Servir le pape, protéger ses sujets : les consuls pontificaux au temps de Léon XII

 

Ce texte est la version longue d’un article paru dans l’ouvrage collectif Lo Stato Pontificio sotto Leone XII. Politiche, periferie e società, coordonné par Roberto Regoli, Riccardo Piccioni et Ilaria Fiumi Sermattei (Ancône, Consiglio Regionale – Assemblea legislativa delle Marche, 2022, pp. 105-126).

 

*****

 

L’histoire de la projection du Saint-Siège au-delà du territoire des États pontificaux a le plus souvent été abordée au prisme de trois modalités, à la fois distinctes et partiellement complémentaires : d’une part, le magistère spirituel de l’Église catholique sur la communauté des fidèles dispersée à travers le monde ; d’autre part, l’activité missionnaire telle qu’elle se déploie d’un bout à l’autre de la planète à partir du XVIe siècle ; enfin, le rôle diplomatique du Saint-Siège dans diverses formes de médiations internationales, lequel singularise la place de l’Église catholique romaine à l’égard des autres confessions comme du « concert des nations »[1].

Aux XVIIIe et XIXe siècles s’est ajoutée à ce tryptique une quatrième modalité de cette projection internationale, de portée sans conteste plus modeste et qui a beaucoup moins retenu l’attention des historiens[2]. En l’occurrence, l’entretien par le Saint-Siège d’un réseau de consulats généraux, consulats, vice-consulats et agences consulaires, implantés dans les principaux ports de nombreuses puissances avec lesquelles l’État pontifical entretient des relations commerciales suivies. Car à la différence des nonces et des vicaires apostoliques, ces consuls ne sont théoriquement investis d’aucun rôle diplomatique[3] : leur mission consiste en effet à assister les sujets du pape installés dans le ressort de leur juridiction, ainsi qu’à protéger localement les intérêts commerciaux et maritimes du Saint-Siège.

Le pontificat de Léon XII (1823-1829) occupe une place singulière dans l’histoire de cette institution consulaire : marqué par la mise en œuvre d’un « projet réactionnaire de reconstitution temporelle des États de l’Église et d’une cité sainte »[4], il se distingue également par diverses tentatives d’ouverture vers l’international, de réorganisation de l’appareil administratif du Saint-Siège, ou encore de relance de l’économie commerciale pontificale. La présente contribution entend réinscrire cette séquence des années 1820 dans le temps long des mutations qui façonnent non seulement le service consulaire pontifical, mais plus généralement la projection étrangère du Saint-Siège, sur plus d’un siècle. Au-delà de la dialectique entre continuité et rupture, il s’agira ainsi de comprendre comment l’institution consulaire pontificale se transforme pour répondre à de nouveaux besoins et de nouveaux défis.

 

Effectifs consulaires et géographie des implantations : une tentative de reconstruction (v. 1700-1822)

L’étude des premières implantations ne permet pas d’arrêter avec certitude de date de création du réseau consulaire pontifical. Elle montre néanmoins que celles-ci interviennent d’abord sur le territoire des puissances voisines des États pontificaux, et qu’elles sont plus opportunistes que véritablement coordonnées depuis une autorité « centrale » qui disposerait d’une vue d’ensemble sur le dispositif. Il n’entre pas dans le cadre de cette enquête de proposer une « archéologie » du service consulaire pontifical, et l’on se contentera de rappeler que l’existence de plusieurs postes, dans la péninsule italienne mais aussi sur le littoral espagnol, est attestée depuis au moins les premières années du XVIIIe siècle[5].  Si un consul est déjà en poste à Naples en 1714[6] et qu’un autre est nommé l’année suivante à Otrante[7], on assiste en 1719 à la nomination successive de six consuls dans des ports importants comme secondaires du royaume de Naples – en l’occurrence Molfetta, Giovinazzo, Salerne, Palinuro, Fiumefreddo Bruzio et Crotone[8]. À l’évidence, cette géographie recoupe assez étroitement celle des navigations pontificales, dont les consuls sont à la fois des agents et des protecteurs[9]. Sans surprise, son extension successive suit celle du commerce maritime pontifical, qui prospecte de nouvelles opportunités tout en demeurant fidèle aux différents espaces avec lesquels il est lié depuis des siècles par de denses flux économiques et humains. Les côtes napolitaines, donc, mais également celles du grand-duché de Toscane ainsi que la Riviera ligure ou encore la Sardaigne et la Corse forment ainsi l’armature d’un maillage consulaire qui se densifie progressivement au cours du XVIIIe siècle, puis de nouveau à partir de la Restauration.

Véritable « annuaire statistico-administratif » publié de 1716 à 1849 par l’imprimerie romaine Cracas[10], les Notizie per l’anno proposent chaque année depuis 1792 la liste des consuls pontificaux en poste à l’étranger, assortie de celles des représentations étrangères dans les États pontificaux. Un examen de ces listes pour les trois premières décennies du XIXe siècle permet donc de prendre la mesure de l’expansion progressive de la géographie du réseau consulaire pontifical. Si les Notizie s’avèrent globalement fiables, elles ne sont pas pour autant exemptes d’inexactitudes : déjà en 1820, le délégué apostolique à Ancône signalait au secrétaire d’État plusieurs erreurs dans la liste publiée des consuls étrangers présents dans son port[11]. Le croisement de cette information avec d’autres documents (et notamment les correspondances consulaires) permet ainsi de procéder aux corrections nécessaires. Ce sont tout d’abord les omissions qui parsèment inévitablement ce type de listes : ainsi le vice-consul à Toulon (Giuseppe Antonio Bianchi), pourtant nommé en 1806 et encore actif en 1828, ne figure-t-il pas dans les listes des Notizie pour les années 1822-1829. D’autres postes sont localisés de manière plus ou moins fantaisiste : c’est le cas de « Chioggia nell’Istria » ou de « Spezia in Dalmazia », tous les deux mentionnés dans la liste de 1827. Enfin et surtout, les listes des Notizie ne disent rien ou presque de la myriade de postes secondaires qui, avec le rang de vice-consulats de ou de simples agences consulaires, fleurissent (notamment après la Restauration) à l’initiative de consuls plus importants, déterminés à disposés de relais dans certains lieux reculés de leurs juridictions : c’est par exemple le cas en Sicile en 1826, lorsque le consul général à Palerme nomme trois vice-consuls (à Messine, Girgenti/Agrigente et Cefalù) ainsi que deux agents consulaires (à Termini Imerese et Mascali-Giarre), dont seul le premier apparaît dans les Notizie trois ans plus tard[12].

Ces précautions prises en compte, on peut proposer une tentative de reconstruction du réseau consulaire pontifical, que ce soit en termes d’effectifs ou de géographie des implantations. Les effectifs ne nous sont connus que de manière fragmentaire pour l’essentiel du XVIIIe siècle. Quelques listes sont ainsi parvenues jusqu’à nous, qui n’écartent pas la possibilité de lacunes ou d’oublis. C’est par exemple le cas de cette note de 1763, sur laquelle sont portées 35 localités – hélas sans mention du nom des titulaires respectifs de ces sièges consulaires[13]. C’est à une unité près le nombre que l’on retrouve trois décennies plus tard (1792), lorsque les Notizie per l’anno publient pour la première fois la liste des consuls pontificaux en poste à l’étranger : en près de trente ans, seul le petit poste catalan de Reus semble avoir disparu, remplacé en 1798 par un autre à Valence[14]. Une légère phase d’expansion intervient après la Restauration, puisqu’en 1822 les Notizie font état de 39 agents[15]. Mais cette apparente croissance des effectifs dissimule en réalité un redéploiement partiel de la géographie du réseau, qui témoigne de son expansion croissante en Méditerranée occidentale. Plusieurs postes qui existaient encore à la veille de l’annexion des États pontificaux à l’Empire napoléonien (1809) ne sont plus mentionnés en 1822 : c’est par exemple le cas de Cagliari, Basa, Castell’Aragonese et Oristano en Sardaigne, La Corogne et Valence en Espagne, Nice, Oneglia et San Remo en Ligurie, Capo d’Istria, Pozzuolo, Brindisi, Castellamare, Crotone, Messine, Pescara ou encore Trapani. Dans le même temps, une petite vingtaine d’autres postes, dont une partie hors de la péninsule italienne, font leur entrée sur les listes les Notizie : si Milan, Savone, Porteferraio, Ortona, Bari et Trani accueillent en 1822 des consulats de création récente, c’est également le cas de la péninsule ibérique (Carthagène, Gibraltar et Lisbonne), de la Corse, de la Dalmatie (Spalato/Split, Sebenico/Sibenik, Segna/Senj et Porto Re/Kraljevica), de Raguse/Dubrovnik, de Malte ou encore de Corfou[16]. Ces deux derniers postes sont alors respectivement les points le plus méridional et le plus oriental d’un réseau dont la grande particularité reste de ne pas compter d’implantation en terre d’islam – et ce alors que le Maghreb (la « Barbarie ») et le Moyen-Orient ottoman (le « Levant ») ont historiquement constitué les deux espaces privilégiés dans lesquels se sont déployés, pour l’essentiel aux XVIe et XVIIIe siècles, les services consulaires français, vénitien, anglais, hollandais ou encore napolitain[17].

