Le développement post-unitaire du réseau consulaire italien en Algérie (par Hugo Vermeren)

Au lendemain de l’unité, l’Italie possède un réseau consulaire extrêmement vaste pour une puissance non-coloniale, hérité en partie du rayonnement séculaire des anciens royaumes. En 1866, il regroupe 23 consulats, 5 vice-consulats, et 146 agences consulaires, implantés sur chacun des cinq continents[1]. Dans les vingt années qui suivent le réseau se développe considérablement puisqu’en 1886, on recense 162 consulats, 24 vice-consulats et 455 agences consulaires[2]. L’évolution du réseau consulaire algérien suit cette dynamique générale. Cependant, celle-ci répond également à des logiques locales régies par le contexte politique, économique et démographique spécifique à l’Algérie dans la seconde moitié du XIXe siècle.

La formation d’un réseau consulaire, sa force et son étendue, se lisent généralement par le biais des intérêts régionaux que la puissance responsable souhaite défendre, mais également par le biais de la population qu’elle souhaite administrer. Cartographier un réseau consulaire au XIXe siècle n’est pas chose aisée. Les sources sur lesquelles l’historien doit s’appuyer sont diverses et complémentaires. Il n’en existe pas d’exhaustives permettant une telle reconstitution. Les archives des consulats et les dossiers de carrières regroupées au ministère italien des Affaires étrangères à Rome, les publications des rapports consulaires par ce même ministère à partir de 1862, les almanachs et annuaires commerciaux de l’Algérie, ou encore la promulgation des exequatur dans le Bulletin Officiel du Gouvernement Général forment une vaste documentation à partir de laquelle, en croisant les informations, le chercheur parvient doucement à recréer le réseau[3]. Le travail est cependant plus aisé pour la période post-unitaire puisque l’action diplomatique italienne, désormais centralisée, tend à être menée par des consuls de carrière dont on suit plus facilement la trace.

Afin d’élargir son réseau consulaire en Algérie, le ministère des Affaires étrangères s’est appuyé, dans un premier temps, sur les postes créés précédemment par les différents royaumes. En Algérie, le réseau consulaire italien pré-unitaire était formé de plusieurs consulats, vice-consulats et agences consulaires toscans, sardes et napolitains[4]. Le royaume du Piémont-Sardaigne, pilier de l’unité italienne, puissant et structuré, avait implanté, bien avant le début de la période coloniale, un consulat général à Alger ainsi qu’une agence consulaire à Oran. L’intensité des relations économiques et diplomatiques entre la Sardaigne et les beylicats du Maghreb oriental, en particulier celui de Tunis, favorisèrent l’implantation de représentants consulaires dans les principaux ports du littoral[5]. A Bône est installé, dès les années 1820, un consulat général de Toscane et, dès les années 1830, un vice-consulat de Naples. Les représentations consulaires des royaumes pré-unitaires avaient pour fonction de protéger les intérêts commerciaux et de contrôler le bon déroulement des campagnes de pêche, en particulier la lucrative récolte du corail[6].

Comme il est de coutume avant l’unité, les représentants consulaires possèdent alors plusieurs titulatures, c’est-à-dire qu’ils sont simultanément les correspondants de plusieurs Etats. In extenso, les diplomates de cette époque ne sont pas des consuls de métiers et exercent généralement d’autres activités comme le commerce bien que certains Etats l’interdisent. Comme en Tunisie ou en Egypte, ils doivent « l’essentiel de leur pouvoir aux relations de confiance » qu’ils entretiennent avec les autorités locales[7]. En outre, ils ne sont pas nécessairement italiens ou d’origine italienne comme le vice-consul de Naples à Bône dans les années 1840 qui est un négociant parisien, Laurent-Justinien Chirac[8]. Ce dernier devient ensuite adjoint au maire de la ville. Son fils, né à Paris, est lui aussi agent-consulaire d’Italie à Philippeville de 1864 à 1879. L’ancrage local semble alors déterminant pour postuler à la fonction de représentant consulaire.

Les représentants consulaires de la période pré-unitaire sont le plus souvent installés définitivement dans le pays, quand ils n’y sont pas nés, comme en témoignent leurs actes de décès qui les indiquent consuls ou vice-consuls en retraite. C’est le cas du premier consul général d’Italie à Alger, Alessandro Vicario di sant’Agabio, décédé à Alger le 10 février 1887 et alors déclaré par l’officier de l’état civil comme « consul en retraite ». Originaire de Coco, petit village piémontais de la province d’Asti, il est nommé consul de Sardaigne à Alger en 1850. Il est prolongé dans ses fonctions après 1860 jusqu’en 1879. Sant’Agabio est un personnage pleinement intégré à la société locale algéroise et distingué par la légion d’honneur[9].

