Le maillage consulaire italien en Epire, couverture du renseignement militaire (1917-1920)

Alors qu’à la veille de la Première Guerre mondiale l’Italie dispose de plusieurs consulats en Grèce (Thessalonique, Patras, Corfou, Ioannina – chef-lieu de l’Epire -), s’intéresser spécifiquement à son maillage dans cette dernière région, entre 1917 et 1920, permet d’aborder des questions propres à la fonction consulaire en temps de guerre, qui plus est dans une période charnière de l’histoire d’un espace fraîchement sorti du giron ottoman. Partagée entre la Grèce et l’Albanie en 1913, à l’issue des guerres balkaniques, sans que la frontière n’ait pu être démarquée précisément avant que la guerre n’éclate1, l’Épire entre aussi dans la sphère d’influence de l’Italie qui souhaite pouvoir contrôler le débouché de la mer Adriatique2. Afin de contrôler celui-ci et d’anticiper des droits à elle reconnus sur l’Albanie en avril 1915, par le Pacte secret de Londres3, Rome prend d’ailleurs graduellement le contrôle de la moitié nord de l’Epire (qualifiée par les Grecs d’« Épire du nord », en raison de l’irrédentisme qui s’y manifeste), entre la fin d’année 1914 et l’automne 1916. Au mois de juin 1917, profitant de la déposition du roi de Grèce Constantin au profit de l’ancien Premier ministre, Elefhtérios Vénizélos, plus favorable à l’Entente, elle prend même temporairement le contrôle de sa moitié méridionale, avant d’être contrainte de la restituer à la Grèce, par la Conférence de Paris d’août 1917. Toutefois, avant de procéder à l’évacuation de ce territoire le mois suivant, l’Italie prend soin d’y renforcer son réseau consulaire et d’en diversifier les activités.

Si la rivalité croissante entre l’Italie et la Grèce dans cet espace balkanique et méditerranéen explique cette mesure, Rome cherche également à fidéliser et à contrôler les mouvements susceptibles de contenir l’expansionnisme territorial d’Athènes, notamment les nationalismes albanais et valaque. Comme souvent, après avoir porté initialement ses fruits4, cette stratégie risquée se retournera violemment contre l’Italie en 19205. Mais en attendant ce dénouement tragique, celle-ci s’emploie à renouer avec l’activisme balkanique, développé par le troisième gouvernement Crispi en 1895, au moyen de la fonction consulaire. Instaurées par la loi de 1866, les fonctions d’agents consulaires6 voient le jour à Konica, Metsovo et Samarina, dans la région montagneuse du Pinde (située au nord-est de Ioannina), ainsi qu’à Filat, Margariti, Paramithia et Preveza, dans celle de Tchameri (correspondant à l’actuelle Thesprotie, faisant face à l’île de Corfou), régions présentant de fortes spécificités ethnolinguistiques, et dont la majeure partie de la population (respectivement les Valaques et les Tchames) se montre extrêmement favorable à l’occupation italienne. Il n’échappe à personne que le maillage dense mis en place vise autant à protéger ces deux communautés de possibles représailles de la part des Grecs qu’à renseigner les autorités italiennes sur leurs activités dans une région contiguë de leur zone d’occupation en Albanie. Pour atteindre cet objectif, ces dernières n’hésitent pas à détourner la fonction d’agent consulaire, en principe confiée à des notables locaux aux termes de la loi de 1866, pour servir de couverture à des personnels militaires recrutés prioritairement dans les rangs des officiers du service de renseignement de l’état-major. Après avoir initialement donné son accord au déploiement de ces agents consulaires, puis cherché infructueusement à tirer profit de leur présence7, la Grèce profite de la signature de l’accord secret conclu entre Tittoni et Vénizélos, le 29 juillet 1919, pour demander instamment leur retour au consulat de Ioannina dont ils dépendent8, considérant que la protection des intérêts italiens, raison d’être théorique des implantations consulaires, ne justifie plus leur présence sur le terrain9. Les Italiens estiment de leur côté que les Grecs souhaitent surtout se débarrasser d’une présence embarrassante dans la mesure où ces agents consulaires protègent les « Albanais non orthodoxes »10. Après plusieurs mois de récriminations de la part des autorités grecques11, l’Italie finit par accéder à cette requête en juin 1920. Comme le relève à cette époque le Consul français à Ioannina12, la protection apportée par ce réseau consulaire se double d’actions de propagande telles que l’encouragement à résister à la mobilisation, lorsque celle-ci est décrétée par l’État grec.

La particularité de cette fonction d’attaché consulaire justifie le fait que les postes soient confiés systématiquement à des militaires, certains d’entre eux émargeant au corps des Carabiniers. Ils dépendent de l’officier en charge du service des renseignements, détaché au sein du Consulat général en qualité de vice-consul, la fonction de consul général étant occupée par un diplomate de carrière. Afin de tenir compte de ces activités consulaires et de renseignement, ils obéissent à une double chaîne hiérarchique : le consul, pour ce qui relève des premières ; l’Attaché militaire présent au sein de la légation d’Italie à Athènes, pour les secondes. Qui plus est, ces attachés sont également habilités à communiquer directement avec le Haut commandement militaire italien en Albanie établi à Vlora. Conformément au profil des officiers de renseignement, il est vraisemblable que les autorités italiennes recourent prioritairement à des personnels ayant une connaissance de l’espace post-ottoman et/ou de ses spécificités ethnoculturelles. On sait par exemple que l’agent consulaire en poste à Korça, le capitaine Roberto Mongeri, passa son enfance à Istanbul13. Par ailleurs, les noms d’autres officiers semblent trahir une appartenance à la communauté arberèche14, voire grecque d’Italie15, ce qui n’est guère surprenant dans la mesure où Rome cherche depuis un certain à temps à mobiliser la première en soutien de sa politique albanaise. Il est intéressant aussi de noter qu’au moins deux de ces officiers sont de confession juive16, de familles vraisemblablement originaires de Thessalonique, ce qui n’est sans doute pas innocent compte tenu de l’intérêt porté par les Italiens à une communauté israélite représentant un poids non négligeable à Ioannina17.