 

Le pontificat de Léon XII (1823-1829) : une phase d’expansion du réseau consulaire

Cette dynamique se poursuit et s’intensifie sous le pontificat de Léon XII, au prix d’une augmentation significative des effectifs consulaires : de 41 agents répertoriés dans les Notizie de 1823, on passe ainsi à 65 en 1829. La hausse, supérieure à 50 % en l’espace de six années, se déroule de manière continue tout au long de la période, avec une accelération à partir de 1826 : + 4 postes en 1824, + 3 en 1825, + 2 en 1826, + 6 en 1827, + 9 en 1828 et + 6 en 1829[18]. Elle se traduit par une double dynamique d’expansion géographique du réseau consulaire et de densification du maillage dans certaines zones.

Le phénomène le plus évident concerne l’expansion géographique du réseau consulaire pontifical, qui au cours des années 1820 se déploie simultanément en direction de plusieurs espaces. C’est notamment le cas de la côte orientale de l’Adriatique, où l’on compte une nouvelle agence consulaire en Istrie (Albona/Lubin 1828[19]), ainsi qu’un vice-consulat puis une agence consulaire dans les îles Ioniennes (Zante/Zakynthos 1825, Sainte-Maure/Lefkada 1829). Parallèlement, une percée en direction du Portugal se traduit par la création de trois nouveaux postes à Setubal (1825), Belem (1828) et Porto (1828)[20]. Enfin, la fondation en 1827 d’un consulat général « aux États-Unis » (en l’occurrence à Philadelphie), témoigne de l’élargissement progressif des intérêts pontificaux, qui se déploient désormais par-delà l’Atlantique[21]. À cette extension du réseau consulaire à des espaces jusqu’alors peu ou pas intégrés, s’ajoute une dynamique de densification du maillage consulaire dans certaines des espaces où il est historiquement bien représenté : ainsi des Pouilles, où les consulats de Molfetta (1828) puis Brindisi (1829) rejoignent ceux de Barletta, Bari, Monopoli et Trani ; c’est également le cas de la Sicile, où le réseau pontifical s’étoffe de quatre nouveaux postes sous Léon XII (Messine 1826, Marsala 1828, Catane 1829, Mascali Giarre 1829). Les (re-)fondations se multiplient aussi en Ligurie : après Porto Maurizio (1824) et Lavagna (1825), c’est au tour de Vintimille, Finale, Nice, San Remo et Lerici d’accueillir des agents pontificaux dans les dernières années du pontificat. Enfin, l’Espagne se dote de deux postes supplémentaires avec Valence (annoncé comme rouvert en 1828) et Vic (1829), qui s’ajoutent à ceux d’Alicante, de Barcelone, de Cadix et de Carthagène.

Si le pontificat de Léon XII correspond à une phase de croissance nette du réseau consulaire pontifical, tant en termes d’effectifs que d’extension géographique, celle-ci n’est donc ni homogène, ni linéaire. D’une part, car la cartographie des consulats fait apparaître de nettes disparités, entre des espaces de forte concentration (la Ligurie, les Pouilles) et d’autres beaucoup plus faiblement maillés (la Provence, les Balkans). D’autre part, car l’ouverture d’un poste ne garantit pas à elle seule sa pérennité : c’est par exemple le cas du vice-consulat de Finale, qui apparaît dans la liste publiée par les Notizie en 1828 avant de disparaître à partir de l’année suivante. Quant au poste de Gaète, il apparaît pourvu jusqu’en 1823, avant d’être indiqué comme vacant de 1824 à 1828, puis de disparaître lui aussi des listes à partir de 1829. En toute rigueur, écrire l’histoire de l’expansion géographique d’un réseau consulaire nécessiterait enfin de prendre en compte non pas seulement le « résultat » tel que le donnent à voir les listes de postes, mais également l’ensemble des hypothèses écartées ou des tentatives avortées. Si un tel chantier excède de loin les limites de la présente étude, on ne peut ignorer la proposition formulée à l’été 1826 par le vice-consul à Lavagna, Bernardo Sanmichele, de soutenir « la libera navigazione dei nostri bastimenti pontifici nei Porti d’Affrica, e Barberia » en ouvrant un consulat à Alger, dont il souhaiterait être le premier titulaire[22]. Le refus très sec opposé à cette requête[23] ne laisse alors guère présager le revirement complet qui s’opère dans les années suivantes : dès 1832, un poste consulaire est ainsi ouvert dans le grand port maghrébin (entre-temps conquis par les Français), ainsi que deux agences à Oran et à Bône/Annaba[24].

 

Hiérarchies consulaires et tutelle administrative

Des caractéristiques telles que le maillage fortement différencié des implantations, l’existence éphémère de plusieurs postes ou encore la vacance périodique de certains sièges, ne sont nullement spécifiques au cas pontifical. Elles témoignent du caractère nécessairement heurté d’un processus de structuration qui obéit à des dynamiques hétérogènes voire contradictoires, entre sollicitations des sujets pontificaux (capitaines, marins et marchands) souhaitant être protégés localement, tentatives de coordination depuis le Saint-Siège, et ingérences des acteurs institutionnels étrangers dans le choix des représentants pontificaux et le périmétrage de leurs fonctions.

Une analyse en termes strictement quantitatifs court donc le risque d’homogénéiser un réseau dont chaque point (ou « nœud ») connaît une trajectoire spécifique, irréductible à la perspective finaliste qu’impose l’idée même d’une convergence à l’intérieur d’un ensemble plus vaste. Surtout, une telle analyse a pour effet « d’aplatir » artificiellement un monde – à la fois social et institutionnel – que structurent les motifs de distinction et de hiérarchie. On pense notamment à l’organisation du service consulaire pontifical (là encore comme celui de nombreuses autres puissances de l’époque) en fonction d’une typologie distingant consulats généraux, consulats, vice-consulats et agences consulaires. Les consulats généraux correspondent à des postes implantés dans certains des principaux ports étrangers que fréquentent les ressortissants pontificaux : sous le pontificat de Léon XII, il s’agit de Cagliari, Bastia, Livourne, Milan, Naples, Palerme et Corfou, auxquels s’ajoute Philadelphie/Trenton à partir de 1827[25]. Pour autant, cette subtile géographie des rangs ne reflète pas tant une hiérarchie objective de ces différents « nœuds » au sein du réseau consulaire pontifical, que des rapports de force et d’autorité qui se jouent entre les postes eux-mêmes comme entre les représentants et leur environnement local. En 1817, le consul à Corfou, De Ribas Pieri, demande ainsi à être élévé au rang de consul général, « per maggior decenza della mia rappresentanza e per stare a livello degli altri consoli esteri »[26]. Si l’argument de la préséance et de « l’honneur du pavillon » se trouve mobilisé de manière récurrente pour justifier les demandes d’élévation des postes au sein de la hiérarchie consulaire, De Ribas sollicite également l’autorisation de nommer des vice-consuls dans les territoires soumis à sa juridiction (en l’occurrence, les autres îles Ioniennes). Officiellement reconnue aux seuls consuls généraux, cette faculté s’accompagne le plus souvent d’un intéressement aux droits prélevés par les vice-consuls sur les activités commerciale et maritimes des sujets pontificaux dans les ports où ils sont nommés. Sans surprise, le rétablissement du réseau consulaire à la Restauration est donc l’occasion pour de nombreux consuls de solliciter l’élévation de leur poste dans l’espoir d’un quelconque profit. À Barcelone, Niccolo Ponte cherche ainsi à nommer des vice-consuls sans que son propre poste n’ait été transformé en consulat général[27]. Quant au consul général à Naples, Tommaso Ferro, il conteste carrément au camerlingue en personne la nomination d’un vice-consul, estimant que celle-ci aurait dû lui revenir ![28]