Pour le cas algérien, la sédentarité des consuls improvisés de la période pré-unitaire contraste avec la forte mobilité qui caractérise les consuls de carrière de la période post-unitaire, surtout à partir des années 1880. Il arrive d’ailleurs bien souvent que la titulature soit héréditaire[10]. Les consuls se transmettent ainsi le titre honorifique de père en fils à tel point que l’on peut sans risque avancer que se sont constituées de véritables familles consulaires comme l’illustre bien le cas des Bensamoni à Bône.

vermeren_réseau_consulaire_italien_algérie Paolo Giovanni Bensamoni est né à Alger en 1801 d’une riche famille de négociants et de rabbins juifs livournais, les Bensamon[11]. Son père, Jacques Bensamon, consul d’Angleterre à Alger, y décède avant 1830. A Bône, Paolo Giovanni Bensamoni se marie à la fille du Varois Jean-Dauphin Raimbert, ancien agent du commissariat général de l’Empire français à Tabarka et ancien directeur de la pêche du corail à La Calle[12]. Le 5 mars 1827, Paolo Bensamoni est nommé vice-consul de Toscane à Bône avant d’être promu consul en 1831. Il cumule alors les fonctions d’agent consulaire d’Autriche (1835-1848) et de vice-consul des Deux-Siciles (1845-1848). En 1861, comme Sant’Agabio à Alger, il est prolongé dans ses fonctions par le tout jeune ministère italien des Affaires étrangères jusqu’à sa mort en 1864. Très présent dans la vie quotidienne bônoise, proche de la municipalité, il organise avec son concours une souscription pour l’érection d’un monument commémoratif à Turin suite au décès du président du conseil italien Camillo Cavour, le 6 juin 1861[13]. Progressivement, Bensamoni intègre une partie de sa famille au personnel consulaire : son frère Léon au poste de vice-consul et l’un de ses fils, Giuseppe, à celui de chancelier. Ce dernier, marié à la fille d’un commissionnaire marseillais, Marie-Philomène Calvo, occupera le poste de vice-consul d’Italie à Bône de 1873 à 1874 après un intermède sud-américain[14]. Il décède à Caracas le 6 février 1889.

L’Etat italien, tout en réformant son système consulaire, s’est d’abord appuyé sur les postes et les titulaires des anciens royaumes, à condition, bien sûr, que ces derniers reconnaissent la souveraineté du nouveau roi d’Italie Victor-Emmanuel II comme prescrit dans la première circulaire adressée le 16 septembre 1861 aux consuls généraux et consuls à l’étranger[15].

D’un point de vue de la politique extérieure, il s’opère donc une certaine continuité pré- et post-unitaire. Jusqu’en 1867, le ministère des Affaires étrangères conserve la structure héritée du royaume de Sardaigne[16]. Néanmoins, l’unité marque le début d’une étendue considérable du réseau consulaire. Dès 1861, le réseau consulaire s’élargit avec la création d’une agence à Mostaganem, dans le département d’Oran, où se concentre une importante population de pêcheurs italiens. La véritable réforme intervient en 1864 lorsque le réseau prolifère avec la création de deux vice-consulats à Oran et La Calle (postes abandonnés temporairement au lendemain du début du processus d’unification), la création de deux agences consulaires à Ténès et à Philippeville, ainsi que la rétrogradation du consulat de Bône en vice-consulat. L’élargissement et la restructuration pyramidale du réseau consulaire algérien, désormais dépendant de la puissante ambassade italienne à Paris, démontrent la volonté de l’Etat italien de s’ancrer solidement et durablement sur le territoire. Ce ré-échelonnage des postes consulaires est la conséquence du décret royal du 18 septembre 1863 qui confirme le décret antérieur du 15 août 1859 sur les salaires et les affectations consulaires, mesures qui n’avaient jusqu’alors pas été mises en application.

