés sous l’autorité du pouvoir régional et non celle de l’ambassade chinoise à Moscou, servant ainsi la « diplomatie » de cette province voisine des pays turcs d’Asie centrale27.

En même temps, nous constatons un certain recul en Amérique latine. Le gouvernement de Beiyang ne maintient plus de poste au Panama et au Pérou, et le nombre de postes n’évolue que fort peu au Mexique et à Cuba, contrairement à la progression que l’on observe en Asie du Sud-Est. La répartition des postes consulaires dans le monde sous le régime de Beiyang est reflétée dans la liste des postes consulaires en juin 1931 (voir tableau 4 ci-après). Parmi les 55 postes statutaires listés, seuls six postes (en gras) sont créés ou érigés à un statut plus élevé postérieurement à 192828.

VillePays/État souverainPays ou région actuelStatut
La HavaneCubaCubaconsulat général
MazatlánMexiqueMexiquevice-consulat
MexicaliMexiqueMexiquevice-consulat
TampicoMexiqueMexiqueConsulat
SonoraMexiqueMexiqueConsulat
HambourgAllemagneAllemagneConsulat
MacassarPays-BasIndonésieConsulat
SemarangPays-BasIndonésieConsulat
MedanPays-BasIndonésieConsulat
PalembangPays-BasIndonésieConsulat
SurabayaPays-BasIndonésieConsulat
AmsterdamPays-BasPays-BasConsulat
BataviaPays-BasIndonésieconsulat général
WonsanJaponCorée du Nordvice-consulat
ChongjinJaponCorée du NordConsulat
SinuijuJaponCorée du NordConsulat
PusanJaponCorée du SudConsulat
NagasakiJaponJaponConsulat
TaipeiJaponRépublique de Chine (Taïwan)consulat général
SéoulJaponCorée du Sudconsulat général
KobeJaponJaponconsulat général
YokohamaJaponJaponconsulat général
La-Nouvelle-OrléansÉtats-UnisÉtats-Unisvice-consulat
HonoluluÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat général
ChicagoÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat général
New YorkÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat général
ManilleÉtats-UnisPhilippinesconsulat général
San FranciscoÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat général
ParisFranceFranceconsulat général
SamoaRoyaume-Uni (Dominion de Nouvelle-Zélande)Samoavice-consulat
PenangRoyaume-UniMalaisieConsulat
MelbourneRoyaume-UniAustralieConsulat
WellingtonRoyaume-UniNouvelle-Zélandeconsulat général
VancouverRoyaume-UniCanadaConsulat
RangoonRoyaume-UniMyanmarConsulat
Bornéo du NordRoyaume-UniMalaisieconsulat général
CalcuttaRoyaume-UniIndeconsulat général
LondresRoyaume-UniRoyaume-Uniconsulat général
JohannesburgRoyaume-UniAfrique du Sudconsulat général
Australie (Melbourne)*Royaume-UniAustralieconsulat général
SingapourRoyaume-UniSingapourconsulat général
OttawaRoyaume-UniCanadaconsulat général
ZaïssanUnion soviétiqueKazakhstanConsulat
AndijanUnion soviétiqueOuzbékistanConsulat
TachkentUnion soviétiqueOuzbékistanConsulat
AlmatyUnion soviétiqueKazakhstanConsulat
NikolaïevskUnion soviétiqueRussieConsulat
Verkhneoudinsk29Union soviétiqueRussieConsulat
Nikolsk30Union soviétiqueRussieConsulat
TchitaUnion soviétiqueRussieConsulat
SemeïUnion soviétiqueKazakhstanconsulat général
IrkoutskUnion soviétiqueRussieconsulat général
KhabarovskUnion soviétiqueRussieconsulat général
BlagoveshchenskUnion soviétiqueRussieconsulat général
VladivostokUnion soviétiqueRussieconsulat général
Tableau 4 : liste des consulats généraux, des consulats et des vice-consulats en juin 193131