Une autre particularité du consulat de Ioannina (mais aussi de celui de Corfou) est qu’il conduit une activité transfrontalière. Du fait de sa proximité avec la côte épirote et de sa connexion économique, sociale et politique avec cette région, le premier s’intéresse de très près aux questions émanant de sa partie albanaise, en particulier du sujet délicat constitué par le littoral d’Himarë, à l’identité locale et grecque très marquée. Quant au second, il est officiellement chargé de couvrir la moitié nord de l’Épire18 (région dans laquelle l’Italie ne dispose pas de consulats), en complément des forces d’occupation italiennes. Alors que l’Attaché consulaire déployé à l’automne 1917 à Konica, au pied du Pinde, couvre non seulement ce massif montagneux, mais aussi les secteurs albanais compris entre Korça et Përmet, cette connexion devient plus marquée en début d’année 1920, moment où le ministère italien des Affaires étrangères décide d’ouvrir de nouvelles agences en Albanie méridionale19, en complément de celle de Korça (située en secteur d’occupation français)20. Conçue dans l’optique de l’application de l’accord italo-grec de 1919, la mission de protection des minorités, nouvellement dévolue aux consuls et qui figure au cœur de cette initiative visant à « protéger les intérêts musulmans contre d’éventuelles représailles de la part des Grecs qui pourraient s’affranchir des probables garanties contenues dans l’accord de cession »21 ne sera finalement pas mise en œuvre en raison de la dénonciation de l’accord et de la rétrocession progressive de l’administration de ces régions aux autorités albanaises, au printemps 1920. La dégradation rapide des relations entre Italiens et Albanais conduira à connecter toujours plus étroitement au consulat de Ioannina ces agences consulaires statutairement placées sous l’autorité de celui de Durrës (lui-même supervisé par Fortunato Castoldi22, qui se charge personnellement de la sélection des personnels). A partir du mois de juin, le retrait militaire italien de l’Épire albanaise fait du consulat de Ioannina le relai « naturel » des agences d’Albanie méridionale23. Ce faisant, les Italiens passent outre les réticences des Grecs dont ils pressentent, dès le début, qu’ils voient d’un mauvais œil le projet d’affecter des officiers en qualité d’agents consulaires en Épire albanaise24, et non pas seulement dans la partie grecque où les autorités doivent gérer les particularismes valaques et tchames.

Bien que Chrétiens orthodoxes, une partie des premiers voit dans leur langue une forme d’appartenance à la latinité et un moyen de résister à la grécisation active mise en place depuis l’incorporation du Pinde dans la Grèce, en 1913. Cette conviction, très présente chez certains intellectuels valaques, est par ailleurs encouragée depuis la fin du XIXe siècle par une Italie désireuse de trouver des appuis autant que des justifications à son action dans cette partie des Balkans où le nationalisme grec s’affirme comme un concurrent très sérieux. Déjà en 1916, l’occupation italienne de l’Épire albanaise suscite beaucoup d’attentes chez certains d’entre eux, désireux de voir cette avancée se prolonger jusqu’à leur région (et d’acquérir la nationalité italienne, veulent croire les agents de Rome25). Lorsque ce fut le cas, ils se révèlent être des collaborateurs précieux, n’hésitant pas à combattre aux côtés des Italiens, dans l’armée régulière ou bien au sein d’une Légion valaque constituée à cette fin. Ce tropisme pro-italien, qui occasionne un fort ressentiment de la part de la population et des autorités grecques, laisse fortement craindre des mesures de représailles à leur encontre. De fait, les attachés consulaires italiens font remonter de nombreuses informations relatives à des violences ou abus (vols, rackets, meurtres, appropriation de biens et de logements)26, exercés tant par des particuliers que par les représentants de l’État, en dépit des engagements pris à maintenir l’ordre. Tandis que des autorités locales s’illustrent par leur refus de délivrer les approvisionnements prévus en temps de pénurie, l’armée et la gendarmerie se signalent par des arrestations arbitraires, des passages à tabac, voire des meurtres27.