vermeren_réseau_consulaire_post-unitaire_algérieLa rétrogradation de Bône semble répondre à un souci de hiérarchisation calquée sur l’organisation administrative de la colonie, plus que d’une volonté de réduire le budget attribuée à l’antenne bônoise. En effet, le vice-consul de Bône reste un consul de première catégorie à salaire égal donc de celui d’Alger, mais il bénéficie simplement d’une affectation moindre par rapport à celui-ci. La volonté de maintenir deux consuls de première catégorie n’est pas dénuée de sens. Comme le souligne l’historien allemand Jörg Ulbert, le fait de nommer des consuls, plutôt que, par exemple, des agents consulaires, démontre l’importance qu’accordait l’Etat au territoire administré notamment parce qu’il convenait de leur verser un salaire plus conséquent[17]. Au contraire, les simples agents consulaires n’étaient pas des consuls de métier, en ce sens qu’ils n’étaient pas nécessairement citoyens italiens, ni n’avaient obtenu le concours d’entrée au ministère des Affaires étrangères. En outre, tandis que les consuls bénéficiaient d’un salaire progressif, d’indemnités diverses, d’une retraite, les agents consulaires ne se rémunéraient que par la collecte des taxes consulaires. Autrement dit, plus la présence italienne était faible, plus l’agent consulaire avait une rémunération réduite, d’où la tolérance accordée à l’exercice d’activités parallèles comme le commerce. S’il est certain que le réseau consulaire prend de l’importance en Afrique du nord, les affectations accordées aux fonctionnaires en poste en Algérie restent inférieures à ceux tunisiens ou encore égyptiens, ce qui montre la prévalence de ces deux pays dans les stratégies politico-financières de l’Etat italien[18].

vermeren_tableau_1

Résidences nord-africaines des consuls italiens de première catégorie et parts de l’affectation en lire

(Bollettino Consolare 1863)

 

Les salaires ne sont pas sans conséquence sur la production et l’action des consuls aussi bien quantitativement que qualitativement. S’ils constituent des indices sur l’importance accordée par l’Etat aux différentes régions dans lesquelles il est installé, ils ne peuvent en être l’unique grille de lecture. Etant donné le peu d’études sur les réseaux consulaires en Afrique du Nord au XIXe siècle, il est difficile de procéder à des comparaisons, notamment avec les pays voisins de l’Algérie. Nous savons qu’aucun poste consulaire algérien n’est touché par les suppressions opérées en 1887 et 1888 comme c’est le cas à Tanger, Bengazi ou encore Suez[19]. Néanmoins, il est certain que le tissu consulaire italien en Tunisie et en Egypte, s’il est moins dense, est également important à la fin des années 1880 tandis que l’Italie affiche un peu plus ses ambitions coloniales en Afrique en s’établissant en Somalie et en Erythrée en 1889.

L’étendue du réseau consulaire italien, qui compte presque le même nombre de postes que celui espagnol à la veille de la Première guerre mondiale alors que la population espagnole est trois fois et demie plus nombreuse, montre l’intérêt porté par le gouvernement italien à l’Algérie[20]. La période qui court de 1861 à la fin des années 1870, souvent considérée comme « la phase d’un désintérêt absolu » des gouvernements pour l’expansion coloniale italienne[21], correspond bien malgré tout à la projection d’une nation au-delà de ses frontières par l’intermédiaire des « Italiani all’estero ». La création de nombreux postes et la stabilité du réseau consulaire en Algérie prend ainsi tout son sens au lendemain de l’unité étant donné l’ampleur du courant migratoire qui se dirige vers la région. Cherchant à consolider ses intérêts en Afrique, le jeune Etat veut davantage s’appuyer sur les communautés italiennes installées sur l’autre rive de la Méditerranée pour y assurer ses positions.

 

 

Hugo Vermeren (Université Paris Ouest Nanterre La Défense / IDHE)

 

 

 

Liste des représentants consulaires italiens à Bône (1833-1938)[22]

 

 

1833 1864 Consul de Toscane (1833-1860) puis Consul d’Italie (1860-1864) Bensamoni Paolo Giovanni
1858 1860 Vice-consul de Toscane Bensamoni Giuseppe, Léon, Delphin
1864 1865 Vice-consul d’Italie Pandolfini Rodolfo
1865 1866 Vice-consul d’Italie De Rege di Donato Alessandro
1866 1869 Vice-consul d’Italie Marinucci Luigi
1869 1872 Vice-consul d’Italie Malmusi Giulio, Antoine
1872 1873 Vice-consul d’Italie Carcano Silvio
1873 1874 Vice-consul d’Italie Bensamoni Giuseppe, Léon, Delphin
1874 1878 Vice-consul d’Italie De Goyzueta Luigi
1878 1881 Vice-consul d’Italie Bottesini Archimede
1881 1884 Vice-consul d’Italie Bertola Camillo
1884 1888 Vice-consul d’Italie Zocchi Fiorenzo
1888 1889 Vice-consul d’Italie Testa Luigi
1889 1895 Vice-consul d’Italie Croce Carlo
1895 1896 Vice-consul d’Italie Batacchi Ugo
1896 1897 Vice-consul d’Italie Non nommé
1897 1900 Vice-consul d’Italie Beauregard Felice
1900 1906 Vice-consul d’Italie Beverini Giovanni Battista
1906 1907 Vice-consul d’Italie Non nommé
1907 1910 Vice-consul d’Italie Croce Francesco
1910 1913 Vice-consul d’Italie (1910-1911) puis consul d’Italie (1911-1913) Pompei Raffaele
1913 1916 Vice-consul d’Italie Gavotti Ludovico
1918 1920 Vice-consul d’Italie Bianconi Alberto
1920 1921 Vice-consul d’Italie Giusti Paolo Emilio
1921 1922 Gérant du consulat Pancrazi Luigi
1922 1924 Gérant du consulat Camarana Biaggio
1924 1925 Vice-consul d’Italie Bertuccioli Romolo
1925 1927 Vice-consul d’Italie Calisse Alberto
1927 1928 Vice-consul d’Italie Zoppi Comte
1928 1930 Vice-consul d’Italie Pirajne
1930 1931 Vice-consul d’Italie Capomazza Benedetto
1932 1935 Vice-consul d’Italie Semplicini Dino
1935 1938 Vice-consul d’Italie Mizzan Egio