L’existence d’une hiérarchie des postes et d’un contrôle de leurs attributions respectives invite en retour à interroger celle d’une autorité administrative susceptible de disposer d’une « vue d’ensemble » sur le réseau consulaire pontifical, ainsi que d’en piloter les principales évolutions – ouverture et fermeture des sièges, nomination de leurs titulaires, etc. Or cette compétence fait l’objet d’une concurrence entre trois acteurs clés du gouvernement de l’Église, en l’occurrence le camerlingue, le trésorier général et le secrétaire d’État. Parmi ses nombreuses attributions, le camerlingue dispose depuis l’époque moderne de la haute main sur l’administration de larges secteurs de l’économie pontificale, de la perception de certains impôts à l’émission monétaire, en passant par le contrôle des douanes ou encore la surintendance du réseau routier et fluvial[29]. Alors qu’on assiste sur le temps long à une érosion graduelle du périmètre des fonctions du camerlingue au profit du trésorier[30], Benoît XIV s’emploie à distinguer leurs compétences respectives à l’aube des années 1740. Par le motu proprio du 1er mars 1742, le trésorier voit ses prérogatives élargies en matière financière, tandis que celles que le camerlingue exerce « privatamente » sont réduites à l’administration des postes, à l’émission des lettres patentes autorisant les navires à battre pavillon pontifical, ainsi qu’à la nomination des consuls dans les ports de l’Ariatique et de la Méditerranée[31]. À partir du milieu du XVIIIe siècle, la supervision du réseau consulaire constitue donc un domaine d’autant plus privilégié de l’activité du camerlingue, qu’il s’agit de l’un des rares vestiges d’une autorité jadis beaucoup plus étendue. Si la période dite de la « première restauration » (1800-1809) marque un retour de la figure du camerlingue au centre de l’administration économique du Saint-Siège (constitution Post diuturnas, 30 octobre 1800)[32], ses compétences se trouvent de nouveau rognées à partir des années 1820, que ce soit à la faveur de la formation de nouveaux organes administratifs[33], ou du fait du renforcement des prérogatives de la secrétairie d’État, qui s’affirme dans les premières décennies du XIXe siècle comme « le centre de toute initiative politique et administrative »[34]. La nomination des consuls pontificaux en poste à l’étranger ne constitue alors que l’un des enjeux de la rivalité qui opposent le camerlingue et le secrétaire d’État, et dont le second sort victorieux au milieu du siècle (1847).

Si les affaires consulaires forment donc bel et bien un domaine clairement identifié au sein de l’administration pontificale, plusieurs éléments interrogent le caractère coordonné de leur gestion par les différents organes qui – à un titre ou un autre – exercent sur elles une forme de tutelle. Si le camerlingue dispose en théorie du droit de nomination, le secrétaire d’État est régulièrement invité à s’exprimer, que ce soit lors de l’ouverture d’un poste, le rédeploiement de tel autre, ou la nomination d’un agent déjà connu de son administration. Cette coordination bicéphale n’est pas sans entraîner de difficultés, notamment du fait d’une circulation lacunaire de l’information entre les deux administrations : lorsqu’en 1817 le consul général pontifical à Bastia demande à pouvoir nommer des vice-consuls dans l’île, Consalvi demande ainsi à Pacca de l’informer « se per lo passato avessero esistito dei vice consoli nell’isola di Corsica, quanti fossero precisamente, da chi venissero deputati, ed in qual forma »[35]. En 1820, on s’aperçoit carrément qu’au moment de pourvoir le nouveau poste qui s’ouvre à Gibraltar, les mêmes Pacca et Consalvi ont nommé chacun leur propre candidat ! Alors que le camerlingue, sur la recommandation du vicaire apostolique à Gibraltar, a choisi l’entrepreneur et architecte Giovanni Maria Boschetti, le secrétaire d’État, sur les conseils du nonce apostolique à Madrid, a opté pour Giuseppe Viale, déjà consul de France et des Deux-Siciles[36].

 

Profils, nomination, recommandation : le recrutement des consuls pontificaux

Qui sont les consuls du pape ? La question apparaît d’autant plus complexe que – dans les États pontificaux comme ailleurs en Europe – il n’existe jusqu’à la fin du XIXe siècle ni cursus formalisé, ni institution susceptible de délivrer compétences et diplômes idoines : à maints égards, la « carrière consulaire » consiste alors en un mélange d’ambition personnelle, de transmission familiale et d’apprentissage « sur le tas ». En résulte une certaine diversité sociale des profils, dont la plupart sont néanmoins liés aux mondes complémentaires de la marine et du commerce. Une étude longitudinale des nominations permet d’ailleurs de noter qu’on passe, entre la mi-XVIIIe et le milieu du siècle suivant, d’une population dominée par les « gens de mer » (essentiellement des capitaines) à des profils plus négociants, en tout cas caractérisés par une surface sociale et économique supérieure. Quant aux origines des impétrants, elles sont là encore diverses. Certes, Moroni observe dans son Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica que ces consuls « per lo più si scelgono tra gli esteri dimoranti in detti porti, overo tra gli statisti ivi dimoranti »[37] : ce qui est présenté ici comme un état de fait constitue en réalité un processus, dont le produit se trouve progressivement codifié dans le cadre règlementaire de nombreuses puissances européennes au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle[38]. Mais parallèlement à ce recrutement « national », de nombreux exemples continuent de témoigner de la propension du camerlingue comme du secrétaire d’État à privilégier des personnalités déjà bien implantées localement, fussent-elles sujettes d’un autre prince – et dont certaines exercent d’ores et déjà des fonctions consulaires pour d’autres puissances. Si de tels profils présentent l’avantage d’une bonne connaissance du milieu local, ils expliquent également qu’à la différence du cas français par exemple, le corps consulaire pontifical dans son ensemble soit caractérisé par une relative sédentarité des carrières, l’évolution d’un poste à l’autre constituant une exception bien plus que la règle.

À cette pluralité des profils et des trajectoires correspond une diversité des modes de recrutement et de nomination. Longtemps obnubilée par les motifs de la patente et de l’exequatur, une historiographie centrée sur le rôle des institutions et la désignation de ses agents par « l’État » (qu’il s’agisse du prince ou de son ministre) a pu négliger l’étude de formes alternatives de représentativité, dont on connaît aujourd’hui l’importance dans la constitution des appareils consulaires. Au Moyen Âge, les consuls génois, vénitiens, catalans ou provençaux installés sur le pourtour méditerranéen sont ainsi fréquemment nommés par les capitaines et les marchands « nationaux » du lieu, avant d’être officiellement investis par les autorités de la puissance dont ils sont chargés de défendre les intérêts[39]. Cet héritage des consuls dits electi se poursuit longtemps après la prise en main de ces procédures par les bureaucraties étatiques et l’apparition des consuls dits missi[40]. Dans le cas pontifical, on en retrouve encore la trace dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, par exemple lorsque plusieurs capitaines originaires de Pesaro obtiennent du nonce pontifical à Venise (Bernardino Onorato) que soit créé un consulat pontifical dans la Venise, et que celui-ci soit confié à l’un de leurs « compatriotes », un certain Agostino del Bene[41]. La cohabitation de différents modes de désignation témoigne d’ailleurs du caractère longtemps informel d’une procédure dont la codification n’intervient que tardivement[42]. Outre les cas déjà évoqués de ces vice-consuls nommés par des consuls généraux, on mentionnera par exemple ce courrier du marquis Doria, ancien ministre plénipotentiaire de Gênes au congrès d’Aix-la-Chapelle, dans lequel celui-ci affirme que la nomination d’un consul pontifical à Antibes est en réalité du ressort du nonce apostolique en France[43]. Quant au consul général à Naples, Placido Vicinelli, il fait encore observer trois décennies plus tard (1781) au camerlingue Rezzonico que parmi les vice-consulats situés dans sa juridiction, « molti ne vacano, ed altri sono esercitati senza sapere come, ne da chi siano patentati »[44].

Le principe d’un monopole du camerlingue sur le recrutement des consuls pontificaux se trouve donc périodiquement concurrencé par d’autres modes de désignation et de nomination. La tendance qui s’affirme au cours du XVIIIe siècle, et se poursuit au siècle suivant, est toutefois celle d’une multiplication des candidatures de particuliers, dont une majorité se manifestent auprès du camerlingue (mais aussi du secrétaire d’Etat) en se prévalant du soutien de notables voire d’aristocrates locaux. En appui à la candidature de Vicinelli au poste napolitain, le prince Urbano Barberini écrit ainsi au camerlingue Rezzonico : « L’assicuro, che un tal favore lo riceverò come cosa propria, e gliene rimarrò per sempre tenuto »[45]. Les suppliques font également la part belle à l’activation, parmi les impétrants, de systèmes souvent complexes de recommandation et de protection qui mettent en jeu tout l’éventail de la hiérarchie ecclésiastique, depuis l’évêque du lieu jusqu’aux plus hauts personnages de la Curie, en passant par ces acteurs clés – et précieux intercesseurs dans la dispensiation des faveurs romaines – que sont les nonces et autres vicaires apostoliques[46]. Candidat en 1782 au poste de coadjuteur du consulat pontifical à Gênes, Giovanni Pisoni est soutenu par deux des plus influents cardinaux génois de la Curie, Pallavicino (par ailleurs secrétaire d’État) et Spinola, ainsi que par le cardinal français Bernis[47]. De telles recommandations ne se limitent d’ailleurs pas à l’obtention d’un poste, mais se trouvent également mobilisées lors des demandes d’avancement. C’est par exemple le cas lorsqu’en 1793, le cardinal Ranuzzi appuie la demande du lieutenant Egidio Colombo, affecté dans la cité istrienne d’Izola, de transformer son vice-consulat en un consulat de plein exercice : ancien nonce à Venise, Ranuzzi peut ainsi témoigner des qualités morales de celui dont la nomination puis l’avancement ont été longtemps bloqués par le consul à Venise, semble-t-il soucieux d’écarter tout concurrent potentiel au sein de sa juridiction[48]. Mais si elles redoublent les relations de clientèle de complexes mécanismes d’obligation et de protection, ces recommandations ne permettent pas toujours d’obtenir la faveur convoitée ; s’ensuivent alors les nécessaires explications dûes aux protecteurs susceptibles de prendre ombrage d’un tel refus. En 1826, suite à la nomination de Lavinio Romagnoli au poste de consul général à Livourne, Galleffi écrit personnellement au majordome de Léon XII, Marazzani Visconti, pour se justifier de ne pas avoir retenu le candidat soutenu par ce dernier, mais également pour prendre date en vue d’une future nomination : « Non resta dopo ciò allo scrivente che di augurarsi un più favorevole incontro, onde addimostrarle in fatto quanta stima egli faccia delle sempre rispettabili di lei premure »[49].

 

Notabilisation et patrimonialisation : esquisse d’une sociologie du corps consulaire pontifical

Si le mode de nomination du corps consulaire ne connaît pas d’évolution majeure sous le pontificat de Léon XII, c’est également le cas de sa sociologie, dont le caractère élitaire s’affirme à la Restauration, avant de se maintenir à un ratio globalement stable au cours des décennies suivantes. En témoignent là encore les listes publiées par les Notizie pour l’anno : en 1806, on relevait un marquis, un comte et un cavaliere parmi les 33 agents pontificaux en poste à l’étranger, tandis qu’ils sont respectivement trois, cinq et quatre en 1822 (sur 41 agents en poste), puis deux, sept et sept en 1829 (sur 65). Signe de la transformation sociale qui s’est accomplie sur le temps long, deux profils ont quasiment disparu des rangs consulaires au moment où Léon XII s’assoit sur le trône de Saint-Pierre. Le premier, hérité de la tradition des consuls electi, est celui des capitaines et autres « patrons » de navires pontificaux : alors qu’ils étaient encore huit en 1806, ceux-ci sont absents après la Restauration[50]. Le second est celui des ecclésiastiques, bien représentés parmi les consuls de la première moitié du XVIIIe siècle[51], mais dont la qualité est graduellement perçue comme incompatible avec ce que l’on décrit désormais comme « un’impiego totalmente secolare »[52]. C’est notamment en ces termes que le marquis Carlo de Ribas Pieri, en poste dans les îles Ioniennes, présente en 1820 sa démission pour embrasser la carrière ecclésiastique : « conosce essere la prelatura incompatibile con l’ufficio di console, perciò intende di rinunziare il detto ufficio tostochè sarà reso degno della nuova bramata onorificenza »[53].

Il serait bien entendu illusoire de prétendre déceler dans chaque cas individuel l’indice d’un « programme » impulsé « d’en haut » par le gouvernement de l’Église. Le processus de notabilisation du corps consulaire pontifical, engagé dès le XVIIIe siècle mais qui s’intensifie au cours des deux premières décennies du siècle suivant, apparaît en revanche largement assumé par le Saint-Siège : des échanges internes à la haute administration préconisent ainsi en 1818 « che sia necessario prescegliere a questo incarico le persone più distinte, e più agiate del paese »[54]. Il apparaît néanmoins plus difficile d’appliquer l’autre grande proposition, qui vise alors à écarter du recrutement les commerçants installés localement, « ad oggetto che non solo non abusino della loro carica, ma anche per evitare di essere chiamati nei tribunali ed anche arrestati, locché avvilisce la carica, fa perdere ad essi ogni considerazione e non fanno onore al sovrano, di cui sono ministri »[55]. De fait, nombreux sont les consuls et vice-consuls pontificaux qui continuent une fois nommés d’exercer une activité marchande, la plupart espérant profiter de leur fonction pour accroître les bénéfices de leur activité négociante. De manière plus générale, on observe ainsi chez les consuls pontificaux ce que l’on avait déjà remarqué chez leurs confrères agents d’autres puissances à l’époque moderne : en l’occurrence, une tendance à mettre la charge consulaire au service de leurs propres ambitions sociales et économiques[56]. Si une fois encore notre documentation regorge de déclamations sur l’honneur de servir le pape, cette dimension d’intéressement explique l’attractivité de ces charges[57]. Ainsi l’annonce du décès du titulaire de certains « gros » consulats manque-t-elle rarement de susciter un afflux de candidatures : en 1788, par exemple, ils sont au moins cinq à briguer la succession de Stefano Gorziglia au poste de Cagliari[58]. Près de quarante ans plus tard, six personnes se disputent la place du cavaliere conte maggiore Gaetano Aurelio Marchio, consul à Livourne : les candidatures avaient déjà commencé à affluer trois semaines avant la mort de ce dernier, alors que se répandaient des nouvelles alarmantes sur son état de santé[59]… En réponse, on voit se développer une forme originale d’institutionnalisation de cette transmission à travers la figure du coadjuteur « con futura successione », nommé pour suppléer certains consuls âgés ou à la tête de consulats importants : c’est le cas du seul poste triestin dès 1792, puis de ceux de Barcelone, Cagliari et Gênes durant tout le pontificat de Léon XII[60]. Une stratégie classique de patrimonialisation des charges consiste alors pour un consul à demander que son fils soit nommé coadjuteur : c’est ce que requiert en 1816 le comte Michele Ciarella, consul général à Cagliari, en faveur de son fils, l’avvocato Efisio Ciarella[61]. En réponse, le camerlingue Pacca cherche à contrer ces formes déguisées de transmission héréditaire de postes qu’il conçoit comme relevant du domaine exclusif de l’administration pontificale : « Non crede poi sempre necessario lo scrivente cardinale di prendere il parere delli consoli per far loro un coadjutore, poiché non si toglie ai medesimi la più piccola ingerenza, né il minimo lucro, finchè vivono »[62].

 

Un tournant réformateur : 1825

Que ce soit en termes de sociologie du recrutement consulaire ou de modes d’accession aux charges, le pontificat de Léon XII apparaît donc marqué par la poursuite et l’approfondissement de tendances de fond qui prévalaient depuis la Restauration au moins, et pour certaines d’entre elles depuis la fin du XVIIIe siècle. Il correspond en revanche plus clairement à une période de (re-)définition et de codification du rôle du personnel consulaire pontifical, notamment à travers l’outil réglementaire. Impulsée par les « vétérans » Pacca et Consalvi, cette œuvre réformatrice culmine avec les Istruzioni circolari promulguées par le successeur de Pacca, le camerlingue Galleffi, le 28 septembre 1825[63]. Sur trois pages et en 19 articles[64] se trouvent synthétisées les principales missions des consuls généraux, consuls et autres vice-consuls, depuis la protection due aux ressortissants « nationaux » soumis à leur juridiction (§ 2) au contrôle des passeports maritimes (§ 8-11), en passant par l’assistance aux naufragés (§ 3-4) ou encore la collecte d’informations économiques susceptibles d’intéresser le Saint-Siège (§ 5). En proposant une description – pour la première fois de manière aussi détaillée – des compétences du personnel consulaire en poste à l’étranger, ces instructions engagent une « globale riforma del consolato »[65] qui aura des conséquences durables sur la physionomie du réseau tout entier, ainsi que sur son administration par le Saint-Siège. Notons en revanche que cette réforme ne s’inscrit pas dans un contexte de clarification des prérogatives respectives du camerlingue, du secrétaire d’État et du trésorier général : encore en mars 1825, le camerlingue Galleffi sollicite ainsi l’arbitrage de Léon XII pour trancher le différend qui l’oppose au trésorier Cristaldi à propos du contrôle que chacun d’eux entend exercer sur la politique économique du Saint-Siège[66]. Quant aux consulats, ils ne constituent qu’un des nombreux domaines où cette gestion plurielle comporte des effets délétères, notamment en termes de circulation de l’information. En témoigne cette demande adressée par Pacca à Consalvi en 1817, et relayée telle quelle par ce dernier au trésorier Guerrieri Gonzaga[67] : il ne s’agit alors de rien moins que de connaître l’identité des éventuels consuls pontificaux touchant des appointements, et le cas échéant le montant de ces derniers… c’est-à-dire d’une information dont on pourrait a minima s’attendre que tout le monde dispose au sein de l’administration en charge des consulats !

De fait, cette question de la rémunération des consuls est tout sauf anecdotique : elle constitue même une caractéristique essentielle du service consulaire pontifical, notamment dans une perspective comparatiste avec ses homologues européens. Historiquement, seuls trois postes sont assortis d’un traitement fixe : il s’agit de ceux de Milan (dont on a dit qu’il s’apparentait en réalité plus à une ambassade qu’à un consulat), de Venise (37,50 scudi par mois) et de Trieste (10 scudi par mois)[68]. Le fait que tous les autres agents soient tenus de se passer d’appointements n’est en soi pas étranger au phénomène déjà évoqué de notabilisation de la sociologie consulaire : bien qu’avec de nettes différences d’un poste à l’autre, la charge est en effet souvent coûteuse pour son titulaire, et nombreux sont ceux qui déplorent de devoir en financer l’exercice sur leurs propres deniers. Du côté de l’administration pontificale, le choix de ne pas rémunérer les agents est justifié par le constat de la faiblesse générale des échanges commerciaux entre les États pontificaux et ses partenaires. L’argument est spécieux, dans la mesure où l’on pourrait lui opposer la nécessité, pour augmenter ces volumes, de disposer dans plusieurs places marchandes d’agents spécialement rétribués en vue de trouver des débouchés pour les produits pontificaux. Il n’en reste pas moins que l’idée selon laquelle l’outil consulaire doit a minima être en mesure de financer son propre entretien ne fait guère débat : là où une partie de leurs homologues étrangers touchent des appointements fixes, la quasi-totalité des consuls pontificaux ne perçoivent donc d’autres subsides que les droits perçus sur les transactions commerciales et les procédures administratives qu’engagent les ressortissants « nationaux » sur le territoire de leur juridiction. Quant aux nombreuses dépenses annexes engagées par les consuls dans l’exercice de leurs fonctions (correspondance, expédition des gazettes, assistance aux « nationaux » nécessiteux, etc.), elles leur sont remboursées au coup par coup, et parfois au prix d’âpres discussions à propos du périmétrage de ce qu’il incombe à l’administration de prendre en charge[69]. En retour, cette obsession de la dépense a pour corollaire l’idée qu’il pourrait convenir de limiter le nombre de postes afin de contenir des frais perçus comme superflus[70].

À défaut de remettre en cause cette « orthodoxie budgétaire », le pontificat de Léon XII correspond là encore à un moment de forte codification de la pratique : les instructions de 1825 fixent ainsi une grille tarifaire unique pour les droits de consulat et de chancellerie. C’est à notre connaissance la première tentative d’articuler un cadre règlementaire homogène à l’échelle du réseau consulaire pontifical tout entier. Encore ne s’agit-il là que de l’un des aspects d’un programme plus vaste de relance de l’économie commerciale pontificale. Outre la tentative de relance de la Marine pontificale (parfois abusivement donnée pour morte après l’expédition d’Égypte)[71] et des foires marchandes dans les États du Pape, cet effort entend également redynamiser le rôle des institutions et des agents chargés d’animer la politique commerciale du Saint-Siège : c’est le cas des chambres de commerce d’Ancône, de Civitavecchia et de Rome, mais également de ces agents consulaires que les Istruzioni circolari de 1825 définissent comme « i rappresentanti e procuratori del commercio marittimo »[72]. S’ils restent chargés d’assister les sujets pontificaux installés ou de passage sur le territoire de leur juridiction, les consuls voient désormais plusieurs de leurs missions précisées au service du commerce et de la marine du Saint-Siège, qu’il s’agisse de la transmission de l’information marchande et sanitaire, de la délivrance des passeports ou du contrôle des autorisations de chargement et des rôles d’équipages. C’est d’ailleurs « nella determinazione di reprimere gli arbitri usati da alcuni naviganti » que les consuls doivent également veiller à la bonne application d’une nouvelle mesure adoptée quelques jours avant les instructions de 1825 : l’adoption d’un nouveau pavillon pontifical, que doivent désormais arborer tous les navires commandés par des sujets du pape[73].

En matière consulaire, l’important travail réformateur engagé sous le pontificat de Léon XII ne se limite pas aux enjeux règlementaires et économiques : il embrasse également une dimension plus nettement politique, en particulier avec la défense désormais faite aux consuls de cumuler la représentation du Saint-Siège avec celle d’un autre pays[74]. On ne s’étonnera guère que, depuis sa formulation, une telle mesure se soit trouvée maintes fois contournée[75] : outre qu’elle est susceptible de procurer aux consuls un accroissement de leurs revenus, la pratique même du cumul a longtemps pu être perçue comme un gage de compétence des personnels consulaires, voire comme un moyen de faire bénéficier les sujets pontificaux de la protection d’une puissance mieux implantée localement. Il n’en reste pas moins que cette décision marque une inflexion significative au regard de la manière dont étaient articulées jusqu’alors tant les stratégies personnelles des consuls eux-mêmes, que les notions de souveraineté du prince et de service exclusif. Le cas de Giuseppe Antonio Bianchi, qui cumule à Toulon le vice-consulat pontifical et la représentation de « varie potenze cattoliche europee », débouche ainsi sur une vive controverse entre Della Somaglia et Galleffi, laquelle témoigne en retour des différentes perceptions du phénomène comme enjeu politique plutôt que social[76]. Opposé au cumul, le camerlingue dit craindre que « i consoli divisi d’interesse per le varie rappresentanze da loro sostenute si diano a proteggere e difendere piuttosto i diritti delle altre nazioni che quelli dei sudditi pontifici »[77]. Quant au secrétaire d’État, il s’y déclare favorable, au nom du fait que « accumunandosi il servizio pontificio con quello di altri governi in una stessa persona, il nostro pubblico interesse viene a guadagnare molto più di quello che alcun particolare suddito pontificio potrebbe perdervi nel conflitto de’ suoi interessi con quelli di alcun’ estero che dovesse essere protetto al pari di lui dal consolato divenuto comune »[78]. À tout prendre, cette controverse ne constitue que l’un des nombreux avatars de la concurrence que se livrent depuis près d’un siècle les titulaires des deux fonctions, laquelle redouble de vigueur à la faveur de l’imminente réforme du service consulaire pontifical[79]. Derrière les positions de chacun se lisent alors d’autres enjeux, à commencer par l’affirmation de la souveraineté du pontife et le refus de voir son pouvoir passer (même symboliquement) sous la tutelle d’un autre prince. Le zelante Galleffi l’a bien compris : sa défense d’un service exclusif du Saint-Siège fait en effet plus largement écho au programme de restauration d’une autorité pontificale dont le caractère unique empêche qu’on la mette sur le même plan que celle des autres princes temporels.

 

*****

 

On a souvent écrit du pontificat de Léon XII qu’il correspondait à la mise en œuvre d’un programme réactionnaire de réaffirmation du rôle spirituel et temporel de l’Église. L’étude du réseau consulaire pontifical permet de décaler quelque peu cette focale, en s’intéressant à un enjeu a priori moins polarisé idéologiquement. On note ainsi que les années 1820 sont marquées par l’approfondissement de certaines tendances qui se font jour à partir de la Restauration, et pour certaines même dès le XVIIIe siècle. Mais les affaires consulaires constituent également un enjeu – même mineur – de la reformulation de la place du Saint-Siège dans l’Europe de la Sainte-Alliance : plus nombreux, plus présents, socialement mieux insérés et avec des compétences redéfinies, les consuls pontificaux deviennent sous Léon XII non seulement des acteurs importants de l’économie commerciale pontificale, mais également des instruments privilégiés de la projection de la souveraineté du pape hors de ses États.

 

[1] Pierre Blet, Histoire de la représentation diplomatique du Saint-Siège, des origines à l’aube du XIXe siècle, Città del Vaticano, Archivio varicano, 1982 ; Paolo Prodi, Il sovrano pontefice, Bologne, Il Mulino, 1982, pp. 295-344. Sur la singularité de la diplomatie pontificale et le périmètre de ses missions actuelles, voir Jean-Louis Tauran, « Pourquoi une diplomatie pontificale ? », Revue d’éthique et de théologie morale, No. 239, 2006, pp. 9-18.

[2] À notre connaissance, la première étude spécifiquement consacrée aux consuls pontificaux est l’entrée que Gaetano Moroni leur consacre dans son Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica, vol. XVII, Venise, tipografia Emiliana, 1842, pp. 42-51. Les principales références sur ce thème concernent le XIXe siècle : Raffaele Santoro, « I consoli pontifici nel XIX secolo », in Laura Pilotti (dir.), La formazione della diplomazia italiana, 1861-1915, Milan, Franco Angeli, 1989, pp. 242-249 ; Gabriele Cavezzi, « Consoli pontifici nel Mediterraneo dopo la Restaurazione », Cimbas, Vol. 15, 1998, pp. 15-35, et Vol. 16, 1999, pp. 1-17 ; Fabrice Jesné, « La transition unitaire des services consulaires italiens (1858-1870) », in Marcella Aglietti, Mathieu Grenet et Fabrice Jesné (dir.), Consoli e consolati italiani dagli Stati preunitari al fascismo (1802-1945), Rome, École française de Rome, 2020, pp. 29-67. Quant aux rares travaux qui envisagent une périodisation antérieure, ils se concentrent pour l’essentiel sur la seconde moitié voire le dernier tiers du XVIIIe siècle : Monserrat Moli Frigola, « Cónsules pontificios en España (1704-1870) », in Erwin Gatz (dir.), Römische Kurie. Kirchliche Finanzen. Vatikanisches Archiv. Studien zu Ehren von Hermann Hoberg, Roma Università Gregoriana Editrice, 1979, t. II, pp. 519-544 ; Cesare Maria Moschetti, « L’istituzione del console mercantile pontificio a Venezia nel XVIII secolo. Diritto e potere nella storia delle relazioni commerciali marittime nello Stato della Chiesa, secondo i dispacci dei nunzi apostolici a Venezia », in Coll., Studi in onore di Gino Barbieri, Pise, IMEP, 1983, t. II, pp. 1105-1148 ; Alberto Silvestro, « Notarella sui rapporti tra paroni grottesi e consoli pontifici alla fine del ‘700 », Cimbas, Vol. 13, 1997, pp. 1-9 ; Christopher Denis-Delacour, « L’intermédiation consulaire et ses concurrences locales sur les rives pontificales. Le cas du marché des transporteurs nordiques au XVIIIe siècle », Cahiers de la Méditerranée, 88 (2014), pp. 301-328.

[3] À la notable exception du consul général en poste à Milan, à propos duquel le secrétaire d’État Consalvi observe qu’« in fondo è un agente sotto il nome di console » ; ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, 1814-1823, titolo V, Affari esteri, b. 47, n° 1, n.n., Consalvi à Pacca, 15 septembre 1817.

[4] Philippe Boutry, « Léon XII », in Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, pp. 1031-1035 (ici p. 1035).

[5] Monserrat Moli Frigola évoque par exemple la date de 1704 pour celui d’Alicante ; « Cónsules pontificios en España… », art. cit., p. 525.

[6] À la faveur d’une enquête menée en 1731, le consul de la « nation romaine » à Naples, le padron Cristoforo Meo, est en mesure de produire une patente du camerlingue Giambattista Spinola datée du 17 mai 1714 ; AAV, Segreteria di Stato, Napoli, reg. 180, Lettere di Mgr Nunzio in Napoli, 1731 gennaio a tutto aprile, f° 183r, Le nonce Simonetti au secrétaire d’État Banchieri, 24 mars 1731.

[7] Il s’agit de l’abbé Horatio Francesco Latino, dont les patentes sont renouvellées en 1719 : ASR, Camerale I, Diversorum del Camerlengo, b. 621, Liber Diversorum anni 1719, pp. 79r-80r, 15 avril 1719.

[8] Ibid., pp. 14rv (Crotone), 78rv (Molfetta), 86rv (Salerne), 91v-92v (Fiumefreddo Bruzio), et 116v-117r (Giovinazzo) ; ASR, Camerale I, Diversorum del Camerlengo, b. 617, Liber Diversorum anni 1717-1719, ff° 144r-145r (Palinuro).

[9] Sur les navigations pontificales au XVIIIe siècle, voir désormais Christopher Denis-Delacour, Devenir marin de Rome. Cosmopolitisle de l’identité maritime du XVIIIe siècle, Palerme, New Digital Press, 2021 ; sur le rôle des consuls, voir plus spécifiquement idem, « L’intermédiation consulaire et ses concurrences locales… », art. cit.

[10] Ermanno Ponti, « Cracas », in Enciclopedia Italiana, Treccani, 1931 [URL : https://www.treccani.it/enciclopedia/cracas_%28Enciclopedia-Italiana%29/]

[11] AAV, Segreteria di Stato, Rubriche, anno 1820, rub. 300, Consoli esteri. Disposizioni generali (1820), Benvenuti à Consalvi, 16 juillet 1820. Dans ce courrier, Benvenuti se réfère aux Notizie par l’expression, courante à l’époque, « d’Almanacco ».

[12] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte II, 1824-1854, titolo V, Affari esteri, b. 316, n° 203.

[13] ASR, Camerale II, Camerlengato e Tesorierato, b. 4, n° 11, « Nota dei consoli pontifici nei porti esteri », s.d. (1763).

[14] Notizie per l’anno bisestile MDCCXCII, Rome, Cracas, 1792 ; Notizie per l’anno MDCCXCVIII, Rome, Cracas, 1798. Ces listes reprennent l’essentiel des informations contenues dans un « Elengo degl’Offici dall’Eccellentissimo, e Reverendissimo Sig. Cardinal Camerlengo conferiti » datable vers 1786 (ASR, Camerale II, Camerlengato e Tesorierato, b. 6, n° 20). La création du poste de Valence remonterait à 1772 au moins, ce qui témoigne là encore de la nécessité de croiser cette documentation avec celle produite par les consuls eux-mêmes dans le cadre de leurs fonctions ; Moli Frigola, « Cónsules pontificios en España… », art. cit., p. 533. Quant au poste de Reus, il « réapparaît » sur la liste des Notizie datée de 1806 et se trouve mentionné durant toutes les années 1820.

[15] Notizie per l’anno 1822, Rome, Stamperia Cracas, 1822.

[16] Nous n’avons pas su localiser le 19e toponyme, en l’occurrence celui de « Loro », où selon les Notizie per l’anno, un certain Pacifico Paoletti opère entre 1822 et 1826 comme vice-consul pontifical.

[17] Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne. L’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006 ; Marcella Aglietti, Manuel Herrero Sánchez et Francisco Zamora Rodríguez (dir.), Los cónsules de extranjeros en la Edad Moderna y a principios de la Edad Contemporánea, Madrid, Ediciones Doce Calles, 2013 ; Arnaud Bartolomei et alii (dir.), De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècles), Rome et Madrid, École française de Rome et Casa de Velázquez, 2018.

[18] Rappelons que les chiffres reproduits par les Notizie documentent en réalité la situation de l’année précédente.

[19] Nous donnons ici la date à laquelle le poste apparaît dans les listes publiées par les Notizie per l’anno, et rappelons la nécessaire prudence avec laquelle il convient de traiter cette donnée : outre le décalage entre l’information et sa publication évoqué à la note précédente, il est avéré que certains postes ont pu fonctionner plusieurs années avant que leur existence ne soit rapportée par le journal romain.

[20] Le consul pontifical à Porto se trouve rapidement accusé d’espionnage pour le compte de Michel Ier face à Pierre IV ; Sérgio Ribeiro Pinto, « On the eve of the storm : Portugal and the Holy See (1823-1829) », in Ilaria Fiumi Sermattei, Roberto Regoli et Paolo Daniele Truscello (dir.), Dall’intransigenza alla moderazione. Le relazioni internazionali di Leone XII, Ancône, Consiglio Regionale delle Marche, 2018, pp. 93-104, ici pp. 102-103.

[21] Les vicissitudes de ce poste sont bien connues : le cavaliere Ferdinando Lucchesi Palli défendait déjà les intérêts du royaume de Naples aux États-Unis lors de sa nomination comme consul pontifical à l’été 1826 ; muté au Brésil l’année suivante, il démissionna de son poste dès mai 1827. Son remplaçant, Giovanni Battista Sartori, avait jadis été le premier consul appointé par les États-Unis à Rome (nominalement de 1797 à 1823, en pratique jusqu’en 1801 seulement) ; de 1828 à 1832, il exerça ses nouvelles fonctions depuis sa résidence de Trenton, dans le New Jersey. Voir Leo Francis Stock, « The Papal consuls of Philadelphia », Records of the American Catholic Historical Society, Vol. 55, 1944, p. 178-189 ; Luca Codignola, « Leo XII and North America (1818-1829) », in Ilaria Fiumi Sermattei, Roberto Regoli et Paolo Daniele Truscello (dir.), Dall’intransigenza alla moderazione. Le relazioni internazionali di Leone XII, Ancône, Consiglio Regionale delle Marche, 2018, pp. 195-229 (en particulier pp. 224-225).

[22] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte II, titolo V, b. 316, n° 243, n.n., Sanmichele à Galleffi, 10 juillet 1826.

[23] Ibid., n.n., Galleffi à Sanmichele, 12 septembre 1826 : « Per molti riguardi, che sarebbe inutile di esternare, non è nè plausibile nè ammissibile la dimanda da V.S. fatta (…) di essere cioè nominato a console pontificio presso le potenze barbaresche. Prossiegua quindi a servire con zelo ed impegno la Santa Sede in codesto porto [Lavagna], poichè non saprei ammettere giammai nell’indicato modo la di lei richiesta ».

[24] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte II, titolo V, b. 327, n° 737, n.n., Bernetti à Galleffi, 18 octobre 1832 ; ibid, n.n., Galleffi à Bernetti, 22 octobre 1832.

[25] Quant aux postes de Marseille et de Gênes, ils semblent avoir été rétrogradés au rang de consulats, alors qu’ils apparaissaient comme consulats généraux au cours de la décennie précédente.

[26] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47, n° 12, n.n., De Ribas Pieri au camerlingue (Pacca), 11 mars 1817.

[27] Voir le petit dossier conservé dans ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47, n° 4, « Consolato in Barcellona ».

[28] AAV, Segreteria di Stato, Registri II, reg. 52, Consoli pontifici, 1816, f° 2rv, 16 janvier 1816.

[29] Ces attributions sont listées dans la bulle Romanum decet Pontificem in his partes de Gregoire XV, datée du 14 mai 1621.

[30] Maria Grazia Pastura Ruggiero, La Reverenda Camera Apostolica e i suoi archivi (secoli XV-XVIII), Rome, Archivio di Stato di Roma, 1984, pp. 64-70.

[31] Le pouvoir de nommer des consuls avait déjà été reconnu au camerlingue par un motu proprio du 12 août 1741. Parallèlement à cette compétence « privée », le camerlingue exerce une compétence « cumulative » sur d’autres objets qu’ils co-administre avec les clercs de la chambre apostolique.

[32] Dante Cecchi, L’amministrazione pontificia nella Prima Restaurazione, 1800-1809, Macerata, Tipografia Maceratese, 1975 ; Philippe Boutry, Souverain et pontife. Recherches prosopographiques sur la Curie Romaine à l’âge de la Restauration (1814-1846), Rome, Ecole française de Rome, 2002, p. 126.

[33] On pense par exemple à la Congrégation pour la Révision des comptes, instituée en décembre 1828 et chargée du contrôle des finances du Saint-Siège ; la congrégation est supprimée en 1847, à la faveur de la fondation par Pie IX de la Consulte d’État.

[34] Santoro, « I consoli pontifici… », art. cit., p. 246.

[35] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47, n° 13, n.n., Consalvi à Pacca, 22 mars 1817.

[36] Ibid., n° 16, n.n., Pacca au nonce apostolique en Espagne (Giacomo Giustiniani), 3 juin 1820. Le camerlingue ayant fait valoir qu’il est chargé des nominations consulaires, c’est finalement à « son » candidat que revient le poste de Gibraltar.

[37] Moroni, « Consoli pontificii », art. cit., p. 42.

[38] On renverra sur ce point à l’utile perspective comparative adoptée par Marcella Aglietti, « The consular institution between war and commerce, state and nation : Comparative examples in eighteenth-century Europe », in Antonella Alimento (dir.), War, Trade and Neutrality. Europe and the Mediterranean in the seventeenth and eighteenth centuries, Milan, FrancoAngeli, 2011, pp. 41-54.

[39] Jörg Ulbert, « La fonction consulaire à l’époque moderne : définition, état des connaissances et perspectives de recherche », in Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne. L’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, pp. 9-20.

[40] Arnaud Bartolomei, « Entre l’État, les intérêts marchands et l’intérêt personnel : l’agency des consuls », in Arnaud Bartolomei, Guillaume Calafat, Mathieu Grenet et Jörg Ulbert (dir.), De l’utilité commerciale des consuls. L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XXe siècle), Rome et Madrid, École française de Rome et Casa de Velázquez, 2018, pp. 391-401 (en particulier pp. 391-394).

[41] AAV, Segretaria di Stato, Venezia, reg. 257, Carteggio per fissare un console pontifico in Venezia, 1770-1784, ff° 3r-4r, Bernardino Onorato au secrétaire d’Etat Torregiani, 21 novembre 1767 ; ibid., ff° 49r-51r, le même à l’évêque d’Ancône (Bufalini), 3 décembre 1768.

[42] Aglietti, « The consular institution… », art. cit.

[43] AAV, Segreteria di Stato, Francia, suppl. XII, Lettere originali e confidenziali del nunzio alla Segreteria, 1749-1751, n.n. « Copie d’un article de letre ecrite de Genes en date du 25 may 1749 », jointe à une lettre du nonce Durini au secrétaire d’État Valenti datée du 9 juin 1749.

[44] ASR, Camerale II, Consolati, b. 2, fasc. 16, n.n., Vicinelli à Rezzonico, 17 mars 1781.

[45] Ibid., n.n., Barberini à Rezzonico, 21 août 1779.

[46] Sur le véritable « lavoro a catena » à la base de la mobilisation des protections curiales, voir Irene Fosi, La giustizia del papa. Sudditi e tribunali nello Stato Pontificio in età moderna, Rome-Bari, Laterza, 2007, pp. 199-201. Il arrive également que ces relations soient activées au profit d’une nomination par une puissance étrangère : c’est par exemple le cas du Triestin Giacomo de Concina qui, en 1831, demande au secrétaire d’État d’intercéder en sa faveur auprès du pape, afin que ce dernier ordonne au nonce à Vienne de pousser sa candidature auprès de Metternich pour le consulat autrichien d’Ancône ! ; AAV, Segreteria di Stato, Esteri, b. 664 (rub. 299), Consoli pontifici. Disposizioni generali, 1820-1840, folza 6, Concina à Bernetti, 15 avril 1831.

[47] ASR, Camerale II, Consolati, b. 1, fasc. 10, n.n., Pisoni à Rezzonico, 6 février 1782.

[48] Ibid., fasc. 6, Ranuzzi à Rezzonico, 2 août 1793. Sur l’opposition du consul pontifical à Venise, voir ibid., « Promemoria » d’Agostino del Bene, s.d. (v. 1783).

[49] AAV, Palazzo Apostolico, Titoli, vol. 49, f° 338rv, Galleffi à Marazzani Visconti, 2 octobre 1826.

[50] Les compétences des « gens de mer » restent pourtant utiles dans l’exercice des fonctions consulaires. En 1826, le vice-consul à Lavagna avance ainsi son expérience d’« antico capitano de legni mercantili nella mia gioventù » à l’appui de ses analyses sur le commerce pontifical dans l’espace adriatique ; ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte II, titolo V, b. 316, n° 243, n.n., Sanmichele à Galleffi, 10 juillet 1826.

[51] Voir par exemple les patentes du clerico Didaco Tronca (Crotone), du clerico Joseph Lepori (Molfetta) ou encore de l’abbé Horatio Francesco Latino (Otrante), toutes émises en 1719 ; ASR, Camerale I, Diversorum del Camerlengo, b. 621, Liber Diversorum anni 1719, pp. 14rv, 78rv et 79r-80r.

[52] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47, n° 5, n.n., Pacca au consul général à Bastia (Anton Giacinto Lota), 11 novembre 1819.

[53] AAV, Segreteria di Stato, Rubriche, anno 1820, rub. 292, fasc. 1, f° 65r, De Ribas Pieri au pape Pie VII, s.d. (1820) ; ibid., f° 71rv, Consalvi à De Ribas Pieri, 19 mai 1820.

[54] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47, n° 1, n.n. « Relazione all’Eccellentissimo Signor Cardinal Camerlengo sulla tariffa generale da stabilirsi per i consoli pontifici residenti all’estero », 31 mai 1818.

[55] Ibidem.

[56] On renverra sur ce point au récent dossier thématique des Cahiers de la Méditerranée coordonné par Silvia Marzagalli et Jörg Ülbert et consacré à « De l’intérêt d’être consul en Méditerranée, XVIIe-XXe siècle » (Vol. 98, 2019).

[57] Une autre dimension est le prestige social et symbolique lié à la charge consulaire ; à partir des années 1770, l’octroi du rang de consul ouvre régulièrement droit à un grade d’officier honoraire de la Marine pontificale, et donc au droit de porter l’uniforme. Voir Moroni, « Consoli pontificii », art. cit., p. 43.

[58] ASR, Camerale II, Consolati (1717, 1753 e 1764-1807), b. 1, n° 5

[59] AAV, Nunziatura di Firenze, b. 214, Corrispondenza di consoli pontifici con l’Uditore Pietro Valentini, 1814-1829, dossier « Suppliche dei concorrenti al posto di console pontificio residente in Livorno (1826) », f° 114, Antonio Tarenti à l’Uditore Valentini (faisant fonction de nonce à Florence), 7 juillet 1826.

[60] Notizie per l’anno, Rome, Cracas, 1792 et 1824-1829.

[61] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47, n° 8, n.n., Michele Ciarella à Pacca, 25 mai 1816.

[62] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47, n° 4, n.n., Pacca à Consalvi, 21 septembre 1818. Cette déclaration intervient alors que le consul pontifical à Barcelone, Niccolò Ponte, se plaint qu’on lui a adjoint un coadjuteur en la personne de Melchiorre Planes y Creuhet ; Ponte comptait en effet transmettre sa charge à ses enfants.

[63] AAV, Armadio V, vol. 306, n° 210, Camerlengato di S.R. Chiesa. Istruzioni circolari sui doveri ed incombenze dei consoli, viceconsoli ed agenti consolari pontifici residenti nei porti esteri, 28 septembre 1825 ; une copie de ce document est également conservée à l’ASR, Bandi, b. 188, 1825, parte II, n.n.

[64] Un « Appendice alle istruzioni circolari » est promulgué en 1832, suite aux propositions formulées par le consul général à Gênes (Pisoni) : ses 14 articles s’efforcent de préciser le cadre réglementaire sur des thèmes divers, depuis le décès à l’étranger de sujets pontificaux à l’émission de passeports, en passant par la numérotation de la correspondance consulaire ou l’affichage des armes pontificales sur la façade des consulats. Voir ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte II, titolo V, b. 328, n° 781, n.n., « Camerlengato di S. Romana Chiesa. Appendice alle istruzioni circolari emanate dal Camerlengato li 28 settembre 1825 sui doveri, ed incombenze dei consoli generali, consoli, vice consoli, ed agenti consolari pontificii residenti ne’ porti esteri ».

[65] Nous empruntons cette formule à Raffaele Santoro, « I consoli pontifici… », art. cit., p. 244.

[66] ASR, Camerale II, Camerlengato e Tesorierato, b. 5, n° 5. Galleffi fonde ses prétensions sur l’article 11 de la bulle Post diuturnas (1800), lequel fait du camerlingue « il privativo Ministro della Legislazione Economica » ; à l’inverse, Cristaldi invoque l’article 14 du même texte, selon lequel « tutto ciò che riguarda il sistema delle finanze, l’economia fiscale dipende privatamente dal Tesoriere Generale ».

[67] ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte I, titolo V, b. 47, n° 1, n.n., Brouillon d’une lettre de Pacca à Consalvi, 10 septembre 1817 ; ibid., n.n., Consalvi à Pacca, 15 septembre 1817.

[68] Cela ne dissuade bien évidemment pas les titulaires des autres postes de solliciter – en vain – une égalité de traitement : à peine nommé vice-consul pontifical en Istrie, Egidio Colombo demande ainsi à toucher « un assegnamento », sur le modèle de celui versé au consul à Trieste (ASR, Camerale II, Consolati, b. 1, fasc. 6, n.n., Colombo au camerlingue Rezzonico, 3 avril 1785). Six ans plus tard, le consul général à Gênes sollicite quant à lui non pas « una fissa pensione », mais « un compenso alle sue fatiche, e spese » (ASR, Camerale II, Consolati, b. 1, fasc. 10, supplique de Pisoni jointe à un courrier du trésorier général au camerlingue, 21 mai 1791).

[69] Sur le remboursement des dépenses consulaires, voir Lajos Pásztor, La Segreteria di Stato e il suo archivio, 1814-1833, Stuttgart, Anton Hiersemann, 1984, t. I, p. 51. Face à ce « tour de vis » autant budgétaire que disciplinaire, le vice-consul pontifical à Marseille observe, visiblement agacé : « Risparmio quanto possibile, ma bisogna intanto sempre rappresentare » ; AAV, Segreteria di Stato, Rubriche, anno 1820, rub. 291, Consoli pontifici in Marsiglia e Tolone, 1820, n.n., Perier à Consalvi, 12 août 1820.

[70] Voir par exemple AAV, Segreteria di Stato, Esteri, b. 664 (rub. 299), Consoli pontifici. Disposizioni generali, 1820-1840, filza 3, n.n., Della Somaglia à Galleffi, 5 janvier 1828 : « Il sottoscritto si permette in questa occasione di richiamare l’attenzione di Vostra Eminenza sull’ormai eccessiva gravezza che apporta all’erario il rimborso delle non lievi spese che i molti consoli attuali esigono continuamente, cosi che sembra più convenire alle circostanze delle finanze ponitificie il diminuirne il numero, che l’accrescerlo, quando però non avvenga che chi ne ambisce l’onore sia per rinunziare antecedentemente ad ogni pretesa di rimborso, ciò che è poco credibile ».

[71] Deux mois et demi après les Istruzioni circolari de 1825, Galleffi instaure ainsi une aide financière à la construction maritime pour le compte des sujets pontificaux ; ASR, Bandi, b. 188, 1825, parte II, n.n., Notificazione du camerlingue Calleffi, 10 décembre 1825.

[72] AAV, Armadio V, vol. 306, n° 210, Camerlengato di S.R. Chiesa. Istruzioni circolari sui doveri ed incombenze dei consoli, viceconsoli ed agenti consolari pontifici residenti nei porti esteri, 28 septembre 1825. La formule est également reprise par Pásztor, La Segreteria di Stato e il suo archivio…, op. cit., t. I, p. 16, et par Santoro, « I consoli pontifici… », art. cit., pp. 244-245.

[73] ASR, Bandi, b. 188, 1825, parte II, n.n., Notificazione du camerlingue Calleffi, 17 septembre 1825. Sur les résistances que rencontre localement cette mesure, voir Alberto Silvestro, « ‘Abuso di Paroni nel non inalberare la nuova uniforme Bandiera Pontificia’ », Cimbas, Vol. 16, 1999, pp. 49-52.

[74] Cette interdiction est explicitée dans le 7e article des Istruzioni circolari de 1825 : « Nessun console, vice-console o agente consolare pontificio potrà inoltre rappresentare altra potenza estera qualunque. »

[75] Dès 1826, le consul général à Corfou, Degli Oddi, demande ainsi à pouvoir conserver en parallèle sa place de représentant danois ; ASR, Camerlengato, 1816-1854, Parte II, titolo V, b. 316, n° 222.

[76] AAV, Segreteria di Stato, Esteri, b. 646 (rub. 291), Consoli pontifici in Marsiglia e Tolone, 1814-1833, filza 9, n.n., Della Somaglia à Galleffi, 18 juin 1825.

[77] Galleffi à Della Somaglia, 13 août 1825, cité par Pásztor, La Segreteria di Stato e il suo archivio…, op. cit., t. I, p. 48.

[78] AAV, Segreteria di Stato, Esteri, b. 646 (rub. 291), Consoli pontifici in Marsiglia e Tolone, 1814-1833, filza 9, n.n., Della Somaglia à Galleffi, 13 juillet 1825.

[79] Della Somaglia à Galeffi, 17 septembre 1825 : « Ognun vede la singolarità della duplice dipendenza che hanno queste istituzioni in parte del Camerlengato, in parte dalla Segreteria di Stato ed io le confesso che trovo molto ragionevole ravvisare in esse altretante diramazioni dell’autorità, di cui il cardinale camerlengo è rivestito, come promotore dell’industria mercantile in questo Stato. Questa mia confessione ingenua ne merita però una non meno sincera dalla di lei buona fede, colla quale venga a riconoscere che altrettanto disdice il vedere rintolta alla Segreteria di Stato, nella quale si riunisce la gestione degli affari esteri, la nomina e la sopraintendenza dei consoli ed altri agenti di questo governo che riseggono in contrade straniere. Ammetto che la cura a costoro affidata del nostro commercio esige ch’essi si mantengano in diretta corrispondenza col Camerlengato, ammetto che sarà di pubblica utilità che la destinazione di tali persone non sia fatta senza una vicendevole intelligenza di ambidue i ministeri, ma non posso con tutto ciò dissimulare a me stesso che il loro immediato superiore e quello più chiaramente indicato dalla natura del loro ufficio sia il Segretario di Stato… ». Cité par Pásztor, La Segreteria di Stato e il suo archivio…, op. cit., t. I, pp. 48-49.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
grenet (21 novembre 2023). Servir le pape, protéger ses sujets : les consuls pontificaux au temps de Léon XII. Consoli. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n2rd


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search