En Tchameri, la recrudescence des exactions contre la population musulmane albanophone conduit les sous-préfets de Filat et de Paramithia à donner des consignes strictes pour les faire cesser, tout en punissant et en transférant les militaires et gendarmes qui les soutiennent ou y participent28. Mais le consulat de Ioannina ne se contente pas de ces mesures et demande aux autorités locales de bien vouloir faire cesser les pressions exercées par certains chefs de bande29 et relâcher les familles de Tchames enrôlés dans la milice albanaise30, principalement durant l’occupation italienne31. Il demande aussi à ce que les réfugiés d’Épire du nord favorables à la Grèce, recherchés par les autorités italiennes et établis dans la région de Filat (à proximité immédiate de la frontière), soient transférés plus au sud, à Margariti, afin de les y faire surveiller par l’agent consulaire italien et le sous-préfet grec de ce district32. Souhaitant démanteler les réseaux nationalistes grecs implantés et protégés dans le district de Filat, il suggère aussi au ministère italien des affaires étrangères d’effectuer une démarche pour réclamer la mutation du sous-préfet et du commandement de la gendarmerie locale, tous deux accusés de soutenir les exactions contre les Musulmans en raison de leur profonde aversion pour les Albanais et les Italiens33. Même si le second est suspendu dans ses fonctions durant quelques semaines34, le fait qu’aucune sanction ne soit prise à la suite de l’enquête diligentée contre le premier conduit les autorités italiennes à douter de la bonne volonté de leurs homologues grecs comme de leurs professions de foi favorables aux Musulmans35. A l’inverse, le sous-préfet de Paramithia est démis de ses fonctions pour avoir refusé d’ordonner la restitution aux Musulmans des revenus des biens immobiliers accaparés arbitrairement par les Chrétiens36. Le fait est que, à compter de l’été 1918, l’évolution du contexte politique pousse le gouvernement grec à adopter une attitude plus conciliante à l’égard de la population musulmane. Cette politique d’apaisement et de séduction des populations tchames s’accentue avec la fin du conflit, alors que la Grèce cherche à se rapprocher de l’Italie. Cette stratégie vise tout à la fois à saper le fondement des plaintes que les Albanais ne manqueront pas de présenter à la Conférence de la Paix au sujet de cette région et à montrer aux Musulmans d’Épire du nord qu’ils n’ont pas à redouter le rattachement de la région à la Grèce. En application de cette politique, les villageois orthodoxes sont, pour la première fois depuis la chute de l’Empire ottoman, contraints de payer des taxes aux propriétaires musulmans37, tandis que certains postes dans l’administration sont octroyés à leurs coreligionnaires38.

Le consul général italien à Ioannina, Domenico Nuvolari, estime cependant que cette politique de séduction ne rencontre pas le succès escompté car elle suscite un profond mécontentement chez les Chrétiens sans pour autant détourner les Musulmans de l’espoir de voir la Tchameri rattachée à l’Albanie, avec le concours de l’Italie. Il pense également que la quasi-totalité de la population musulmane de Ioannina (environ 700 personnes) émigrera à Istanbul, une fois la paix conclue, et que les Juifs feront de même en Palestine, aux États-Unis et dans quelques États européens (dont l’Italie)39. En pratique, ce climat de défiance et d’insécurité pousse de nombreux Tchames à chercher refuge dans le sud de l’Albanie, sans que cette émigration les prémunisse de toute forme de violence de la part de bandes grecques n’hésitant pas à franchir la frontière. Les exactions commises en zone italienne, dans la région de Konispol40, avec des motivations entremêlant parfois considérations politiques et vendettas personnelles41, pousseront les autorités italiennes à se plaindre de ces agissements42 et à réclamer à leurs homologues grecques des mesures pour canaliser l’action de ces bandes. Le fait qu’elles touchent en priorité celles favorables aux milieux royalistes conduira le consulat de Ioannina à amplifier les divisions du camp vénizéliste à l’approche des élections législatives de 1920, sans doute en raison des sympathies pro-italiennes supposées plus grandes de la part du camp royaliste43.

Mais les consuls ne sont pas simplement des observateurs avisés des jeux politiques et des rapports de force internes grecs. La volonté d’affirmation du camp vénizéliste les conduit à intervenir dans la question du « Triangle épirote » pour prévenir toute instrumentalisation dans ce secteur stratégique44 resté sous contrôle italien après septembre 1917. Jusqu’à la restitution de ce territoire à la Grèce par le traité de Doliana, signé le 13 novembre 1919, le consulat s’emploie à y empêcher tout déplacement à caractère officiel et à refuser le déploiement de personnels en armes au prétexte d’y rétablir une situation sécuritaire rendue précaire par l’allègement des effectifs italiens. Une fois le secteur rétrocédé, le consulat s’efforce de rassurer les populations locales, rappelant qu’il s’agissait là d’un territoire attribué à la Grèce laquelle avait reçu des consignes strictes de ne pas dépasser la ligne fixée par le Protocole de Florence. Les agents consulaires de Tchameri et du Pinde sont pour leur part chargés de délivrer les mêmes éléments de langages aux populations albanaises et valaques de leurs secteurs, dans un souci d’y maintenir un courant italophile45.

Malgré ces propos rassurants, il est indéniable que la récupération du Triangle épirote a conforté les ambitions de la Grèce envers l’Albanie, suscitant une réelle inquiétude chez les Albanais, à un moment où la domination italienne s’y fait de plus en plus fragile. Le durcissement de sa position transparaît ainsi très nettement dans le bras de fer engagé en début d’année 1920 au sujet des Albanais se rendant dans ce pays. Alors que la Grèce laisse jusqu’à présent entrer sur son territoire les personnes munies des passeports italiens « délivrés aux sujets albanais soumis à la protection italienne », elle invoque l’article 2 du Traité de Doliana46 pour exiger qu’elles soient désormais en possession d’un laissez-passer visé par les autorités militaires italiennes. La non reconnaissance des nouveaux passeports délivrés par les préfectures albanaises47 s’explique par la volonté des autorités grecques de ne pas traiter sur un pied d’égalité avec le gouvernement de Tirana, affranchi de la tutelle italienne, et encore moins à s’engager sur la voie de sa reconnaissance. Les autorités grecques ne consentirent à assouplir leur position qu’après avoir reçu l’assurance de la part des autorités italiennes que ces passeports délivrés par l’administration albanaise étaient en tous points identiques à ceux délivrés précédemment par elles48. Afin de faire pression sur la Grèce, l’Italie refuse alors de reconnaître la validité des passeports grecs délivrés aux natifs d’Epire du nord, exigeant que toutes les personnes résidant sur un territoire situé au nord de la ligne du Protocole de Florence se munissent des passeports susmentionnés49. Lorsqu’elle revient sur cette position, elle demande néanmoins à ce que les sujets nord-épirotes soient munis de passeports grecs en bonne et due forme, et non plus seulement de laissez-passer de complaisance délivrés par les autorités locales grecques. Le durcissement de cette position est motivé par le fait que, au moment où leur emprise sur l’Albanie faiblit, les Italiens souhaitent mieux contrôler la destination exacte de ces voyageurs, désormais suspects, ainsi que leurs activités, en raison de l’accroissement des actes de contrebande et de l’agitation pan-épirote relevés à Himarë50. Ce bras de fer croisé, dans lequel les consulats de Ioannina et de Corfou jouent un rôle clef, montre à quel point le contrôle, voire les limitations apportées à la liberté de mouvement, constituent un instrument de pression efficace dans les mains de leurs détenteurs. D’ailleurs, les autorités italiennes ne se priveront pas non plus de contrôler davantage les mouvements de l’ensemble des citoyens albanais lorsque les relations avec le gouvernement de Tirana atteindront un point de non-retour. Lorsque débute le siège du camp retranché de Vlora, en juin 1920, les consulats italiens suspendent la délivrance de laissez-passer pour l’Albanie, se contentant de viser les passeports des Albanais se rendant à l’étranger et de leur délivrer les feuilles de protection italiennes51. Avec la fin de la guerre italo-albanaise et la signature du Protocole de Tirana, le 2 août 1920, les consulats italiens de Grèce demandent des consignes pour savoir quelle attitude adopter vis-à-vis des nouveaux passeports délivrés par l’Albanie (dont l’Italie reconnaît désormais l’indépendance), mais aussi vis-à-vis des prétentions grecques à se réserver le droit de délivrer des passeports et laissez-passer aux sujets d’Epire du nord52.

Tout au long du premier semestre 1920, la dégradation des relations entre Albanais et Italiens contribue à donner un rôle nouveau au dispositif consulaire italien en Epire. Les agents laissés à Gjirokastër et à Sarandë, après le retrait de l’administration civile et militaire italienne, font remonter des informations précieuses concernant les rapports de force intra-albanais, l’état d’esprit des populations locales, les relations de la Grèce avec l’Epire du nord… Sans surprise, et même s’ils s’abstiennent de toute relation avec le gouvernement de Tirana53, ces attachés consulaires portent une attention particulière à sa prise de contrôle des régions d’Albanie méridionale, ainsi qu’aux mouvements de la gendarmerie et à ceux des troupes, régulières comme irrégulières, à son service54. Ils rendent compte de la mobilisation armée et politique des albanistes qui s’efforcent de capitaliser sur l’essor du sentiment anti-italien après la divulgation du contenu de l’accord italo-grec, mais aussi sur les troubles sociaux dans la péninsule et les mouvements insurrectionnels dans l’armée italienne55. Le consulat italien à Corfou relaye également la satisfaction des milieux nationalistes d’Albanie méridionale à l’annonce de la chute du cabinet Nitti et à la non reconnaissance de l’accord italo-grec par son successeur56. L’opposition croissante en Italie à l’occupation de l’Albanie est vue comme une légitimation de leur combat contre les forces italiennes encore présentes et un encouragement à le poursuivre. Confrontés à une hostilité et à des difficultés croissantes57, ils doivent renoncer à assurer les liaisons postales directes avant d’être rapatriés sur Ioannina.

Les agents consulaires constatent aussi les fortes résistances à la conscription, tant chez les Chrétiens du nord de l’Epire que chez les Musulmans et les Valaques de sa partie méridionale. Dans le Pinde, comme en Tchameri, le rejet de la conscription conduit de nombreux appelés à passer la frontière pour chercher refuge dans la zone d’occupation italienne, à partir de l’automne 1917. En retour, les autorités grecques adoptent rapidement une législation et une politique répressive58, organisant des tournées de soldats et de gendarmes pour faire pression sur les personnes refusant d’être mobilisées59, voire procédant à des arrestations. Comme le relève le consulat italien à Ioannina, la mobilisation en Epire soulève deux questions épineuses : celle des Musulmans ayant opté pour la nationalité ottomane (mais n’ayant pu quitter la Grèce du fait de l’éclatement de la Première Guerre mondiale), en vertu de l’article 4 du Traité d’Athènes du 13 novembre 1913, régulant les relations entre celle-ci et l’Empire ottoman à l’issue des guerres balkaniques ; celle des populations chrétiennes et albanaises d’Epire du nord résidentes en Grèce. Si la décision des autorités grecques d’accorder aux citoyens ottomans une dérogation jusqu’à la fin du conflit résout le premier point dès le printemps 191860, la gestion de la seconde question s’avère beaucoup plus délicate, les Grecs ayant emporté avec eux les registres de population lorsqu’ils évacuèrent l’Epire du nord en 1916, alors que nombre de ses habitants se sont établis sur le sol grec (y compris des Musulmans ayant fui les exactions commises par le gouvernement autonomiste au printemps 1914). Craignant que l’ordre donné par le ministère grec de la Guerre, le 17 octobre 1917, de ne pas enrôler les personnes originaires d’Epire du nord non enregistrées comme résidentes en Grèce, et de relever de leurs obligations ceux qui ont déjà été enrôlés, ne soit dévoyé, le consul suggère au ministère italien des affaires étrangères d’effectuer une démarche auprès du gouvernement grec pour en faire respecter l’esprit61. Appliquant les principes du Traité d’Athènes, les autorités grecques considèrent que seules les personnes originaires d’Albanie méridionale, établies en Grèce après la signature du Traité de Florence de 1913, peuvent être exemptées du service militaire. A l’inverse, le Consul d’Italie estime que le critère du domicile ne peut prévaloir sur celui de l’origine et considère que la population concernée doit a minima avoir la possibilité de choisir entre les différentes options62. Centrées sur l’interprétation à donner au critère portant sur l’origine des populations, ces tentatives d’ingérence consulaire italienne dans la définition de la nationalité anticipent une controverse que l’on retrouvera avec une plus grande ampleur après 1923, dans le cadre de la mise en œuvre du Traité de Lausanne.