Bibliographie

 

Bozzo, Anna, L’Algeria nei documenti dell’Archivio di Stato di Napoli, Fondo Affari Esteri (1782-1862), Rome-Naples, 1992.

Cacioli, Manuela (dir.), La rete consolare nel periodo crispino (1886-1891), Rome, Istituto poligrafico e zecca dello stato, 1988.

Camerana, Ludovico Incisa di., « La diplomazia », dans Bevilacqua, Piero, De Clementi, Andrea, Franzina, Emilio (dir.), Storia dell’emigrazione italiana, vol. 1, Partenze, Rome, Donzelli, 2001, p. 457-480.

Filippini, Jean-Pierre, « Ebrei emigrati ed immigrati nel porto di livorno durante il periodo napoleonico », pp.45-106, La Rassegna mensile di Israel, vol. 48, n°1/6, p. 50.

Gallico, Augusto, Tunisi e i consoli sardi (1816-1834), Bologne, Licinio Cappelli, 1935.

Giglio, Carlo, Gli archivi storici del sopresso ministero dell’Africa italian e del ministero degli Affari esteri dalle origini al 1922, vol. 1, Leyde, E.J. Brill, 1971.

Giglio, Carlo, L’Italia in Africa. Serie Storica. Etiopia-Mar Rosso. Documenti (1859-1882), Rome, Istituto Poligrafico dello Stato, 1959.

Grassi, Fabio (dir.), La formazione della diplomazia nationale (1861-1915). Repertorio bio-bibliografico dei funzionari del Ministero degli Affari Esteri, Rome, Istituto poligrafico dello Stato, 1987.

Ilbert, Robert, Alexandrie (1830-1930). Histoire d’une communauté, Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 1996.

Michel, Ersilio, Esuli italiani in Algeria (1815-1861), Bologne, L. Capelli, 1935.

Ministero degli Affari Esteri, Comitato per la documentazione dell’opera dell’Italia in Africa (1842-1923), Rome, Istituto poligrafico dello Stato

Santonocito, Giovanni, L’emigrazione italiana in Algeria dal 1861 al 1866 nei manoscritti inediti del ASDMAE, Rome, Centro Studi Emigrazione, 1992.

Ulbert, Jörg, « La fonction consulaire à l’époque moderne : définition, état des connaissances et perspectives de recherche », dans Ulbert, Jörg, Prijac, Lukian (dir), Consuls et services consulaires au XIXe siècle, Hambourg, Dobu, 2010, p. 9-22.

 

[1] Cacioli, M. (dir.), La rete consolare nel periodo crispino (1886-1891), Roma, Istituto poligrafico e zecca dello stato, 1988, p. 31.

[2] Ibid.

[3] La série I de l’ASDMAE consacrée au personnel consulaire n’a été que partiellement dépouillée. Cependant, nous avons pu nous appuyer sur les récapitulatifs de carrière compilés par Fabio Grassi dans La formazione della diplomazia nazionale (1861-1915). Repertorio bio-bibliografico dei funzionari del Ministero degli Affari Esteri, Rome, Istituto poligrafico dello Stato, 1987.

[4] On trouve également mentionné des consuls pontificaux.

[5] Sur ces questions, voir le travail d’Augusto Gallico dans lequel sont retranscrites les correspondances entre les deux autorités, Tunisi e i consoli sardi (1816-1834), Bologne, Licinio Cappelli,1935.