Le réseau consulaire chinois continue de s’accroître durant la « décennie de Nankin » (1927-1937), notamment au cours des six dernières années. En effet, selon l’Annuaire diplomatique de la Chine pour l’année 1936, 22 postes statutaires sont créés entre 1931 et 1936, contre une petite poignée seulement entre 1927 et 1931. Les nouveaux postes sont répartis sur toutes les aires géographiques et aboutissent à un réseau mieux équilibré. Celui-ci couvre désormais cinq autres pays souverains – la Belgique, l’Égypte, le Guatemala, l’Italie et le Nicaragua –, ainsi que plusieurs villes françaises et indochinoises. Cependant, les régions du Pacifique demeurent le centre de gravité du service consulaire chinois : les postes restent peu nombreux en Afrique, en Europe et en Asie du Sud. À la veille de l’invasion japonaise en 1937, la Chine compte 27 consulats généraux, 40 consulats (y compris les relais d’un consulat général), 10 vice-consulats. Deux « proto-consulats » viennent compléter la liste : un « commissaire spécial des factures consulaires »32 à Hong Kong – le même poste existe aussi à Saigon et Haiphong jusqu’en 1935 – et un « commissaire de commerce »33 à Bangkok34. La même année toujours, les commerçants portant le titre de consul honoraire de Chine sont au nombre de 32, dont 2 à Trinité-et-Tobago (d’origine chinoise), 4 aux Philippines (d’origine chinoise), 3 en Italie, 1 en Allemagne, 1 en Tchécoslovaquie, 2 en Espagne, 1 en Norvège, 1 au Brésil, 1 en Belgique et 16 au Pérou35.

VillePays/État souverainPays ou région actuelStatut
VladivostokUnion soviétiqueRussieconsulat général
BlagoveshchenskUnion soviétiqueRussieconsulat général
KhabarovskUnion soviétiqueRussieconsulat général
IrkoutskUnion soviétiqueRussieconsulat général
TachkentUnion soviétiqueOuzbékistanconsulat général
NovossibirskUnion soviétiqueRussieconsulat général
TchitaUnion soviétiqueRussieconsulat
NikolskUnion soviétiqueRussieconsulat
VerkhneoudinskUnion soviétiqueRussieconsulat
NikolaïevskUnion soviétiqueRussieconsulat
AlmatyUnion soviétiqueKazakhstanconsulat
AndijanUnion soviétiqueOuzbékistanconsulat
ZaïssanUnion soviétiqueKazakhstanconsulat
SemeïUnion soviétiqueKazakhstanconsulat
TriesteItalieItalieconsulat
LondresRoyaume-UniRoyaume-Uniconsulat général
ManchesterRoyaume-UniRoyaume-Univice-consulat
OttawaRoyaume-UniCanadaconsulat général
SingapourRoyaume-UniSingapourconsulat général
SydneyRoyaume-UniAustralieconsulat général
JohannesburgRoyaume-UniAfrique du Sudconsulat général
CalcuttaRoyaume-UniIndeconsulat général
SandakanRoyaume-UniMalaisieconsulat
RangoonRoyaume-UniMyanmarconsulat
VancouverRoyaume-UniCanadaconsulat
WellingtonRoyaume-UniNouvelle-Zélandeconsulat
PenangRoyaume-UniMalaisieconsulat
LiverpoolRoyaume-UniRoyaume-Uniconsulat
Kuala LumpurRoyaume-UniMalaisieconsulat
ApiaRoyaume-UniSamoavice-consulat
BombayRoyaume-UniIndevice-consulat
SuvaRoyaume-UniFidjivice-consulat
Le CaireÉgypteÉgypteconsulat
ParisFranceFranceconsulat général
BordeauxFranceFrancerelais du consulat général de Paris
LyonFranceFrancerelais du consulat général de Paris
HanoiFranceVietnamconsulat général
MarseilleFranceFranceconsulat
SaigonFranceVietnamconsulat
San FranciscoÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat général
ManilleÉtats-UnisPhilippinesconsulat général
New YorkÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat général
ChicagoÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat général
HonoluluÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat général
SeattleÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat
PortlandÉtats-UnisÉtats-Unisconsulat
La-Nouvelle-OrléansÉtats-UnisÉtats-Unisvice-consulat
Los AngelesÉtats-UnisÉtats-Unisvice-consulat
HoustonÉtats-UnisÉtats-Unisvice-consulat
YokohamaJaponJaponconsulat général
HakodateJaponJaponrelais du consulat général de Yokohama
KobeJaponJaponconsulat général
ŌsakaJaponJaponrelais du consulat général de Kobe
NagoyaJaponJaponrelais du consulat général de Kobe
SéoulJaponCorée du Nordconsulat général
TaipeiJaponRépublique de Chine (Taïwan)consulat général
NagasakiJaponJaponconsulat
MojiJapon Japonrelais du consulat de Nagasaki
BusanJaponCorée du Sudconsulat
SinuijuJaponCorée du Nordconsulat
ChongjinJaponCorée du Nordconsulat
WonsanJaponCorée du Nordvice-consulat
BataviaPays-BasIndonésieconsulat général
AmsterdamPays-BasPays-Basconsulat
SurabayaPays-BasIndonésieconsulat
PalembangPays-BasIndonésieconsulat
MedanPays-BasIndonésieconsulat
MacassarPays-BasIndonésieconsulat
HambourgAllemagneAllemagneconsulat
AnversBelgiqueBelgiquevice-consulat
SonoraMexiqueMexiqueconsulat
TampicoMexiqueMexiqueconsulat
MexicaliMexiqueMexiquevice-consulat
MazatlánMexiqueMexiquevice-consulat
La HavaneCubaCubaconsulat général
ManaguaNicaraguaNicaraguaconsulat général
GuatemalaGuatemalaGuatemalaconsulat général
Tableau 5 : liste des consulats généraux, des consulats et des vice-consulats en 1936.

Conclusion

Le réseau consulaire chinois apparaît tardivement, en 1877. Il connaît néanmoins des périodes de croissance rapide à partir de 1895, acquérant une portée mondiale à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, les postes consulaires sont plus particulièrement répartis au sein des grandes diasporas du Pacifique. L’Europe, l’Afrique et l’Asie du Sud n’accueillent qu’un faible nombre de postes au cours de la période étudiée. Une particularité des consuls chinois réside dans leur subordination personnelle au ministre plénipotentiaire affecté au même pays. Longtemps agissant en tant que membres détachés d’une légation, ils ne se séparent de la fonction diplomatique qu’à la suite de la réforme de 1906. Dans les villes dépourvues d’un poste statutaire, le service consulaire est parfois assuré par des marchands locaux en qualité de consul honoraire, ce qui est pratique courante dans les services consulaires de tous pays. Formellement abolie par le régime de la Chine populaire après 1949, cette pratique est demeurée en usage pendant de longues décennies et implique un nombre relativement important de collaborateurs de nationalités diverses36.

1La période faisant l’objet de notre étude s’étend de la nomination du premier consul de Chine à l’étranger en 1877 jusqu’au commencement de l’invasion japonaise en 1937. Plusieurs régimes se succèdent pendant cette époque mouvementée, dont notamment l’empire des Qing (1644-1912), le gouvernement de Beiyang (République de Chine, avec pour capitale Pékin, 1912-1927) et le gouvernement de Nankin (République de Chine, 1927-1949). Notre présentation s’arrête à l’année 1936, la prise de Nankin par les troupes du Japon l’année suivante marquant une rupture totale dans le fonctionnement de l’État chinois. Voir Xavier Paulès, La République de Chine, Histoire générale de la Chine (1912-1949), Paris, Belles Lettres, 2019.

2Pour une présentation générale des huiguan, voir Vincent Goossaert, « Matériaux et recherches nouvelles sur les corporations chinoises urbaines traditionnelles (des Ming à 1949) », Revue bibliographique de Sinologie, 1999, p. 205-222.

3Henri Cordier, « Le Consulat de France à Canton au XVIIIe siècle », in T’oung Pao, Second Series, vol. 9, no 1, 1908, p. 47-96.

4Earl H. Pritchard, The Crucial Years of Early Anglo-Chinese Relations, 1750-1800, New York, Octagon Books, 1970, p. 114.

5Littéralement « directeurs d’affaires ».

6Wang Hongzhi 王宏志, « Nanjing tiaoyue zhong lingshi fanyi de lishi tanxi » 《 南京條約》 中 “領事” 翻譯的歷史探析, in Zhongguo fanyi 中國翻譯, 36.3 (2015), p. 31-41. Cela dit, la première occurrence de l’expression « lingshi » remonte au 1er siècle de notre ère, dans l’ouvrage historique Hanshu, ou « Livre de la Dynastie des Han », cf. Sun Jianjun 孫建軍, « Zōtei kaei tsūgo ni okeru ryōji, hoken, baishin » 『増訂華英通語』 における 「領事」「保険」「陪審」, in Kokusai kirisutokyō daigaku gakubō 3-A, Ajia bunka kenkyū 国際基督教大学学報 3-A, アジア文化研究, 27 (2001), p. 185-195. Notons que sous l’empire des Qing, les consuls chinois affectés au Japon portent exceptionnellement le titre de lishi 理事, ou « administrateur d’affaires », au lieu de lingshi. Les vice-consuls au Japon s’appellent, quant à eux, fu lishi 副理事, ou « administrateur d’affaires adjoint ».

7Li Wenjie 李文杰, Zhongguo jindai waijiaoguan qunti de xingcheng 中國近代外交官羣體的形成 (The Emergence of the Modern Chinese Diplomats : Officials in the Zongli Yamen, Waiwu Bu and Legations, 1861-1911), Pékin, éditions Sanlian shudian, 2017, p. 319.

8À titre d’exemple, les légations de Chine à Londres et à Paris sont souvent dirigées par un seul ministre plénipotentiaire qui voyage régulièrement des deux côtés de la Manche. Le ministre de Chine à Berlin cumule aussi la même fonction en Autriche, en Italie et aux Pays-Bas.

9Créé à Pékin au lendemain de la seconde guerre de l’opium, il est également connu, dans la documentation occidentale, sous son nom chinois Zongli Yamen 總理衙門 ou « Tsong-li Yamen », transcription couramment utilisée dans les archives diplomatiques françaises.

10Ou waiwu bu 外務部. Cf. Li Wenjie, op. cit., p. 321, 512-513.

11Cf. Jörg Ulbert, La fonction consulaire à l’époque moderne : l’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), Rennes, PU Rennes, 2006.

12Hu Xuanze est également accrédité par le Japon et la Russie pour assurer la même fonction à Singapour, cf. Jia Shucun 賈熟村, « Zhongguo shouren zhuwai lingshi Hu Xuanze » 中國首任駐外領事胡璇澤, in Lingnan wenshi 嶺南文史, 2000 (1), p. 22-24.

13Le pays indiqué dans cette colonne est celui qui accueille le poste au moment de sa création.

14Shangdong 商董.

15En 1879, deux agents sont affectés à La Havane avec les titres de consul général et de consul, le second cumulant la fonction de consul à Matanzas. À partir de 1884, les titulaires de ce dernier poste cessent de cumuler les deux fonctions et gèrent exclusivement le consulat à Matanzas, jusqu’à la suppression de ce poste en 1894.

16Tableau établi selon Shen Yunlong 沈雲龍 (dir.), Qingji Zhong wai shiling nianbiao 清季中外使領年表 (Tableaux chronologiques des émissaires et des consuls chinois et étrangers à la période tardive des Qing), Taipei, Wenhai chubanshe, 1985 (ci-après « Tableaux chronologiques »).

17L’essor des activités commerciales chinoises et les flux migratoires qui en résultent durent jusqu’aux mouvements anti-chinois survenus alentours de 1930, cf. Yu Dehao 于德豪 et Zhang Cizheng 張次正, « Jindai Hanhua yiminshi chutan cong lishi jincheng ji jingji huodong zhuoyan » 近代韓華移民史初探-從歷史進程及經濟活動著眼, in Lingdong xuebao 嶺東學報, 2012 (31), p. 93-130.

18Ou mingyu lingshi 名譽領事. Créés tardivement, ces postes n’accueillent généralement qu’un seul titulaire à l’époque impériale. Les Tableaux chronologiques n’indiquent qu’un seul cas de consul honoraire d’origine chinoise, à Portland/Seattle. Par ailleurs, le poste de « vice-consul » à Boston est occupé par un Américain entre 1902 et 1907, ce qui relève sans doute de l’absence d’une terminologie standardisée au sein du service consulaire à cette époque.

19Shangwu weiyuan 商務委員.

20Actuellement connue sous le nom de Nampo, en Corée du Nord.

21Situé dans l’actuelle Changwon, Corée du Sud.

22Le symbole « * » indique les postes dont la ville exacte n’est pas précisée dans les Tableaux chronologiques. Une localisation probable est indiquée entre parenthèses. Les caractères en gras désignent les postes de consul honoraire.

23Citée dans Ma Zhendu 馬振犢, Tang Qihua 唐啓華 et Jiang Yun 蔣耘, Zhonghua minguo zhuanti shi disan juan, Beijing zhengfu shiqi de zhengzhi yu waijiao 中華民國專題史·第三卷:北京政府時期的政治与外交 (Histoire de la République de Chine, tome III, La politique et la diplomatie sous la période du gouvernement de Pékin), Nankin, éditions de l’université de Nankin, 2015, p. 90 ; aussi citée dans Yi Zhongmei 易中梅, Minchu Waijiaobu yanjiu, 1912-1916 民初外交部研究,1912-1916 (Le ministère des Affaires étrangères au début de la période républicaine, 1912-1916), mémoire de master, soutenu en 2011 à l’université normale du Shaanxi, Chine.

24Ou suixi lingshi 隨習領事.

25Ou zhushi 主事.

26Un nombre considérable d’ouvriers chinois a émigré vers l’Extrême-Orient russe dans les années 1910, comblant la pénurie de main d’œuvre entraînée par la Grande Guerre. Selon certaines sources russes, le nombre d’immigrés chinois en Extrême-Orient russe est passé de 200 000 à 500 000 personnes entre 1912 et 1917. Les principales villes d’accueil sont les suivantes : Vladivostok, Oussourisk, Khabarovsk, Blagoveshchensk, Nicolaïevsk, Tchita, Nertchinsk, ainsi que les chantiers de construction le long du chemin de fer transsibérien. Long Changhai 龍長海, « Eluosi de Zhongguo yimin: lishi yu xianzhuang » 俄羅斯的中國移民:歷史與現狀, in Suihua xueyuan xuebao 綏化學院學報, 2011 (10), p. 86-89.

27Il faut attendre jusqu’en 1942 pour que le gouvernement central de Nankin reprenne en main le contrôle des cinq consulats en Asie centrale, cf. Wang Jianlang 王建朗, « Shilun kangzhan houqi de Xinjiang neixiang: jiyu jiangjieshi riji de zai taolun » 試論抗戰後期的新疆內向:基於《蔣介石日記》的再討論, in Jinyang xuekan 晉陽學刊, 2011 (1), p. 95-105.

28He Weiguang 何偉光, Nanjing guomin zhengfu lingshi zhidu yanjiu, 1927-1937 南京國民政府領事制度研究,1927-1937 (Étude sur le service consulaire du gouvernement de Nankin, 1927-1937), mémoire de master, soutenu en 2018 à l’université chinoise des Affaires étrangères, Pékin, p. 51.

29Le nom actuel est Oulan-Oudé.

30Oussouriisk.

31Les symboles « * » indiquent les postes dont la localisation exacte n’est pas précisée.

32Qianzheng huodan zhuanyuan 簽證貨單專員.

33Shangwu Weiyuan 商務委員.

34Wang Licheng 王立誠, Zhongguo jindai waijiao zhidu shi 中國近代外交制度史 (Histoire institutionnelle de la diplomatie chinoise), Lanzhou, Gansu renmin chubanshe, 1991, p. 255-256.

35Zhu Jiazhi 朱家治, Zhongguo waijiao nianjian 中國外交年鑑 (Annuaire diplomatique de Chine), année 1936, Shanghai, Shenghuo shudian, 1936, p. 447-454.

36Le site Internet du Service consulaire de la Chine affirme que la République populaire n’a jamais accrédité de consul honoraire, voir la page Lingshi changshi 領事常識, publié le 10 mai 2023, consulté le 28 avril 2024 : <http://cs.mfa.gov.cn/gyls/lscs/>.



Citer ce billet
Zhang Gong (2024, 2 mai). L’évolution du réseau consulaire de la Chine à l’époque moderne (1877-1937). Consoli. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10sm8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search