Simultanément, le réseau consulaire italien se montre extrêmement attentif aux relations que la Grèce entretient avec les régions septentrionales d’Epire, alors que la position des Italiens y est fragilisée par la constitution d’un gouvernement albanais qui ne lui est pas favorable. La collecte de renseignements de nature militaire et politique vise à cerner l’état d’esprit des troupes déployées le long de la frontière. Ainsi, l’exaltation nationaliste et anti-italienne du général Orfanidis, et ses accointances avec les milieux irrédentistes de Ioannina63, est dénoncée d’autant plus vigoureusement64 qu’elle fait redouter une tentative de coup de main sur Gjirokastër et Leskovik65 (à l’instar de celui de d’Annunzio sur Fiume, perçu très positivement en Grèce66). Le consulat rend également compte de la couverture accordée à l’Epire du nord par la presse locale, en particulier dans le quotidien irrédentiste Eleftheron Vima67, et de la complaisance témoignée par les autorités grecques à l’égard des articles publiés. Ce terreau nationaliste, mais aussi les convictions royalistes d’une majeure partie de soldats et d’officiers des unités déployées en Epire (ne cachant pas leurs sympathies pour les puissances centrales), expliquent, d’ailleurs, les fortes réticences italiennes à collaborer avec l’armée grecque en Albanie méridionale lors des grandes offensives lancées contre les Austro-Hongrois, à partir du printemps 191868. Deux ans plus tard, l’Italie suspectera la Grèce d’alimenter en armes les insurgés albanais afin de les aider à expulser les troupes italiennes d’Albanie69. Pour le consulat de Ioannina, ce rapprochement au détriment des Italiens ne fait aucun doute si l’on considère la mise entre parenthèse provisoire70 des revendications panhelléniques en Epire du nord et les consignes passées aux unités militaires pour ne pas provoquer d’incidents frontaliers avec les gendarmes albanais71. Signe de ce rapprochement albano-grec, les consulats italiens à Corfou et Ioannina signalent les tractations secrètes entre officiels grecs et albanais pour tenter de trouver un compromis sur les sujets rendus sensibles par la réduction de l’emprise italienne sur le sol albanais, à savoir le sort du port de Sarandë et le statut futur de la région d’Himarë72. Même si les autorités albanaises sont tentées de mettre à profit le retrait italien d’Albanie pour s’affranchir de leur engagement à ne pas y pénétrer, celui-ci est de nouveau confirmé à la fin du mois d’août, après que la population locale a demandé à la Grèce de soutenir sa résistance à son incorporation dans l’Etat albanais73.

Cette évolution des relations italo-albanaises en 1920 tranche avec la situation antérieure où les nationalistes albanais réclament instamment le soutien italien pour résister à une occupation grecque du sud-est albanais, occupé par la France depuis l’automne 1916. Alors que celle-ci avait initialement opté pour une politique favorable à une autonomie albanaise connue sous le nom de « République de Korytza », la déposition du roi Constantin en juin 1917 se traduit par le retour à une politique grécophile et des velléités de rétrocession anticipée de cette région à la Grèce, sans attente les décisions de la Conférence de la Paix. Afin de faire échouer ce projet, Roberto Mongeri, l’agent consulaire dépêché à Korça74 en début d’année 1917, incite les cercles nationalistes à demander la protection de l’Italie75. En contact étroit avec les milieux italophiles de Korça, il suit attentivement l’évolution de l’état d’esprit de la population locale, notamment après le renforcement des rumeurs de conclusion d’un accord entre l’Italie et la Grèce au sujet de l’Albanie méridionale76. À compter du second semestre 1919, un nombre croissant d’albanistes impute à l’Italie la responsabilité d’un démembrement de l’Albanie, considérant que les déclarations d’Orlando et de Tittoni poussent la Grèce et la Serbie à présenter leurs revendications à la Conférence de la Paix77. Afin de contrer cette dynamique, l’agent consulaire italien relaie localement l’argumentaire élaboré par ce dernier, stipulant que l’accord conclu avec la Grèce ne porte pas sur l’Albanie, pays que l’Italie ne souhaite pas gouverner, et dans lequel elle se contenterait de maintenir une base militaire à Vlora78. A l’inverse, Roberto Mongeri n’hésite pas à alerter ses autorités sur les implications possibles de l’accord intervenu entre Grecs et Albanais au sujet de la région de Korça, le 29 mai 1920. Celui-ci estime que le statu quo décidé en attente des décisions de la Conférence de la Paix peut encourager les nationalistes albanais à rechercher un accord sur les mêmes bases avec l’Italie79. Les mois suivants lui donnèrent amplement raison, ce qui atteste d’une expertise avérée des régions et des problématiques auxquels ces agents sont confrontés. Dans le cas du capitaine Mongeri, cette expertise était même reconnue des institutions italiennes puisque le ministère de l’Industrie, du Commerce et du Travail louera auprès du ministère des Affaires étrangères sa connaissance fine des marchés orientaux afin qu’il oeuvre davantage en faveur de l’expansion économique italienne dans le sud-est albanais80.

L’étude du maillage consulaire italien en Epire, durant la période 1917-1920, met en exergue le rôle fondamental joué par les militaires dans la politique impériale dans cette partie des Balkans, en temps de guerre. La place accordée à ceux-ci, au sein même du réseau consulaire italien, à travers les fonctions de vice-consul et d’agents consulaires détournées de leur raison d’être initiale, traduit sans ambages cette importance. Non seulement ils n’ont pas à justifier d’une quelconque aide à l’activité commerciale dans ces régions de province mais, dans des cas exceptionnels, comme à Korça, ils peuvent échapper à la tutelle diplomatique pour être rattachés au Bureau politique des forces italiennes dans les Balkans. Le dispositif original ainsi mis en place pour conduire des activités de renseignement et d’influence dans une zone stratégique pour l’Italie au débouché de la mer Adriatique s’agrège cependant au circuit d’échanges plus traditionnel des consulats de Ioannina et de Corfou. Extrêmement large, celui-ci comprend la possibilité de communiquer directement tant avec leurs autorités de tutelle diplomatiques (Légation d’Italie à Athènes, ministère des Affaires étrangères) que militaires (Attaché de défense à la Légation d’Italie, ministère de la Guerre, Haut commandement italien en Albanie). Incidemment, en l’absence de répartition claire et exclusive des compétences, la multiplicité d’acteurs tour à tour producteurs, relais ou destinataires de ces analyses, génère une surabondance d’informations, tout en alimentant une forme de rivalité et de compétition entre personnes et services. En dépit de certains travers, la configuration mise en place en Epire semble avoir été pérennisée en d’autres lieux, si l’on en croit la carrière d’un Pirro Santucci, que l’on retrouve au milieu des années 1930 à Thessalonique, dans les mêmes fonctions de vice-consul. Enfin, si le profil spécifique de ces agents consulaires, recrutés prioritairement en Albanie au sein des officiers du service de renseignement de l’état-major81, joue un rôle dans la mise en place d’un réseau d’échanges et de communications diversifié, il est non moins certain qu’elle le doit aussi en partie au caractère transfrontalier et transnational des questions traitées par ces agents en Epire. Il est très probable qu’un examen plus large des fonds consulaires italiens en Albanie et en Epire (en particulier des séries ordinaires non encore inventoriées conservées au ministère des Affaires étrangères) corroborerait davantage encore la formidable intrication économique, humaine, militaire et politique des questions intéressant cette région.

Bibliographie

COLONNA di CESARO G.A., L’Italia nell’Albania meridionale, F. Campitelli, Foligno, 1922.

DORLHIAC R. et JESNE F., « Une alliance de circonstance: l’Italie et les musulmans d’Albanie (1912-1920) », REMMM, n°141, juin 2017.

GIANNINI A., L’Albania dall’indipendenza a l’unione con l’Italia (1913-1939), Milano, 1940.

La questione albanese alla Conferenza della Pace, Napoli, 1922.

JESNE, F., La Face cachée de l’empire. L’Italie et les Balkans, 1861-1915, Rome, École française de Rome, 2021.

JESNE, F., « Des neutralités imbriquées : l’Italie et les Balkans (août 1914 – mai 1915) », Relations internationales, 160, p. 19-37, 2015.

ΛIAKOΣ A., H Iταληενοποιησηκαιημεγαληιδεα, Athènes, 1985.

PASTORELLI P., L’Albania nelle politica estera italiana (1914-1920), Napoli, 1970.

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02171036/document

1 Réunie à Florence le 17 décembre 1913, la Commission de délimitation des frontières sud de l’Albanie attribue à cette dernière la partie septentrionale de l’Epire sans avoir pu procéder aux travaux de bornage. La frontière n’est définitivement établie et reconnue qu’en janvier 1925.

2 Fabrice Jesné, La Face cachée de l’empire. L’Italie et les Balkans, 1861-1915, Rome, École française de Rome, 2021, p. 435-475.

3 La France occupe une partie résiduelle de l’Epire albanaise, autour de la région de Korça, tandis que l’Autriche-Hongrie en occupe l’extrême nord, autour de Berat.

4 En décembre 1918, l’Italie avait patronné la constitution d’un gouvernement albanais, dit de « Durrës », chargé de relayer les positions italiennes devant la Conférence de la paix de Versailles.

5 Le Congrès national de Lushnja de janvier 1920 débouche sur la constitution d’un gouvernement dissident, dit de « Tirana », lequel s’attellera à unifier le territoire albanais en obtenant le départ de toutes les forces occupantes.

6 Dans les documents consultés, le terme est employé indistinctement avec celui d’« attaché consulaire ».

7 Ces agents reçoivent pour consigne de ne pas communiquer directement leurs informations aux autorités grecques, ainsi qu’elles le demandent, mais seulement au consulat de Ioannina, seul habilité à le faire. Archivio Storico diplomatico dell Ministero degli Affari Esteri (désormais ASDMAE), Serie Affari Politici 1919-1930 (désormais AP), Centro informazioni Janina all’Ufficio politico militare Kanina, 1/7/1918, n°609

8 Ministère des Affaires étrangères à Ministre plénipotentiaire d’Italie en Grèce, 5/3/1920, n°2043, ASDMAE/AP (D691)

9 Ibid.

10 Legazione d’Italia in Atene a Ministero degli Affari Esteri, 24/5/1920, n°1089/270, ASDMAE/AP (D691)

11 Legazione d’Italia in Atene à MAE grec, 16/6/1920, n°1397, ASDMAE/AP (D691)

12 Service Historique de la Défense, 16N3161, Dossier « Italie en Epire ».

13 Son père, Giulio Mongeri, fut l’un des grands architectes de la fin de l’Empire ottoman et des débuts de la République turque. Paolo Girardelli et Ezio Godoli, Italian Architects and Builders in the Ottoman Empire and Modern Turkey, Cambridge scholars publishing, 2017, p. 131-134.

14 Principalement établie en Calabre à la suite de la conquête ottomane de l’Epire, au XVe siècle, la communauté arberèche est une population de confession uniate pratiquant un idiome mâtiné d’albanais, d’italien et de dialecte calabrais.

15 Pirro Santucci (vice-consul à Ioannina en 1919-1920) ; Giovanni Stamatiadis (agent consulaire en Tchameri en 1918).

16 Guido Modiano (à Margariti) et Ugo Sciaky (à Konica).

17 Leur nombre était estimé à 2300 personnes.

18 Legazione d’Italia in Atene a Ministero degli Affari Esteri, 16/6/1920, n°1398/340 (D691)

19 Alors que le projet initial prévoit des ouvertures à Delvina, Përmet et Tepelenë, seules celles de Gjirokastër et de Sarandë voient effectivement le jour.

20 Ministero degli Affari Esteri, Direzione generale degli affari politici, 20/4/1920, ASDMAE/AP (D691)

21 Legazione d’Italia in Atene a Ministero degli Affari Esteri, 20/1/1920, n°255, ASDMAE/AP (D691)

22 Après s’être distingué en Libye en 1911-1912, cet officier de carrière se spécialise sur les affaires albanaises à compter de 1913. Affecté au bureau albanais du Ministère des affaires étrangères, nouvellement créé, il participe avant-guerre à la délimitation des frontières méridionales de l’Albanie, avant de conseiller en 1914 le Prince de Wied, premier souverain du pays. Son rôle et son influence sur les questions albanaises ne cesseront de croître tout au long du conflit, jusqu’à se voir attribué la fonction de Haut-Commissaire civil italien en Albanie.

23 De fait, en juillet 1920, Vona, l’agent consulaire à Gjirokastër, est muté à Ioannina et non pas à Durrës.

24 Legazione d’Italia in Atene a Ministero degli Affari Esteri, 9/3/1920, n°590/173, ASDMAE/AP (D691)

25 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 5/9/1916, n°3886, ASDMAE, Archivio di Gabinetto 1915-1918 (désormais AG)

26 Consolato generale d’Italia in Janina à son Excellence le Commissaire du gouvernement hellénique en Epire, 12/10/1917, n°1711, ASDMAE/AG

27 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 12/12/1917, n°2083/262, ASDMAE/AG

28 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 10/12/1917, n°2069/259, ASDMAE/AG

29 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 25/3/1918, n°459/56, ASDMAE/AG

30 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 18/4/1918, n°593/71, ASDMAE/AG

31 Ufficio politico militare del XVI° Corpo d’Armata, 3/4/1918, n°988/31, ASDMAE/AG

32 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 16/9/1918, n°1762/153, ASDMAE/AG

33 Dans le cas du sous-préfet de Filat, originaire de Gjirokastër, cette animosité politique se double d’un ressentiment personnel, un de ses parents, chef de bande, ayant été tué par des soldats à l’époque ottomane. Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 4/4/1918, n°526/64, ASDMAE/AG

34 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 6/5/1918, n°697/82, ASDMAE/AG

35 Pourtant considéré par les Italiens comme accommodant, le Gouverneur général d’Épire aurait déclaré que les Albanais finiront tôt ou tard par abandonner la Tchameri. Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 7/9/1918, n°1699/147, ASDMAE/AG

36 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 16/9/1918, n°1762/153, ASDMAE/AG

37 L’« imoro », soit le tiers de la production agricole.

38 Facteurs, gardes champêtres (y compris dans des villages chrétiens)

39 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 13/12/1918, n°2348/213, ASDMAE/AG

40 Consolato generale d’Italia in Janina a Governatore generale di Janina, 1/3/1918, n°320, ASDMAE/AG

41 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 18/4/1918, n°593/71, ASDMAE/AG

42 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 6/5/1918, n°694/81, ASDMAE/AG

43 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 26/4/1920, n°488/47, ASDMAE/AP

44 Correspondant à la partie grecque du Pogon, ce secteur est traversé par la route reliant le sud de l’Albanie à la Macédoine.

45 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 22/11/1919, n°2394/205, ASDMAE/AP

46 Comme le relève le consulat de Ioannina, cet article a été rédigé pour les personnes se contentant de transiter par la route traversant le Triangle épirote, sans intention de se rendre en Grèce. Consolato generale d’Italia in Janina a Ispettorato della Sottozona di Argirocastro, 18/1/1920, n°41, ASDMAE/AP (D691)

47 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 29/2/1920, n°74/4, ASDMAE/AP (D693)

48 Consolato d’Italia in Janina a Ispettorato della Sottozona di Argirocastro, 1/2/1920, ASDMAE/AP (D691)

49 Consolato d’Italia in Janina a Gérant du Gouvernement général d’Epire, 7/2/1920, n°123, ASDMAE/AP

50 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 1/5/1920, ASDMAE/AP (D693)

51 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 14/6/1920, n°628/20, ASDMAE/AP

52 Legazione d’Italia ad Atene a Ministero degli Affari Esteri, 30/8/1920, n°2244/523, ASDMAE/AP (D693)

53 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 29/3/1920, n°336/26, ASDMAE/AP

54 Consolato generale d’Italia in Janina alla Legazione d’Italia in Atene, 2/5/1920, n°94, ASDMAE/AP (D687)

55 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 2/7/1920, n°73/3, ASDMAE/AP (D687)

56 Consolato generale d’Italia in Corfu a Ministero degli Affari Esteri, 7/7/1920, n°3744, ASDMAE/AP (D687) et Legazione d’Italia in Atene a Ministero degli Affari Esteri, 14/7/1920, n°3955, ASDMAE/AP (D687)

57 Au mois de juin 1920, la prise en otage du personnel de la douane par les personnels italiens encore présents à Sarandë ne permet plus d’acheminer directement le courrier dans cette ville. Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 14/6/1920, n°628/20, ASDMAE/AP (D687)

58 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 10/12/1917, n°2071/260, ASDMAE/AG

59 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 5/3/1918, n°338/42, ASDMAE/AG

60 Un tiers des Musulmans incorporables aurait été dans cette situation. Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 8/5/1918, n°708/82, ASDMAE/AG

61 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 3/4/1918, n°509/54, ASDMAE/AG

62 Consolato generale d’Italia in Janina a Legazione d’Italia in Atene, 18/10/1918, n°1956/170, ASDMAE/AP

63 Notamment le Cercle pan-épirote et la compagnie de volontaires originaires de la région de Përmet.

64 Centro informazioni Janina à Addetto militare Atene e Ufficio politico militare Valona, 2/1/1920, ASDMAE/AP (D691)

65 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 3/1/1920, n°2/1 et Consolato generale d’Italia in Janina, Notiziario sulla situazione militare in Epiro, ASDMAE/AP (D691).

66 Centro informazioni Janina à Addetto militare Atene e Ufficio politico militare Valona, 30/11/1919, n°609, ASDMAE/AP (D691)

67 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 20/9/1918, n°1796/159, et 8/2/1920, ASDMAE/AP

68 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 8/5/1918, n°710/83, ASDMAE/AG

69 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 19/6/1920, n°3300, ASDMAE/AP (D687)

70 Les autorités grecques tiennent à l’époque un discours ambivalent, estimant que Giolitti ne se considèrera pas lié par l’accord italo-grec, même en cas d’un maintien italien à Vlora, tout en liant explicitement leur renoncement à leurs aspirations en Epire du nord au retrait italien de cette ville. Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 2/7/1920, n°73/3, ASDMAE/AP (D687)

71 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 30/5/1920, n°595/57, ASDMAE/AP

72 Consolato generale d’Italia in Corfu a Ministero degli Affari Esteri, 17/7/1920, n°1039, et Legazione d’Italia in Atene a Ministero degli Affari Esteri, 8/7/1920, n°1651/401, ASDMAE/AP (D687)

73 Consolato generale d’Italia in Corfu a Ministero degli Affari Esteri, 13/8/1920, n°4765, ASDMAE/AP (D691) et Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 17/8/1920, n°211, ASDMAE/AP (D687)

74 Principale ville du sud-est albanais, Korça est le chef-lieu des Confins albanais administrés par la France.

75 Generale Garuccio al Ministero degli Affari Esteri ed al Ministero della Guerra, 20/9/1919, ASDMAE/AP

76 Il s’agit de l’accord conclu entre Tittoni et Vénizélos, le 29 juillet 1919.

77 Consolato generale d’Italia in Janina a Ministero degli Affari Esteri, 18/11/1919, n°2373/203, ASDMAE/AP

78 Agenzia Consolare Italiana Corizia a Comando Truppe Valona, 20/11/1919, n°947, ASDMAE/AP (D694)

79 Alto Commissariato d’Albania a Ministero degli Affari Esteri, 11/6/1920, n°1538, ASDMAE/AP (D694)

80 Ministero per l’Industria, il Commercio e il Lavoro a Ministero degli Affari Esteri, 18/1/1919, n°145, ASDMAE/AP (D682)

81 Alto Commissariato d’Italia in Albania, 29/9/1920, ASDMAE/AP (D691)



Citer ce billet
renauddorlhiac (2024, 24 février). Le maillage consulaire italien en Epire, couverture du renseignement militaire (1917-1920). Consoli. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwhm

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search