[6] Voir notamment l’inventaire commenté de l’Archivio di Stato di Napoli par l’historienne italienne Anna Bozzo, L’Algeria nei documenti dell’Archivio di Stato di Napoli, Fondo Affari Esteri (1782-1862), Rome-Naples, 1992.

[7] Ilbert, R., Alexandrie (1830-1930). Histoire d’une communauté, Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 1996, t. 1, p. 78.

[8] Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille, fond Rocca Frères, L.XIX/14/113, lettre de Bône du 1er octobre 1849.

[9] Voir la courte biographie établie par Ersilio Michel dans Esuli italiani in Algeria (1815-1861), Bologne, L. Capelli, 1935.

[10] Cette caractéristique est relevée également par Ludovico Incisa di Camerana qui évoque le profil social spécifique de cette aristocratie diplomatique qui forme le personnel consulaire italien. Il prend d’ailleurs comme exemple la famille Menabrea. Incisa di Camerana, L., « La diplomazia », dans Storia dell’Emigrazione italiana, vol. 1 Partenze, op. cit., p. 457-480, p. 462.

[11]Filippini, J.-P., « Ebrei emigrati ed immigrati nel porto di livorno durante il periodo napoleonico », pp.45-106, La Rassegna mensile di Israel, vol. 48, n°1/6, p. 50.

[12] La biographie de Jean-Dauphin Raimbert a été établie par Anne-Marie Planel. Cf. Du comptoir à la colonie. Histoire de la communauté française de Tunisie – 1814-1883, Paris, Riveneuve éditions, 2015, p. 757.

[13] La Seybouse, journal de Bône, 13 juillet 1861.

[14] Il est également nommé vice-consul de Toscane à Bône en 1854, puis de Sardaigne en 1860. Il effectue la majorité de sa carrière en Amérique du Sud.

[15] Bollettino Consolare, 1861. Giovanni Santonocito évoque les réticences de représentants consulaires à reconnaître la chute des bourbons et les pressions exercées sur leurs administrés qui reconnaissent la souveraineté de Victor-Emmanuel II. Après l’abandon de Naples par François II, les autorités françaises continuent, sur demande du consul de Naples à Alger, Foliero de Luna, de ne pas reconnaître les cartes d’embarquements délivrés en Sicile au nom de Victor-Emmanuel II, interdisent aux navires napolitains d’arborer la bannière tricolore italienne. Santonocito, G., L’emigrazione italiana in Algeria dal 1861 al 1866 nei manoscritti inediti del ASDMAE, Rome, Centro Studi Emigrazione, 1992, p. 38 et suivantes.

[16] Giglio, C., Gli archivi storici del sopresso ministero dell’Africa italian e del ministero degli Affari esteri dalle origini al 1922, vol. 1, Leyde, E.J. Brill, 1971, p. XII.

[17] Ulbert, J., « La fonction consulaire à l’époque moderne : définition, état des connaissances et perspectives de recherche », in Ulbert, Jörg, Prijac, Lukian (dir), Consuls et services consulaires au XIXe siècle, Hambourg, Dobu, 2010, p. 9-22, p. 10. L’auteur précise qu’à la fin du XIXe siècle, trois quarts des consulats entretenus de par le monde ne sont que des agences consulaires.

[18] Boll. Cons., 1863. Données du tableau.

[19] Cacioli, M., La rete consolare nel periodo crispino (1886-1891), Rome, Istituto poligrafico e zecca dello stato, 1988, p. 31.

[20] En 1912, le réseau consulaire espagnol, organisé quelque peu différemment, compte un consulat général à Alger, deux consulats dans le département d’Oran et onze vice-consulats, dont quatre dans le département de Constantine. Delaunay, J.-M., Méfiance cordiale. Les relations franco-espagnoles de la fin du XIXe siècle à la Première guerre mondiale, vol. 2, Les relations coloniales, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 74.

[21] L’expression est de Carlo Giglio dans Comitato per la documentazione dell’opera italiana in Africa, L’Italia in Africa, Etiopia-Mar Rosso, tomo 1, (1857-1885), Rome, Istituto poligrafico dello stato, 1958, p. 5.

[22] Pour la période 1833-1921, les données sont tirées de Ministero degli Affari Esteri, Comitato per la documentazione dell’opera dell’Italia in Africa (1842-1923), Rome, Istituto poligrafico dello Stato. Pour les années suivantes, nous avons reconstitué la datation des postes à partir des informations récoltées dans les exequatur publiées dans le Bulletin Officiel du Gouvernement Officiel de l’Algérie puis le Journal Officiel de l’Algérie après 1926.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *